John Tinney

graveur et marchand d'estampes anglais
John Tinney
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités

John Tinney (c. 1706 - 1761) est un graveur, éditeur et marchand d'estampes britannique.

BiographieModifier

 
Un écorché attrapant un vêtement, tiré du livre de Tinney Compendious treatise of anatomy adapted to the arts.

John Tinney serait né au début du XVIIIe siècle[1], probablement vers 1706, à Londres[2]. Son père est John Tinney (né vers 1673), travaillant à la Merchant Taylors' Company[2].

En 1721, il devient l'apprenti de John Sturt pendant sept ans[2]. Il s'émancipe de la Goldsmiths' Company en 1730 et séjourne un temps en France[2].

Il installe son magasin d'éditeur et imprimeur, le Carved Golden Lion à Fleet Street, où il vend une grande variété d'estampes françaises ainsi que ses propres gravures sur cuivre, toutes sortes de cartes, des cahiers de dessin, etc[2],[3]. Principalement actif comme graveur et marchand d'estampes à Londres vers 1740-1750 et à Paris[1],[4], John Tinney pratique à la fois la gravure au trait et en manière noire, sous le règne de George II[3]. Les jugements sur sa qualité de graveur varient : Freeman Marius O'Donoghue (1898)[3] le trouve quelconque tandis que Timothy Clayton (2004)[2] le trouve très fin. Les publicités dans les journaux révèlent qu'il a publié une gamme très variée de sujets : d'actualité, satirique ou décoratifs[2].

Il a écrit un petit traité intitulé Compendious treatise of anatomy adapted to the arts, qui constitue un important guide primitif sur l'anatomie humaine destinée aux artistes[2],[4],[5],[6],[7].

Tinney est surtout connu pour avoir été le maître des « graveurs distingués » William Woollett, Anthony Walker et John Browne[4],[3],[8],[2].

Il est aussi un important éditeur de cartes, la plus remarquable étant le Plan of the Cities of London and Westminster (1746), une carte en vingt-quatre feuilles de John Rocque — l'une des plus grandes cartes de Londres de tous les temps — Vers 1752, Tinney acquiert de John Hinton les plaques du Large English Atlas (1748-1760) d'Emanuel Bowen et Thomas Kitchin, qui est resté le plus important atlas du pays jusqu'à celui de John Cary en 1787. Robert Sayer et les frères Bowles participent aux coûts de ce projet à partir de 1755, et financent par la suite d'autres jeux d'estampes de bâtiments et jardins. Tinney grave probablement les premières de ces estampes, mais confie les autres à ses élèves, dont Woollett[2],[9],[10],[11],[12].

John Tinney meurt veuf à Fulham en 1761[2].

ŒuvreModifier

 
Portrait du juge Thomas Parker (c. 1742-1761, British Museum).

Parmi ses estampes en manière noire, on connaît plusieurs portraits de :

Il a aussi réalisé quelques sujets de fantaisie d'après Boucher, Lancret, Carriera, Le Corrège et d'autres[3].

Parmi ses estampes gravées au trait, on connaît une série de huit[4],[5] ou dix vues du château de Hampton Court et du palais de Kensington, d'après Anthony Highmore (en), et certaines de Fontainebleau et Versailles, d'après Jean-Baptiste Rigaud[3]. Certaines des gravures de l'édition de 1729 de John Ball[14] des Antiquities of Constantinople (« Antiquités de Constantinople », de Pierre Gilles, 1561)[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bryan 1903, p. 183.
  2. a b c d e f g h i j et k Clayton 2004.
  3. a b c d e f g h i et j Dictionary of National Biography, 1898.
  4. a b c et d Redgrave 1878, p. 432.
  5. a b c d e f g et h Bryan 1903, p. 184.
  6. Visualiser des pages textuelles et illustrées du traité sur Wikimedia Commons.
  7. (en) K. F. Russell, « John Tinney's Compendium anatomicum and its publishers », dans Medical History, no 18 (1974), p. 174–85.
  8. Bryan 1903, p. 183-184.
  9. (en) D. Hodson, County atlases of the British Isles published after 1703: a bibliography, vol. 2, 1989, p. 97–147.
  10. (en) T. Chubb, The printed maps in the atlases of Great Britain and Ireland: a bibliography, 1579–1870, 1927, p. 456.
  11. (en) J. Howgego, Printed maps of London, circa 1553–1850, 1978.
  12. (en) R. M. Wiles, Serial publication in England before 1750, 1957, p. 312.
  13. a b et c (en) « Portraits de John Tinney », sur National Portrait Gallery (consulté le ).
  14. (en) Pierre Gilles (trad. John Ball), The antiquities of Constantinople : with a description of its situation, the conveniencies of its port, its publick buildings, the statuary, sculpture, architecture, and other curiosities of that city : with cuts explaining the chief of them : in four books, Londres, Printed for the benefit of the translator, (OCLC 671662413).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :