Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fairbank.

John King Fairbank (1907 à Huron, Dakota du Sud, États-Unis - 1991) est un sinologue américain dont l'influence a été prépondérante dans la formation de la sinologie aux États-Unis. Il passe la plus grande partie de sa carrière à l'université Harvard, où il fonde le Center for East Asian Research, devenu depuis le Fairbank Center for East Asian Research. Il s'est beaucoup intéressé aux relations entre l'Occident et la Chine, et a écrit plusieurs livres de synthèse sur la Chine ou l'Asie de l'Est. Il a également influencé des responsables politiques, il a ainsi joué un rôle dans la reconnaissance de la République populaire de Chine par les États-Unis.

En Chine, il est connu sous son appellation chinoise, Fei Zhengqing (费正清 ; Pinyin : Fèi Zhèngqīng ; Wade-Giles : Fei Chêng-Ch’ing).

Sommaire

BiographieModifier

Né à Huron, Dakota du Sud, en 1907, il est l'enfant unique d'Arthur Boyce Fairbank, un avocat, et Lorena King, diplômée de l'université de Chicago en 1903. Il fait ses études à la Phillips Exeter Academy et à l'université du Wisconsin, avant d'arriver à l'université Harvard, où il fut diplômé en 1929.

À Harvard, il prend connaissance de la publication récente d'archives secrètes à Pékin — ce qui déclenche chez lui l'envie de mener une tâche d'envergure, les relations entre la Chine et l'Occident, avec en perspective la Grande Guerre de 1914-1918.

Il décide donc de se rendre en Chine dès 1932, et y passe cinq années décisives. Les recherches de doctorat qu'il y mène, Trade and Diplomacy on the China Coast, mettent en lumière les composantes historiques proprement chinoises, et pas seulement occidentales, dans l'établissement des ports commerciaux chinois. Dans le même ordre d'idées, il défend par la suite le caractère chinois de la révolution qui y eut lieu — loin d'être une importation d'idées occidentales clé en main.

À son retour aux États-Unis en 1936, avec sa femme, Wilma D. Cannon, épousée à Pékin, il est nommé professeur d'histoire à l'université Harvard. Il met alors en place un programme d'études sur la Chine moderne, qui reste jusqu'à ce jour une des références mondiales en sinologie[réf. nécessaire].

Peu de temps avant sa mort, il finit la rédaction du manuscrit de son dernier ouvrage, China: a New History.

AnnexesModifier