Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

John Everett Millais

peintre anglais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millais.
John Everett Millais
Millais - Self-Portrait.jpg

Autoportrait de John Everett Millais

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
KensingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Lieu de travail
Mécène
Conjoint
Enfant
John Guille Millais (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées

John Everett Millais (né le à Southampton – mort le à Kensington à Londres), 1er baronnet, est un peintre et illustrateur britannique préraphaélite.

Sommaire

BiographieModifier

Son grand talent lui vaut une place à l'école de la Royal Academy à l'âge précoce de onze ans. Il s'y lie avec William Holman Hunt et Dante Gabriel Rossetti, avec qui il forme la confrérie préraphaélite en 1848.

Il épouse Effie Gray après l'annulation du mariage de cette dernière avec John Ruskin.

D'une famille jersiaise, il parlait le jersiais, notamment avec sa compatriote Lillie Langtry, dont il fit un portrait célèbre. À ceux qui se moquaient de ses origines jersiaises et qui lui disaient when England conquered Jersey (quand l'Angleterre conquit Jersey), Millais répliquait « Never! Jersey conquered England. » (Jamais! Jersey conquit l'Angleterre)[1].

Il est élu président de l'Académie royale (Royal Academy) en 1896[2] après la mort de Frederic Leighton. Il meurt la même année d'un cancer de la gorge.

John Everett Millais a participé aux activités de la Royal Drawing Society et a exposé à l'exposition annuelle du Royal Glasgow Institute of the Fine Arts.

Quelques œuvresModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans la littératureModifier

Le héros du roman d'André Brink écrit en 1974, Au plus noir de la nuit, est fasciné par le tableau Feuilles d'automne de J. E. Millais.

Notes et référencesModifier

  1. Chums, année 1896, page 213
  2. (en) A-Z&person=6098 Fiche sur le site de la Royal Academy of Arts
  3. exposé à la Royal Academy en 1857, selon Charles Dodgson, Journal, in Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 986.

Liens externesModifier