John Edmund Strandberg

artiste-peintre suédois canadien

John Edmund Strandberg ( à Brännkyrka, comté de Stockholm en Suède - au Canada)[1],[2] est un peintre canadien d'origine suédoise[3].

John Edmund Strandberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Autres noms
Johan Edmund Strandberg
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement

BiographieModifier

Johan Edmund Strandberg[4], il est le fils de Richard Gustaf Karlsson Strandberg et de Ingrid Johansson[5]. Enfant, il s'adonnait déjà à la peinture.

En 1930, il obtint sa maîtrise en ébénisterie.

Lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale, il se joint à l'armée finlandaise.

Dans l'après-guerre, il entreprend des études artistiques à Stockholm, sous la supervision de différents artistes.

En 1951, il débarque au Canada avec son épouse Éva Forsberg et leurs deux filles, Inger et Marianne. La famille s'installe à Toronto.

Au Canada, il anglicise son prénom de Johan à John, pratique courante parmi les immigrants de l'époque. Il se joint à l'Art Guild of York-Scarborough et poursuit sa formation artistique sous la supervision des artistes Thomas Frederick Haig Chatfield[6] (1921-1999) et Arnold Benjamin Hodgkins[7] (1911-1989) [8],[9].

Son artModifier

John Strandberg est un peintre paysagiste de plein air. Il exécute ses toiles à l'aide d'un couteau à peindre de sa propre conception. La nature canadienne constitue sa source d’inspiration[10]. Il a cependant produit quelques bouquets et même de rares portraits.

Il effectue des tournées solos au Canada, aux États-Unis et en Europe et participe à plusieurs expositions artistiques telles que le World of Arts and Crafts, le United Artists, le Artists Touring Association[8]. Il a même vécu aux ÉU durant quelques années.

SignatureModifier

Il signait ses toiles J Strandberg et ajoutait parfois le logo du Art Guild of York-Scarborough avec les initiales J S à l'endos de certaines d'entre elles.

CollectionsModifier

Les œuvres de John Edmund Strandberg se trouvent dans plusieurs collections publiques telles que celle du Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, dans différentes galeries d'art, dans des banques, des compagnies d'assurances, des sociétés fiduciaires ainsi que dans des collections privées[11].

RéférencesModifier