John Cust

homme politique britannique

John Cust
Illustration.
Fonctions
Président de la Chambre des communes de Grande-Bretagne
v.
Monarque George III
Prédécesseur Arthur Onslow
Successeur Fletcher Norton
Député de Grantham à la Chambre des communes
Prédécesseur Michael Newton
Successeur Francis Cust
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Nationalité britannique
Parti politique Parti whig
Diplômé de Université de Cambridge, Middle Temple

Sir John Cust, 3e baronnet, né le et mort le [1], est un homme politique britannique.

BiographieModifier

Fils de baronnet dans le Lincolnshire, il est éduqué à Eton College puis étudie au collège Corpus Christi de l'université de Cambridge de 1735 à 1739, et parallèlement au Middle Temple. Il est appelé au barreau en 1742. L'année suivante il entame sa carrière parlementaire en étant élu député de Grantham à la Chambre des communes, sous l'étiquette du Parti whig et avec l'appui de son oncle John Brownlow (1er vicomte Tyrconnel). Il est déclaré élu sans opposition, en l'absence d'autres candidats, et continuera à être réélu député de Grantham de la même manière jusqu'à sa mort. En 1747 il est fait clerc dans l'administration royale qui entoure le prince de Galles, Frédéric, jusqu'à la mort de celui-ci en 1751[1].

Il siège sur les bancs de la majorité parlementaire du Premier ministre whig Henry Pelham jusqu'en 1755, lorsqu'il suit William Pitt et rejoint l'opposition, « avec la plupart des serviteurs du prince défunt ». Amiable et sérieux, il se fait peu d'ennemis, mais n'est pas influent à la Chambre. Sa nomination à la présidence de la Chambre ne génère pas d'objection, et il y est élu à la fin de l'année 1761. De par cette fonction, il est fait membre du Conseil privé en . Il n'est pas un bon président : Manquant de fermeté, et ayant une santé fragile, il peine à présider des séances parfois « turbulentes et très longues ». Il tolère que fusent des insultes, et n'intervient que rarement pour tenter d'imposer l'ordre. En 1766 puis à nouveau en 1767 il demande en vain à des proches du roi d'intercéder pour qu'il soit soulagé de cette fonction en étant anobli et transféré à la Chambre des lords. En , il souffre d'un accident vasculaire cérébral qui le laisse en partie paralysé. Il peut enfin démissionner de la présidence de la Chambre le , et meurt cinq jours plus tard. Son frère Francis est élu député de Grantham à sa succession[1],[2].

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) "CUST, Sir John, 3rd Bt. (1718-70)", in R. Sedgwick (éd.), The History of Parliament: the House of Commons 1715-1754, 1970
  2. (en) "CUST, Sir John, 3rd Bt. (1718-70)", in L. Namier, J. Brooke (éds.), The History of Parliament: the House of Commons 1754-1790, 1964

Liens externesModifier