Ouvrir le menu principal

Johann Rudolf Glauber

alchimiste allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glauber.
Johann Rudolf Glauber
Glauber.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfants
Diana Glauber (en)
Johannes Gottlieb Glauber (en)
Johannes Glauber (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Distinction
Médaille Rudolf Diesel (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Johann Rudolf Glauber, né le à Karlstadt-sur-le-Main et mort le à Amsterdam est un chimiste, pharmacien et alchimiste bavarois.

BiographieModifier

Fils d'un barbier, il fait des études de pharmacie, mais ne peut entrer à l'université. Il vécut et travailla successivement à Vienne, Salzbourg, Giessen, Wertheim, Kitzingen, Bâle, Paris, Francfort-sur-le-Main, Cologne et enfin Amsterdam à partir de 1655.

Glauber fait partie des précurseurs de la chimie contemporaine. Ses travaux et ses expériences permirent la découvertes de plusieurs méthodes analytiques, et il fut le premier scientifique moderne à fabriquer de l'acide chlorhydrique. Parmi d'autres composés chimiques, Glauber découvrit le permanganate et le sulfate de sodium, qui fut baptisé d'après son nom (sel de Glauber).

ŒuvresModifier

  • Furni novi philosophici, sive descriptio artis distillatoriae novae, prostant apud Joannem Janssonium (Amsterdam), 1651, Texte en ligne disponible sur IRIS
  • La Teinture de l'or ou le véritable or potable [1]
  • La Consolation des navigants. Mise en lumière en faveur de ceux qui entreprennent de longues et périlleuses navigations pour l'utilité de la patrie (1659) [2]
  • Les Trois Parties minérales de l'œuvre minérale. La teinture de l'or, Traité de médecine universelle, La consolation des navigants, Arma Artis, fac-similé de l'édition de 1659, 352. (Consolatio navigantium (1657). [3]
  • La Description des nouveaux fourneaux philosophiques, ou Art distillatoire, 1659 ; Kessinger Publishing, 2009, 568 p. Lire en ligne sur la BNAM [4]

ÉtudesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :