Ouvrir le menu principal

Johann Michael Hambach

peintre allemand
Johann Michael Hambach
Johann Michael Hambach (Umkreis) Stilleben mit Fleisch und Brot.jpg
Nature morte à la viande et au pain
Vente Dorotheum 2011
Naissance
Nationalité
Allemande
Activités
Autres activités
Actif de 1672 à 1686
Lieu de travail

Johann Michael Hambach, peintre allemand de natures mortes du XVIIe siècle, a été actif à Cologne de 1672 à 1686.

BiographieModifier

Le curé de l'église de Klein St Martin ayant attesté qu'il était un vrai catholique, le 9 octobre 1673, il devint citoyen de la ville à titre gratuit, en raison de la pauvreté de ses parents.

Maître à la guilde de Cologne depuis le 16 août 1673, il en devint doyen en 1683.

Hambach était un disciple enthousiaste de (de) Nikolaus Gülich (1644-1686), qui déchaîna une rébellion à Cologne contre le népotisme rampant, la fraude et la corruption du gouvernement de la ville. Lorsque la rébellion fut réprimée en 1686 par l'ancien gouvernement, Hambach fut tenu pour responsable par le conseil municipal et l'empereur d'être l'un des insurgés ("einer der Tumutuanten"[1]). Après cette date, il n'y a plus de données disponibles et aucune autre œuvre signée et datée n'est connue[1],[2].

ŒuvresModifier

En collection publiqueModifier

En collection privéeModifier

  • Nature morte à la viande et au pain, huile sur panneau, 87 x 71 cm, 37 × 50 cm, Collection privée, vente Dorotheum 2011[4]
  • Nature morte de grives et de matériel de capture d'oiseaux, 1675, huile sur toile, 67 × 45 cm, Collection privée, vente 2007[5]
  • Nature morte au petit déjeuner, huile sur bois, 43 × 58 cm, Collection privée, Vente 2006[6]
  • Nature morte au jambon, huile sur toile, 60 × 81 cm, Collection privée, Vente Manson & Woods Christie 1990 Jambon, Vente Christie's 1990 (Rkd)
  • Trompe l'œil avec un attirail militaire, huile sur toile, 165 × 210 cm, Collection privée, vente Rafael Valls 2016[7]

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Ilka Sitz, « Johann Michael Hambach: ein Kölner Stilllebenmaler », dans Wallraf-Richartz-Jahrbuch, vol. 51, 1990, p. 203-220 Aperçu en ligne.

Liens externesModifier