Ouvrir le menu principal

Gottfried Silbermann

facteur d'orgues saxon
(Redirigé depuis Johann Gottfried Silbermann)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silbermann.
Gottfried Silbermann
Gottfriedsilbermannfortunabrunnen.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kleinbobritzsch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Parentèle
Jean Henri Silbermann (d) (neveu)
Jean André Silbermann (en) (neveu)
Jean Daniel Silbermann (d) (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Orgue de la cathédrale de Freiberg construit par Johann Gottfried Silbermann.
Orgue de la Cathédrale de la Sainte-Trinité de Dresde construit par Johann Gottfried Silbermann.

Gottfried Silbermann (1683-1753)[1] est un célèbre facteur d'instruments de musique allemand de l'âge baroque.

Sommaire

BiographieModifier

Né le à Kleinbobritzsch[1] (Saxe) et mort le à Dresde[1] (Saxe), il est issu d'une dynastie de facteurs d'orgue saxons dont une branche prospéra en Alsace.

Après avoir été formé par son frère aîné, André Silbermann, il retourna s'établir en Saxe, à Freiberg[2]. Là, il construisit 49 orgues[2] dont 29 subsistent toujours aujourd'hui. Les deux plus célèbres sont les grands orgues de la Cathédrale de Freiberg (1734-1735) et de la Cathédrale de la Sainte-Trinité de Dresde.

Il fut également fabricant de clavicordes et de piano-forte[2]. Figure importante de l'histoire du piano, il perpétua et diffusa les principes de Bartolomeo Cristofori et introduisit un précurseur de la pédale forte[3] : un dispositif manuel qui permettait de lever tous les étouffoirs du piano. Il soumit ses premiers instruments au jugement de Jean-Sébastien Bach[2], dont les critiques (faiblesse des aigus et lourdeur de la mécanique) le conduisirent à perfectionner la conception de ses pianos. Il en acquit néanmoins un en 1733, qui fut utilisé pour les concerts du Collegium Musicum de Leipzig[4].

Les disciples de Silbermann, surnommés les Douze Apôtres, fuirent l'Allemagne durant la Guerre de Sept Ans et contribuèrent à diffuser le piano-forte à travers l'Europe. Parmi eux, Johannes Zumpe, qui contribua à la popularisation du piano carré, Americus Backers, inventeur de la mécanique anglaise. Le facteur d'instruments Christian Ernst Friederici fut le disciple le plus accompli formé dans son atelier[réf. nécessaire].

Un Gottfried Silbermann Museum consacré à la mémoire et à l'œuvre du facteur saxon a été créé à Frauenstein, la cité voisine de son village natal.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1042
  2. a b c et d Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1310
  3. (en) David Rowland, The Cambridge companion to the piano, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-47470-1), « The piano to c.1770 », p. 11
  4. (en) Eva Badura-Skoda, The eighteenth-century fortepiano grand and its patrons : from Scarlatti to Beethoven, Indiana University Press, (ISBN 9780253022646), p. 159

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :