Johan Bernhard Hjort

Johan Bernhard Hjort () était un juriste norvégien ayant plaidé devant la cour suprême de son pays ; il était le fils du biologiste marin, océanographe et directeur des pêches Johan Hjort. Avec Vidkun Quisling, il fut le fondateur du parti politique d'extrême-droite Nasjonal Samling le . En 1937, Hjort rompit avec Quisling et quitta le Nasjonal Samling. Il fut arrêté par la Gestapo en 1941 à la demande directe de Josef Terboven, après que Hjort eut publié un article scientifique dans une revue juridique norvégienne qui critiquait ouvertement l'occupation allemande. Il séjourna en prison à Oslo puis à Berlin. Après sa levée d'écrou, Hjort s'engagea avec sa famille dans des actions de résistance en Allemagne, jouant un rôle essentiel au démarrage de l'opération humanitaire des Bus blancs. On estime que cette opération aurait sauvé 15 345 prisonniers d'un péril mortel dans les camps de prisonniers et camps de concentration ; sur cette quinzaine de milliers d'hommes, 7795 étaient scandinaves et 7550 étaient étrangers à la Scandinavie[1].

Johan Bernhard Hjort
45546 Johan Bernhard Hjort.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kristiania (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
OsloVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Ullern cemetery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Enfants
Wanda Maria Heger (en)
Kirsti Hjort (d)
Peter F. Hjort (en)
Johan Hjort (d)
Haldis Hjort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Johan Bernhard Hjort

Après guerre, il prit position en tant qu'avocat à la cour suprême, en faveur de la liberté artistique d'artistes controversés et pour les droits des homosexuels. En 1957, au cours de l'un des plus célèbres arrêts de la cour, l'un des plus sujet à débat de la Norvège d'après-guerre, Hjort se retrouva à défendre le romancier Agnar Mykle (en), accusé d'immoralité et d'obscénité. Hjort était alors président du Riksmålsforbundet (no), une association défendant le Riksmål comme seule forme écrite de la langue norvégienne. Écrivain et conférencier prolifique, Hjort alimentait fréquemment le débat public. Au nombre de ses livres figurent Justismord (1952), Dømt med rette? (1958) ou encore Demokrati og statsmakt (1963). Il fut aussi le traducteur en norvégien d'Histoires comme ça de Rudyard Kipling.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Johan Bernhard Hjort » (voir la liste des auteurs).

AnnexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Ivo de Figueiredo, Fri mann, 2002, Aschehoug, (ISBN 82-03-22973-5) (« Homme libre », en norvégien) ; une biographie de Hjort qui a remporté le prix Brage, le plus prestigieux prix littéraire norvégien.
  • Wanda Hjort Heger, Hver fredag foran porten, 1984, Gyldendal (ISBN 82-05-14937-2) (Chaque vendredi à la grille, en norvégien), le récit de la fille de Hjort sur les années de guerre, sur la piste des camps de concentration et la planification et l'exécution de l'opération des Bus blancs.
  • Erling Kvamme, The Bernadotte Operation, in the light of Johan Bernhard Hjort's forgotten role as its initiator, 2007, in Historie 1-07, pp. 34–39.