Joe Jones (chanteur)

chanteur, compositeur et pianiste de la Nouvelle-Orléans
Joe Jones 
Nom de naissance Joseph Charles Jones
Naissance
La Nouvelle-Orléans (États-Unis)
Décès (à 79 ans)
Los Angeles (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Activité principale Musicien, chanteur, auteur-compositeur, arrangeur

Joe Jones, nom de scène de Joseph Charles Jones, né le à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, (États-Unis) et mort le à Los Angeles (États-Unis)[1],[2], est un musicien, chanteur, auteur-compositeur et arrangeur de R&B américain.

Jones est aussi généralement crédité d'avoir découvert les Dixie Cups. Il a également travaillé avec BB King[3]. En tant que chanteur, Jones a connu son plus gros succès sous la forme du hit R&B Top Five 1960 You Talk Too Much, qui a également atteint la troisième place du classement Billboard Hot 100.

BiographieModifier

Joe Jones sert dans l'US Navy, où il joue du piano dans un groupe, avant d'étudier la musique au Juilliard Conservatory of Music. À la fin des années 1940, il forme le groupe Joe Jones and his Atomic Rebops ; les membres du groupe jouent dans le hit de Roy Brown Good Rocking Tonight (1947)[4]. Jones est expulsé de la section locale de la Nouvelle-Orléans de la Fédération américaine des musiciens pour avoir tenté de créer une organisation rivale, mais est ensuite réintégré[4].

Joe Jones devient valet, puis pianiste et arrangeur pour B.B. King[2]. Il enregistre son premier single solo, Adam Bit the Apple, pour Capitol Records en 1954[2]. Il découvre également Shirley et Lee, avec qui il travaille comme pianiste[2] et dont l'enregistrement de Let the Good Times Roll devient un hit en 1956[4]. En 1960, un réenregistrement d'une chanson qu'il avait enregistrée pour la première fois en 1958 pour Roulette Records[4], You Talk Too Much, est un succès national[5], mais ses sorties ultérieures ont moins de succès[6].

Il se lance ensuite dans l'édition musicale[4] et travaille sans relâche pour les droits d'autres groupes R&B[6]. En 1973, Jones crée une société à Los Angeles, en Californie, qui fabrique des jingles publicitaires.

Il meurt en 2005 des complications d'un quadruple pontage[3].

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bob Eagle et Eric S. LeBlanc, Blues – A Regional Experience, Santa Barbara, Praeger Publishers, , 175 p. (ISBN 978-0313344237)
  2. a b c et d The Guinness Encyclopedia of Popular Music, First, (ISBN 0-85112-939-0), p. 1315
  3. a et b Doc Rock, « The Dead Rock Stars Club 2005 July To December », Thedeadrockstarsclub.com (consulté le )
  4. a b c d et e Joe Jones Obituary, The Independent, . Retrieved
  5. « Roulette Buys Jones Master From Ric », Billboard,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  6. a et b Ankeny, « Joe Jones – Music Biography, Credits and Discography », AllMusic (consulté le )
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Joe Jones (singer)   » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier