Jock of the Bushveld (film, 2011)

film sorti en 2011
Jock of the Bushveld
Réalisation Duncan MacNeillie
Scénario Duncan MacNeillie, d'après le roman Jock of the Bushveld de James Percy FitzPatrick
Sociétés de production Jock Animation
Motion Sound & Picture
Pays d’origine Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
Durée 89 minutes
Sortie 2011


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jock of the Bushveld est un long métrage d'animation sud-africain réalisé par Duncan MacNeillie et sorti en 2011. C'est le premier long métrage d'animation sud-africain à être entièrement réalisé en images de synthèse. Son scénario est une libre adaptation du roman autobiographique du même nom, Jock of the Bushveld de James Percy FitzPatrick, paru en 1907 et devenu un classique de la littérature sud-africaine pour la jeunesse. L'histoire suit la relation d'amitié entre FitzPatrick et Jock, un chiot qu'il recueille et qui devient son compagnon fidèle.

SynopsisModifier

L'histoire se déroule en Afrique du Sud à la fin du XIXe siècle, dans le Transvaal. Fitz recueille un chiot malingre, un bull terrier qu'il nomme Jock et dont il prend soin. Jock devient un jeune chien vigoureux, curieux et courageux, qui vit toutes sortes d'aventures avec son maître et ses compagnons animaux : sa mère Jess et son ami le coq Pezulu. Jock se lie aussi d'amitié avec un guerrier zoulou, Jim, et avec un vieux sage africain, Baba. Ils doivent affronter notamment le babouin George. Jock rencontre aussi une élégante chienne française, Polly.

Fiche techniqueModifier

Voix originales anglaisesModifier

ProductionModifier

Le scénario du film s'écarte nettement de l'intrigue du livre afin de viser un large public. Tandis que le livre raconte toute la vie de Jock, jusqu'à sa mort, l'histoire du film se concentre sur la jeunesse de Jock et sur des aventures impliquant des amis animaux non présents dans le livre, tandis que le narrateur, FitzPatrick, n'a plus qu'un rôle secondaire[1].

Duncan MacNeillie commence la production fin 2007 lorsqu'il s'installe à Johannesbourg, accompagné d'une petite équipe d'animateurs venu de Nelspruit[2]. L'animation du film nécessite cinq ans de travail[1]. Pendant la production, l'équipe décide de réaliser le film en 3D relief[2]. Jock of the Bushveld est le premier film d'animation sud-africain à être entièrement réalisé en images de synthèse[3].

Plusieurs célébrités participent au doublage anglais : Desmond Tutu, archevêque anglican et prix Nobel de la paix en 1984 ; le chanteur canadien Bryan Adams [1] ; et plusieurs acteurs hollywoodiens : Helen Hunt, Donald Sutherland, Ted Danson[3].

La bande originale du film est composée par Klaus Badelt et Ian Honeyman. Elle contient plusieurs chansons, auxquelles participent Bryan Adams, Tim Rice, Johnny Clegg, Alan Menken, Mandy Patinkin, Craig Hinds, Nianell et Jason Hartman[4].

Accueil critiqueModifier

Dans le journal sud-africain Times Live (dépendant du Sunday Times), Barry Ronge estime[5] que, bien que « pas aussi mauvais que certains critiques semblent le penser », le film déçoit les attentes pour deux raisons : à cause des changements radicaux apportés à l'histoire par rapport au livre, et à cause de la qualité insuffisante de l'animation. Sur le plan du scénario, Barry Ronge juge que les changements apportés à l'intrigue défigurent l'histoire originale dont il ne reste plus grand-chose (il regrette en particulier le changement complet apporté au dénouement : la mort de Jock est supprimée). L'animation, quant à elle, lui semble incapable de rivaliser avec la moyenne de la production anglo-saxonne de 2011 : si les décors et les personnages lui paraissent réussis (sauf la chienne Polly qu'il juge terriblement kitsch), les personnages humains lui paraissent ratés et l'animation des visages lui semble manquer d'expressivité.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Jock, un petit chien courageux pour vendre le cinéma d'animation sud-africain », dépêche AFP sur Jeune Afrique le 28 juillet 2011]. Page consultée le 28 avril 2012.
  2. a et b (en)Movie Review - Jock of the Bushveld 3D, article sur Expresso le 22 juillet (2010 ?). Page consultée le 28 avril 2012.
  3. a et b « Jock of the Bushveld is South Africa's first 3-D movie », article d'Anuradha Varma dans Times of India le 22 juillet 2011. Page consultée le 28 avril 2012.
  4. Jock of the Bushveld, article sur le site officiel de Klaus Badelt le 29 juillet 2011. Page consultée le 28 avril 2012.
  5. « Jock is Back : Jock of the Bushveld », article de Barry Ronge dans Times Live le 31 juillet 2011. Page consultée le 28 avril 2012.

Liens externesModifier