Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Elle est née le dans la ville de Camberley (Angleterre).

Dans les années 1930, elle est une des membres les plus assidues du Cambridge Circus, groupe de jeunes économistes réunis autour de John Maynard Keynes pour l'aider à élaborer ce qui allait devenir la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie en 1936.

Elle rejoint la British Academy en 1958. Après la guerre, elle est l'une des figures majeures du post-keynésianisme et joue un rôle important dans la controverse des deux Cambridge, débat particulièrement virulent qui oppose ce courant représenté, outre Robinson, par Nicholas Kaldor, Pierangelo Garegnani et Luigi Pasinetti, qui sont tous professeurs à l'université de Cambridge, aux partisans du « keynésianisme de la synthèse » groupés notamment autour de Robert Solow et Paul Samuelson, professeurs à l'université de Cambridge aux États-Unis, à propos des théories de la croissance.

Elle qualifiera à l'occasion les théories de la synthèse de « keynésianisme dégénéré » et traita les hypothèses du modèle de Solow de peu réalistes. Elle ironisa même sur le caractère peu réaliste de ces hypothèses en parlant du « royaume de Solowie »[1].

Elle meurt le à Cambridge (Angleterre).

TravauxModifier

Elle s'intéresse particulièrement à la théorie de la valeur, à celle de l'accumulation du capital et, plus généralement, à la question de la dynamique économique. Elle consacre, par ailleurs, une partie de ses travaux à l'épistémologie économique. « La théorie économique, en tant que science cherche à démontrer comment fonctionne un ensemble particulier de règles du jeu, mais, ce faisant, elle ne peut que les présenter sous un jour favorable ou défavorable à ceux qui jouent le jeu. » (Marx, Marshall et Keynes, 1955)

« L'hérétique » à l'assaut de l'orthodoxie classiqueModifier

Une partie importante de son œuvre est consacrée à démonter les impasses et les erreurs du courant néo-classique et, plus tard, du « keynésianisme de la synthèse », accusé de travestir le message de Keynes en en faisant une justification théorique d'un prétendu caractère auto-régulateur du marché. Sa critique du néo-classicisme s'établit notamment sur trois points essentiels de cette doctrine.

La concurrence n'est ni pure ni parfaite. En réalité, la détermination des prix s'effectue en grande partie par les entreprises elles-mêmes (différenciation des produits, utilisation de la publicité) et non par un simple rapport entre l'offre et la demande. Cette idée préfigure en partie la théorie de la « filière inversée » défendue plus tard par Galbraith.

Le chef d'entreprise ne choisit pas plus ou moins de capital ou de travail en fonction du prix de l'un et de l'autre. En fait, il hérite d'un « stock d'équipements » issu de processus de production antérieurs et qui détermine la structure productive de l'entreprise au moment où l'entrepreneur effectue son choix. C'est donc par tâtonnements successifs, ponctués d'erreurs et de réussites, qu'évolue le système productif, et non par les calculs rationnels d'agents économiques.

La répartition des revenus n'est pas déterminée par la productivité marginale de chaque facteur. Ceux-ci dépendent bien davantage de conflits sociaux et d'habitudes acquises dans le passé. À ce sujet, elle écrit « La vague inflationniste a brisé les conventions en vertu desquelles était accepté le schéma existant de distribution des revenus. Chacun s'est rendu compte que ses gains, par rapport à ceux de son voisin, dépendent de la force des négociations que possède le groupe auquel il appartient. Les professeurs sont très mal à l'aise lorsqu'il leur faut évoquer les salaires des éboueurs. » (Preuves, 1972)

Se qualifiant de « keynésienne de gauche », elle se montre toujours très critique à l'égard du système capitaliste et des idéologies prétendant le justifier à l'aide d'hypothèses simplificatrices qui ne conforment pas à la réalité.

La synthèse de Keynes et de MarxModifier

Keynes avait toujours été très critique vis-à-vis de l'économie marxiste. En 1935, il déclarait à Shaw : « Mes sentiments sur le Capital sont les mêmes que mes sentiments sur le Coran. Je reconnais que, historiquement, c'est important et je sais que bien des gens, qui ne sont pas tous des idiots, y voient une sorte de fondation porteuse d'inspiration. Mais quand je m'y plonge, je ne peux m'expliquer qu'il produise cet effet. »

Robinson prend donc ses distances avec Keynes en cherchant à démontrer les convergences entre les théories économiques de Karl Marx et de John Maynard Keynes. Ce dernier aurait en effet justifié l'intuition de Marx selon laquelle la racine des crises se trouve dans les contradictions récurrentes entre capacité de production et capacité de consommation.

Elle est cependant restée relativement indépendante par rapport à l'orthodoxie marxiste, notamment de la théorie de la valeur travail. Ainsi dans la revue Monthly Review, elle déclare en 1977 « On nous dit qu'il n'est pas possible de parler d'exploitation excepté en termes de valeur, mais pourquoi devons-nous utiliser l'espace des valeurs pour montrer qu'on peut faire des profits dans l'industrie en vendant des marchandises au-dessus de leur coût de production ou pour expliquer le pouvoir de ceux qui commandent la finance sur ceux qui ne le font pas ? » Économiste moraliste, elle écrit aussi « Si on pose une fois de plus la question « Est-ce qu'un investissement réalisé pour produire des colifichets, pour lesquels il faudra faire de la publicité, serait une plus grande contribution au bien-être humain qu'un investissement améliorant le service de santé ? », il me semble que la réponse saute aux yeux ; la meilleure réponse que l'idéologie du laisser-faire puisse offrir est de ne pas poser la question. » (Philosophie économique, p. 223)

De plus, Robinson effectua plusieurs voyages en Chine, publia ses travaux et analyses dans plusieurs ouvrages dont China: An Economic Perspective (1958), The Cultural Revolution in China (1969) et Economic Management in China (1976), dans lesquels elle fit l'éloge de la Révolution culturelle qui fit plusieurs millions de morts[2],[3],[4],[5],[6]. En octobre 1964, elle visita également la Corée du Nord qui réalisait à ce moment-là une politique de collectivisation forcée et elle écrivit dans son rapport « Le Miracle Coréen » que le « succès » du pays était due à « l'intense concentration des Coréens dans la fierté nationale » sous la direction du dirigeant totalitaire Kim Il-Sung qui à ses yeux était « un messie plutôt qu'un dictateur »[7]. Elle a également déclaré en référence à la partition de la Corée que « évidement, tôt ou tard le pays sera réunifié en absorbant le Sud dans le socialisme »[8].

Ouvrages majeursModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • L’Économie de la concurrence imparfaite (1933), Paris, Dunod, 1975.
  • Introduction à la théorie de l’emploi (1937), Paris, PUF, 1948.
  • Essai sur l’économie de Marx (1942), Paris, Dunod, 1971.
  • L’Accumulation du capital (1956), Paris, Dunod, 1972.
  • Exercices d’analyse économique (1960), Paris, PUF, 1963.
  • Philosophie économique (1962), Paris, PUF, 1967.
  • Liberté et Nécessité. Introduction à l'étude de l'économie et de la société (1970), Paris, Payot.
  • Hérésies économiques (1971), Paris, Calmann-Lévy, 1972.
  • L’Économique moderne (1973), avec John Eatwell, Paris, Economica, 1975.
  • Développement et sous-développement, Paris, Paris, Economica, 1979.
  • Contributions à l’économie contemporaine (1978), Paris, Economica, 1984.

Notes et référencesModifier

  1. « La Croissance Economique: la théorie et les faits ».
  2. Jean-Louis Margolin, « Chine, une longue marche dans la nuit », dans Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme : Crimes, terreur, répression, Robert Laffont, 1997, 846 p. (ISBN 978-2221082041) p. 561.
  3. Les Massacres de la révolution culturelle, p. 31 - 32.
  4. Une période sombre de la Chine Le Monde, 3 avril 2008.
  5. Chang, Jung and Halliday, Jon. Mao : l'histoire inconnue. Jonathan Cape, London, 2005. p. 569
  6. Merrill Goldman et Lydia Perry, « The Chinese Case: Was It Genocide or Poor Policy? »,  : « La Révolution culturelle fut l'épisode le plus destructeur de la Chine moderne. Il est estimé à 100 millions de personnes qui furent persécutées et entre 5 et 10 millions, principalement des intellectuels et des officiels du parti, qui y ont perdu la vie. »
  7. Heonik Kwon et Byung-Ho Chung, North Korea: Beyond Charismatic Politics, Rowman & Littlefield Publishers, , 151–152 p. (ISBN 978-1-4422-1577-1, lire en ligne)
  8. Geoffrey Colin Harcourt, The Structure of Post-Keynesian Economics, Cambridge University Press, (ISBN 9780765637017, lire en ligne), p. 92

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, « L’économie hérétique de Joan Robinson », L’Économie politique, no 7, juillet 2000.
  • « Joan Robinson, rebelle à toutes les orthodoxies », Alternatives économiques, no 224, avril 2004.
  • Geoffrey Harcourt (dir.), L’Économie rebelle de Joan Robinson, Paris, L’Harmattan, 2001.
  • (en) G. C. Harcourt, « Robinson [née Maurice], Joan Violet (1903–1983) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier