Ouvrir le menu principal

Joël Lopez

joueur de football français

Joël Lopez
Image illustrative de l’article Joël Lopez
Biographie
Nationalité Français
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Lieu Aressy
Poste Milieu de terrain
Parcours senior1
SaisonsClubsM (B.)
-Flag of France.svg Pau FC
Flag of France.svg LB Châteauroux
-Flag of France.svg Girondins de Bordeaux
-Flag of France.svg FC Mulhouse
-Flag of France.svg Olympique Thonon Chablais
-Flag of France.svg Pau FC
1 Matchs de championnat uniquement.
Tout ou partie de ces informations sont extraites de Wikidata.
Cliquer ici pour les compléter.

Joël Lopez est un footballeur français né le 30 octobre 1960 à Aressy. Originaire de la région de Pau, il jouera longtemps au Pau FC avant de se reconvertir comme entraîneur puis président de club, d'abord à Pau puis à l'Évian Thonon Gaillard Football Club.

À l'époque de sa carrière de joueur, il évolue au poste de milieu défensif et joue la majorité de sa carrière au Pau FC (en Division 4 et Division 3) et également dans différents clubs de deuxième division ainsi qu'une saison en première division (1984-1985), année où il participera à la victoire en championnat des Girondins de Bordeaux (en jouant deux matchs de championnats).

Par la suite, il entraîne l'effectif palois de 2000 à 2001 puis devient directeur sportif avant d'être nommé président du club jusqu'en 2010. Il rejoint alors l'Évian Thonon Gaillard Football Club où il intègre tout d’abord à la cellule de recrutement du club puis assume le poste de directeur délégué. En décembre 2013, il devient président du club, succédant à Patrick Trotignon à la suite de sa démission. À l'intersaison 2015, il est démis de ses fonctions par le conseil d'administration du club.

BiographieModifier

JoueurModifier

Joël Lopez commence le football à l'âge de cinq ans à la Jeanne d'Arc le Béarn de Pau. Il y côtoie Jean-Michel Larqué (futur septuple champion de France avec l'AS Saint-Etienne et international français) qui fait également ces débuts dans ce club dont son père, Jean Larqué, est président[1],[2].

En 1979, après un passage au clun du quartier de Bourbaki (toujours à Pau), Joël Lopez rentre dans le club le plus prestigieux de la ville, le Pau Football Club, qui évolue alors en quaytième division[3]. Il participe au bon parcours de ce club dans ce championnat : après une troisième place décrochée en 1982 (groupe G), sous les ordres de René Lanusse, le club finit deuxième la saison suivante en 1983 et est promu en troisième division[4]. Joël Lopez joue pendant la moitié de cette saison1982-1983 sous les couleurs de La Berrichonne de Châteauroux en deuxième division (groupe A) avec laquelle il joue quatre matchs et marque un but. Il revient à Pau en janvier au mercato d'hiver et est un acteur de la bonne saison du club, menant à la montée en D3[3].

En division 3 (groupe centre-ouest), le FC Pau, maintenant entraîné par Paul Escudé, parvient à se maintenir (dixième place en 1984) et Joël Lopez « fait partie des joueurs qui se mettent en évidence, tout en restant à un niveau amateur », puisqu'il joue 30 matchs et marque 23 buts cette saison là[1],[4],[5].

Au début de la saison 1983-1984, Joël Lopez est approché par Didier Couécou, directeur sportif du Football Club des Girondins de Bordeaux, club de première division, puis par son président Claude Bez, et finalement par Aimé Jacquet, l’entraîneur de l'équipe première, qui le convainc de rejoindre le club. Expliquant sa décision de rejoindre les Girondins de Bordeaux comme un « choix de cœur », Lopez va ainsi jouer la seule saison de sa carrière en première division sous les couleurs des Girondins. Il joue deux matchs en championnat et un en Coupe de France, sans marquer de but. Il participera toutefois au titre de champion de France remporté par le club cette année-là [1]. Si Joël Lopez reste la plus grande partie de la saison sur le banc et avec la réserve (qui évolue alors en division 3 groupe centre-ouest et avec laquelle il marque 8 buts pour 23 apparitions[5]), il côtoie tout de même à cette époque le très haut niveau, et estime a posteriori qu'il « aurait pu [s]’inscrire sur la durée avec les Girondins », mais, de son propre aveu, il s'est montré « un petit peu impatient » et s'est « un petit peu lassé d’être sur le banc, la concurrence étant alors très forte »[1]. C'est pourquoi en fin de saison Lopez fait le « choix douloureux de quitter le club », décidant de tenter sa chance ailleurs pour jouer davantage.

En 1985 il rejoint le FC Mulhouse, entraîné par Raymond Domenech, en deuxième division[1]. Coutumier du fait, le FCM finit la saison à la deuxième place du groupe B mais ne parvient pas à remonter en première division[6]. En effet, les coéquipiers de Lopez gagnent en pré-barrages contre l'Olympique lyonnais, puis en barrages contre l'Olympique Alès, mais perdent contre l'AS Nancy-Lorraine en barrages D1/D2[7]. Cette saison là, Lopez aura joué dix-huit match avec le club alsacien[3].

En fin de saison, il signe au Club sportif de Thonon, autre club de division 2 qui est alors en difficulté depuis quelques années. Durant cette saison, sous les ordres de Michel Plumereau, qui laisse sa place en novembre au tchèque champion d'Europe 1976 Anton Ondruš qui devient entraineur-joueur, Lopez joue vingt-cinq match cette saison et marque deux buts. Mais le CST finit seizième et est relégué en D3[1],[3],[8]. L'équipe dirigeante faisant face à de trop gros problèmes de gestion dépose le bilan et demande la double-relégation en quatrième division en fin de saison.

À l’été 1987, Lopez préfère revenir chez lui à Pau et finir sa carrière en troisième division plutôt que d’évoluer en D2. Il considère effectivement la deuxième division de l’époque comme étant un championnat « quand même assez compliqué avec un football très physique, pas forcément adapté à [ses] qualités »[1]. Le FC Pau dans lequel il revient évolue toujours en troième division et finit chacune de ses saisons dans le milieu du classement, successivement sous les ordres de Paul Escudé, Jean Gallice et Slavoljub Muslin, stagnant de la 6e à la 14e place, assurant son maintien mais ne parvenant à jouer la montée, Lopez va jouer une vingtaine de matchs par saison (et marque une moyenne de 5 buts) durant les 5 années qu'il va passer au club, et arrête sa carrière de joueur en 1992[4],[5].

DirigeantModifier

PalmarèsModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Benjamin Perrier, « Rencontre avec le Président Joël Lopez », ETG Mag, no 11 « Objectf maintien ! »,‎ , p. 10-18 (ISSN 2119-6230, lire en ligne)
  2. Jean-Michel Larqué (dir.), Hugues Berton et Jean Rességuié, Vert de rage, Paris, Calmann-Lévy, , 282 p. (ISBN 2-7021-4103-X et 978-2-7021-4103-8, OCLC 690870183, notice BnF no FRBNF42132501), p. 28-29
  3. a b c et d « Fiche de Joël Lopez », sur footballdatabase.eu
  4. a b et c Historique saison par saison du FC Pau sur pau1959.fr, consulté le 10 mai 2014
  5. a b et c Fiche de Joël Lopez sur soccerdatabase.eu, consulté le 10 mai 2014
  6. Collectif (sous la direction de Thierry Berthou), Dictionnaire historique des clubs de football français, t. 2, Pages de foot, (ISBN 2913146023), « Mulhouse », p. 256
  7. Collectif, 100 ans de football en Alsace, Ligue d'Alsace de Football Association, (ISBN 2911219139), « Football Club de Mulhouse », p. 46
  8. Classement de la saison 1986-1987 de D2, sur le site officiel de la Ligue de football professionnel, consulté le 10 mai 2014

Liens externesModifier