Ouvrir le menu principal

Joë Nordmann

avocat, membre du Parti communiste français depuis 1933

Joë Nordmann (né le , mort le ) est un avocat, un résistant et un militant du Parti communiste français. Il est dans l'après-guerre l'avocat du Parti communiste[1].

Sommaire

BiographieModifier

Né dans une famille juive de Mulhouse, fils d'un avocat alsacien poursuivi par les militaires allemands en 1914, Joë Nordmann adhère au Parti communiste français en 1933, année de l’accession de Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne, ainsi qu'à l'Association juridique internationale (AJI), pour laquelle il voyage en Roumanie et en Grèce en 1936 afin d'effectuer un rapport sur les conditions de détention dans ces régimes autoritaires.

En 1941, il fonde une organisation de résistance, le Front national des juristes, dont Pierre de Chauveron membre du conseil de l'Ordre, assure la présidence. Le Front est une organisation de résistance du Palais de Justice de Paris puis partout en France. Il publie un journal clandestin, le Palais libre[2].

Durant la Résistance, il participe à de nombreuses opérations, dont l'une, confiée par Jacques Duclos, consiste à remettre à Louis Aragon, qui se trouve en Zone Sud, divers documents importants, dont les paroles et les écrits des otages de Châteaubriant, pour « en faire un monument ».

La Libération : Nuremberg et la définition du crime contre l'humanitéModifier

A la Libération, il devient directeur de cabinet du communiste Marcel Willard, secrétaire général provisoire à la Justice (24 août-10 septembre 1944) et ex-membre de l'AJI.

Il est désigné pour assister le parquet français au tribunal militaire de Nuremberg lors du procès des hauts dignitaires nazis : « J’étais assis sur les bancs de l’accusation, face à Göring et aux autres grands criminels de guerre nazis. C’est ainsi que je me suis préoccupé de la notion de crimes contre l’humanité et que j’ai mené campagne, des années plus tard, pour que cette notion entre dans le droit français ».

Un avocat militantModifier

Son engagement militant[3] le fait aussi défendre les victimes de l'Affaire de la station de métro Charonne, des républicains espagnols, ainsi que des combattants vietnamiens et algériens. Il plaide en Grèce contre le dictature des colonels, au Paraguay contre le dictateur Alfredo Stroessner, au Chili contre Augusto Pinochet, mais aussi contre le mercenaire Bob Denard.

Président de l’Association internationale des juristes démocrates (AIJD), qu'il fonde en 1945, il est l’avocat des Lettres françaises, hebdomadaire littéraire communiste, dans l'affaire Kravtchenko[4]. Lors du procès, il tente de prouver que Kravtchenko et ses témoins sont des « menteurs » voulant dénigrer l'Union soviétique[5],[6]. Nordmann prend alors contact avec l'ambassade soviétique à Paris en affirmant que le procès pouvait être l’occasion de critiquer les « visées expansionnistes » et la « politique de provocation à la guerre » des États-Unis. L'intérêt politique du procès est d'autant plus grand, selon lui, du fait de la personnalité de l’avocat de Kravchenko, maître Georges Izard, qui depuis 1936 critiquait la politique soviétique. Nordmann propose de relancer « une large campagne contre le livre de Kravchenko, à l’occasion de cette affaire ». Cette seconde campagne et les articles alors publiés provoqueront la deuxième vague d’accusations et l'inculpation d'André Wurmser qui jusque-là devait être appelé comme témoin[6]. Alors que le témoignage de Margarete Buber-Neumann, rescapée du Goulag et des camps de concentration nazis, représente l'un des temps forts du procès, car, pour la première fois, un témoin rescapé d'un camp de déportés politiques soviétique apportait un témoignage direct, Joë Nordmann tente de le discréditer en s'adressant à Lise London afin d'obtenir des renseignements utilisables « permettant de démasquer les mensonges de la femme Buber-Neumann »[6]. La revue sera finalement condamnée[6]

Lors des procès de Prague et de la révoltion en Hongrie (1956), il continue de suivre la direction du Parti communiste. Il exprimera des désaccords à propos des chars à Prague en 1968 puis de la guerre d'Afghanistan (1979-1989) sans s'éloigner du parti[7]. Cette fidélité au PCF lui vaudra une réputation de « vieux stalinien »[5].

Maître Nordmann prend la défense de plusieurs dissidents soviétiques comme lors des procès des écrivains soviétiques Andreï Siniavski et Iouli Daniel, en 1965, et d’Alexandre Ginsburg en 1968, et fait envoyer à Kaboul une mission de l’AIJD, au moment de l’intervention soviétique en 1980.

En 1973, il est le premier à relancer les poursuites contre Paul Touvier pour « crime contre l'humanité », fait inédit dans l'histoire, qui aboutira après de longues années d'attente. Suivront les procès de Klaus Barbie et de Maurice Papon, dans lesquels il joue, chaque fois, un rôle de premier plan. Il est, durant ces années, le porte-parole de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP).

Dans les années 1970, il fait une première « autocritique » et reconnaît ses « erreurs » sur l'Union soviétique. En 1996, il explique avoir nié la réalité du stalinisme en raison du contexte de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre : « Pour moi, le Parti et l'Union soviétique étaient dans la continuité de la résistance puis de la coexistence pacifique. Souvenez-vous qu'à cette époque les intellectuels français étaient dans leur grande majorité proches des communistes. Je suis entré au Parti et dans la lutte pendant la guerre par antifascisme. Mon engagement n'avait rien à voir avec l'Union soviétique ». Dans ses souvenirs, il écrit : « Tout bien pesé, la croyance qui est à l'origine de mon aveuglement me paraît comparable à la foi religieuse. La sacralisation de l'idéal à travers un homme divinisé, remonte à des temps fort anciens (...) Le souvenir de mon comportement à la mort de Staline me fait penser à un agenouillement, à une prosternation[5]. »

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Joë Nordmann, ex-avocat du PCF, lemonde.fr, 18 novembre 2005
  2. Liora Israël, « La Résistance dans les milieux judiciaires - Action collective et identités professionnelles en temps de guerre », Genèses, no 45,‎ , p. 45 à 68 (lire en ligne, consulté le 11 février 2019).
  3. Page de l'émission « Mémorables » sur France culture
  4. Ingénieur ukrainien passé à l'Ouest que les services secrets américains poussent à intenter un procès contre le journal de Louis Aragon[réf. nécessaire], en 1949. Kravtchenko avait publié un livre, Je choisis la liberté, dont les Lettres françaises voulaient dénoncer les « mensonges » sur l’Union soviétique et la manipulation des services américains.
  5. a b et c Annette Lévy-Willard, Joë Nordmann, 86 ans, ancien résistant, défenseur des droits de l'homme, longtemps avocat des communistes, publie ses mémoires. Une tranche de siècle marquée par Staline. La faucille et le barreau, portrait dans Libération, 27 mai 1996
  6. a b c et d Liora Israël, Un procès du Goulag au temps du Goulag ? L'affaire Kravchenko (1949), Critique internationale, 2007/3 (n° 36), pages 85 à 101
  7. Joë Nordmann fait toujours de la résistance, entretien, lexpress.fr, 2 mai 1996
  8. « NORDMANN Joë (par Claude Willard) », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 18 mars 2019).

BibliographieModifier

  • Joë Nordmann, Aux vents de l'histoire : mémoires, Actes Sud, 1996, 380 p. (ISBN 2-7427-0763-8)
  • Laurent Vallery-Radot, Les Mémoires de Joë Nordmann, La Gazette du Palais, 9 et 10 octobre 1996

Liens externesModifier