Ouvrir le menu principal

Guo Jingjing

plongeuse
(Redirigé depuis Jingjing Guo)
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Guo, précède le nom personnel.

Guo Jingjing
Image illustrative de l’article Guo Jingjing
Guo Jingjing aux Jeux olympiques de Pékin
Contexte général
Sport Plongeon
Période active 1992-2008
Biographie
Nationalité sportive Chinoise
Nationalité République populaire de Chine
Naissance
Lieu de naissance Baoding
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 4 2 0
Championnats du monde 10 1 0
Jeux asiatiques 4 0 0

Guo Jingjing (née le à Baoding dans la province du Hebei) est une plongeuse chinoise. Surnommée « diva du plongeon » ou « reine du plongeon »[1], elle est l'une des plongeuses les plus médaillées de l'histoire, avec notamment quatre titres de championne olympique et dix de championne du monde.

CarrièreModifier

Née à Baoding en 1981, Guo Jingjing commence le plongeon à l'âge de six ans dans la base d'entraînement de sa ville natale. En 1992, elle est sélectionnée pour représenter l'équipe nationale chinoise. Elle commence à s'illustrer au niveau international en 1995 lors d'une épreuve de coupe du monde organisée à Atlanta[2]. Elle n'a alors que 14 ans mais se distingue en gagnant l'épreuve du plongeon synchronisé à 1 m avec sa compatriote Wang Rui[2] et réédite pareille performance sur le tremplin synchronisé à 3 m[2]. L'année suivante, Guo participe aux Jeux olympiques de 1996, là encore à Atlanta, mais ne parvient pas à monter sur le podium. Sur l'épreuve de haut vol à 10 m, la Chinoise termine cinquième, loin de sa compatriote Fu Mingxia, sacrée pour la seconde fois après le tremplin à 3 m.

En 1998, à Perth, Guo enlève sa première récompense lors de championnats du monde en obtenant la médaille d'argent sur le tremplin à 3 m. L'année suivante, elle remporte la coupe du monde sur l'épreuve du plongeon synchronisé à 3 m. En 2000, elle s'impose sur le tremplin à 3 m. Aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, la plongeuse obtient deux médailles d'argent. D'abord alignée sur le tremplin à 3 m, elle remporte la médaille d'argent derrière sa compatriote Fu Mingxia. Avec cette dernière, elle termine deuxième sur le plongeon synchronisé à 3 m derrière un duo russe. La retraite de Fu, multiple championne olympique et meilleure plongeuse des années 1990, annonce l'avènement légitime de sa compatriote Guo.

En 2001, à Fukuoka, la plongeuse remporte deux médailles d'or lors des Mondiaux (elle est désormais associée à Wu Minxia en plongeon synchronisé). Elle conserve ses deux titres en 2003, 2005 et 2007. Entre-temps, Guo Jingjing participait à ses troisièmes Jeux olympiques en 2004 à Athènes. Favorite, elle décroche deux titres olympiques dans ses deux épreuves de prédilection : le tremplin à 3 m et le plongeon synchronisé à 3 m. La notoriété que lui apportent ces deux sacres olympiques obtenus en Grèce permettent à la Chinoise de signer un contrat de parrainage avec la firme de restauration rapide américaine McDonald's. Un temps écartée de l'équipe nationale à cause de cette association, elle est rapidement réintégrée[3]. Son attitude de « star » jugée trop « commerciale » en Chine est cependant toujours critiquée par les médias nationaux[4], lesquels ne manquent pas de parler de la vie privée de la plongeuse[5], la montrant par exemple avec son conjoint Kenneth Fok, petit-fils de l'homme d'affaires hong-kongais Henry Fok (en)[1]. Elle est également critiquée pour les excès dont elle fait preuve dans ses déclarations ou pour sa façon de traiter les journalistes[1].

Peu avant le début des Jeux asiatiques de 2006 organisés à Doha, la plongeuse chinoise annonce qu'elle compte mettre un terme à sa carrière à l'issue des Jeux olympiques de 2008 se tenant à Pékin[6]. Elle obtient deux nouveaux titres mondiaux en 2007 à Melbourne. Lors des Jeux olympiques organisés par son pays en 2008, elle remporte deux titres olympiques supplémentaires obtenues, conservant donc ceux qu'elle avait conquis quatre ans auparavant.

Contrairement à ce qu'elle avait annoncé initialement, elle n'arrête pas la compétition après les Jeux de Pékin et participe ainsi aux championnats du monde de 2009 à Rome. Parvenant à réaliser le doublé individuel/synchronisé pour la cinquième fois d'affilée, elle atteint ainsi un total de dix titres mondiaux.

Elle confirme l'arrêt de sa carrière sportive en janvier 2011, affirmant alors ne pas se préparer pour les Jeux olympiques de 2012.

PalmarèsModifier

 
Guo Jingjing en 2010.

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Jeux asiatiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Cédric Mathiot, « Leurs nouveaux dieux du stade », sur liberation.fr, .
  2. a b et c (en) « After 8 years, Guo finally makes it in Olympics », sur chinadaily.com, 15 août 2004. Consulté le 03/03/2008.
  3. (en) « Hanging by a Thread », ESPN (2007). Consulté le 03/03/2008.
  4. (en) « Diving queen Guo slammed for snubbing China press », The Guardian (2008). Consulté le 03/03/2008.
  5. (en) « Diving princess Guo Jingjing enters love’s troubled waters », Times Online, 3 février 2008. Consulté le 03/03/2008.
  6. (en) « Asian Games-bound diver Guo Jingjing to retire after 2008 Olympics », People's Daily, 26 novembre 2006. Consulté le 03/03/2008.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :