Jiří Gruša

diplomate, écrivain, romancier et poète tchèque

Jiří Gruša
Illustration.
Jiří Gruša en juin 2011.
Fonctions
Président du PEN International

(5 ans et 7 mois)
Prédécesseur Homero Aridjis
Successeur John Ralston Saul
Ambassadeur de la République tchèque en Autriche

(6 ans, 3 mois et 17 jours)
Prédécesseur Pavel Jajtner
Successeur Rudolf Jindrák
Ministre tchèque de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports

(6 mois et 30 jours)
Président du gouvernement Václav Klaus
Gouvernement Klaus II
Prédécesseur Ivan Pilip
Successeur Jan Sokol
Ambassadeur de la République tchèque en Allemagne[a]

(7 ans)
Prédécesseur Pavel Sadovský
Successeur František Černý
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pardubice (Tchécoslovaquie)
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Hanovre (Allemagne)
Nationalité Tchèque
Allemande
Parti politique SE
Diplômé de Université Charles de Prague
Profession Dramaturge de production
Poète
Diplomate
Traducteur
Auteur de littérature pour la jeunesse
Écrivain
Critique littéraire
Distinctions Grand officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne
Prix Andreas-Gryphius (1996)
Prix Adalbert-von-Chamisso (1997)
Médaille Goethe (1999)
Chevalier de la Légion d'honneur (2007)

Signature de Jiří Gruša

Jiří Gruša
Ministres tchèques de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports

Jiří Gruša, né le à Pardubice et mort le , est un écrivain, poète, traducteur, homme politique et diplomate tchèque.

FormationModifier

Il étudie l'histoire et la philosophie à l'université Charles de Prague.
Il travaille ensuite comme rédacteur pour les magazines Tvář (Le visage), Sešity (Les cahiers) ou bien Nové knihy (Les nouveaux livres).

Pendant la NormalisationModifier

Après le printemps de Prague, pendant la « Normalisation », Jiří Gruša n'a plus le droit de publier. Il va même quelque temps en prison à cause de son roman Mimmer. Il exerce alors différents métiers, et prend part à de nombreuses publications Samizdat. En 1978, il est à nouveau emprisonné deux mois pour la publication d'un roman.

Il signe la Charte 77 et est contraint à l'émigration.

En 1980, il obtient une bourse pour étudier aux États-Unis. Sous Gustáv Husák, le régime communiste lui retire sa nationalité lorsqu'il revient en Tchéquie, en 1981. Jiří Gruša s'installe en Allemagne, à Bonn, où il travaille comme écrivain et aide la littérature tchécoslovaque.

Après la Révolution de veloursModifier

 
Jiří Gruša en novembre 2009.

Après la chute du communisme, il devient ambassadeur de la République tchèque en Allemagne de 1991 à 1997 et de l'Autriche de 1998 à 2004.

Il est ministre de l'Éducation de 1997 à 1998, au sein du gouvernement minoritaire de Václav Klaus. Bien qu'il n'appartienne à aucun parti politique, il doit laisser le poste de ministre à Jan Sokol.

Il devient ensuite ambassadeur tchèque en Autriche.

En 2002, il reçoit le prix Jaroslav Seifert. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 2007[1].

Jiří Gruša est président du PEN club de à [2] et directeur de l'Académie diplomatique de Vienne.

OuvragesModifier

  • Torna (1962)
  • Světlá lhůta (1964)
  • Cvičení mučení (1969)
  • Kudláskovy příhody (1969)
  • Mimmer aneb Hra o smraďocha (1972)
  • Dámský gambit (1973)
  • Modlitba k Janince (1974)
  • Dotazník aneb modlitba za jedno město a přítele (1975)
  • Dr. Kokeš Mistr Panny (1980)
  • Der Babylonwald (1990)
  • Wandersteine (1994)
  • Gebrauchanweisen für Tschechien (1999)
  • Šťastný bezdomovec (2004)
  • Umění umírat (2004)

RéférencesModifier

  1. « Remise des Insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à M. le Directeur Jiri Gruša », Title, (consulté le )
  2. « International PEN elects new President », International PEN, (consulté le )
  1. Ambassadeur tchécoslovaque jusqu'au .

Liens externesModifier