Jeux floraux (Catalogne et Valence)

joutes poétiques en langue catalane

Les Jeux floraux (en catalan Jocs florals ; Jochs florals en catalan ancien ; ou encore Jocs de la Gaia Ciència) sont des joutes poétiques en langue catalane instaurées à Barcelone et à Valence au XIXe siècle, inspirées de celles autrefois célébrées en langue provençale par l'Académie des Jeux floraux du Languedoc.

L'instauration des Jeux floraux marque une étape importante dans le mouvement de renouveau des langue et culture catalanes connu sous le nom de Renaixença (« Renaissance »), et qui en Catalogne constitue le prélude à la politisation du catalanisme[1].

Au début du XXe siècle, ils inspirent l'instauration des Jeux floraux internationaux, concours espérantiste similaire célébré en Catalogne.

OriginesModifier

Tout d'abord, les Jeux floraux furent à l'époque instaurés dans la Rome Antique, se célébrant du 28 avril au 3 mai, en l'honneur de la déesse Flora. Quant à leur célébration, elle est annuelle depuis 173 A.C et comme pour la majorité des jeux romains, elle avait une connotation religieuse.

Mais, l'origine des Jeux floraux de Catalogne et Valence se trouve dans ceux que célébrait l'Académie des Jeux floraux de Toulouse, instaurés en 1323 et célébrées jusqu'en 1484, auxquels participaient également des troubadours et poètes de la couronne d'Aragon comme par exemple Bernat de Palaol. En effet, durant cette époque, la langue occitane était considérée comme la langue savante. Elle était très utilisée dans des manifestations littéraires, notamment poétiques.

À partir de 1393, et à l'initiative du roi Jean Ier d'Aragon, les jeux furent instaurés à Barcelone et se tinrent jusqu'à la fin du XVe siècle sous la bienveillance des monarques de la couronne d'Aragon. Les cérémonies de remise des prix se déroulaient dans le Salon des Cent, dans la mairie de Barcelone.

Jeux floraux de BarceloneModifier

Le premier dimanche de , les Jeux floraux sont réinstaurés à Barcelone à l'initiative d'Antoni de Bofarull et Víctor Balaguer, sous le slogan Patria, Fides, Amor (« Patrie, foi, amour ») en référence aux trois prix traditionnels : la Fleur naturelle ou prix d'honneur (octroyée à la meilleure poésie amoureuse), l'Églantine d'or (à la meilleure poésie patriote) et la Violette d'or et d'argent (au meilleur poème religieux). Celui remportant éventuellement les trois prix est investi du titre de « Maître en gai savoir ». Il existe également des prix exceptionnels comme la Coupe artistique, concédée à la meilleure composition en prose, ou d'autres procurés par des mécènes ou des institutions particulières.

Les Jeux reçoivent le soutien d'amples secteurs intellectuels ou politiques de Catalogne, contribuant à conférer un certain prestige à la littérature catalane savante. Ils sont à l'origine de la manifestation de divergences concernant le modèle de langue à adopter : Marià Aguiló défend un modèle prenant en considération les auteurs issus de toutes les variantes dialectales ; Antoni de Bofarull milite pour sa part pour l'adoption d'un modèle basé sur les classiques littéraires des XVIe et XVIIe siècles et le dialecte barcelonais ; il existe enfin une troisième voie (parfois partiellement convergente avec la précédente) ne disposant pas d'un défenseur notoire dans les Jeux et qui promeut l'utilisation du catalan contemporain parlé à Barcelone.

Les Jeux floraux rassemblent des participants issus d'idéologies distinctes et parfois opposées, en particulier républicains et conservateurs. Les discours tenus aux Jeux reflètent cette diversité idéologique et sont devenus un point de référence important dans l'étude du débat interne sur la langue et les évolutions rencontrées par les participants[2].

À partir de la fin du siècle, les Jeux commencent à être perçus comme une institution anachronique et diverses tentatives de modernisation ont lieu. La plus importante et celle de 1914, proposée par Josep Carner et ses proches, mais ne rencontre pas de succès significatif. Le point le plus débattu est la question de l'utilisation ou non de normes orthographiques conformes à celles récemment élaborées par Pompeu Fabra et promues par l'Institut d'Estudis Catalans. Le dilemme ne sera tranché qu'en 1934 avec l'adoption définitive de ces normes. Ainsi, l'adoption en 1932 des Normes de Castelló (adaptation au valencien des Normes ortogràfiques de 1913) et leur apparition dans les Jeux floraux de Valence tenus par l'institution Lo Rat Penat, précède l'adoption des normes de Fabra par les participants aux Jeux de Barcelone.

En raison de la répression des langues vernaculaires durant la Dictature de Primo de Rivera (1923-1930), les Jeux sont célébrés à Toulouse en 1924. En 1925, leur célébration étant interdite, ils sont remplacés par un hommage au cours duquel les maîtres en gai savoir encore en vie élisent les meilleurs poèmes des maîtres défunts. De 1926 à 1929, en l'absence de cérémonie publique la remise des prix se tient en privé, au domicile des présidents du consistoire des jeux.

Les Jeux floraux durant l'exilModifier

En raison de la guerre civile (1936-1939) puis de l'instauration de la dictature franquiste (1939-1975), le concours va se célébrer jusqu'en 1936. Par la suite, les Jeux floraux vont être repris par de nombreux Catalans qui furent exilés. Enfin, à partir de 1941, le concours prendra le nom de "Jeux floraux de la langue catalane" et sera ainsi célébré dans plusieurs endroits dans le monde. Les fonds d'archives des Jeux sont conservés par la municipalité de la ville[3].

Rétablissement des Jeux floraux de BarceloneModifier

En 1978, après le rétablissement de la démocratie, les Jeux floraux vont de nouveau se célébrer dans la ville de Barcelone ; même malgré le changement du règlement en 1981 et de la réforme en 1992.

En 2006, un changement au niveau des prix y sera apporté ; en passant ainsi de trois prix en un unique prix, désormais appelé "Premi de Poesia Jocs Florals de Barcelona".

Ainsi, les diverses sources des Jeux floraux sont conservées dans les Archives historiques de la ville de Barcelone. Celles-ci comprennent les actes du Concile, la correspondance et les compositions présentées en concours couvrant la période de 1859 à 1982.

Autres Jeux dans le paysModifier

Plusieurs comarques, villes d'Espagne, tout comme des quartiers et beaucoup d'institutions culturelles organisent leurs propres concours littéraires, utilisant également le nom de Jeux floraux.

Jeux floraux scolaires de CatalogneModifier

Depuis 2014, le Ministère de l'Éducation souhaite organiser des Jeux floraux scolaires dans la Catalogne, en lançant un appel aux centres d'enseignement primaires et secondaires. Le but étant de valoriser et stimuler l'expression ainsi que la production écrite des nombreux élèves, afin de continuer à encourager une tradition culturelle, très ancrée dans le pays.

Jeux floraux de la ville et du royaume de ValenceModifier

 
Lo Rat Penat.

Les Jeux floraux sont également introduits à Valence au XIXe siècle, sous la direction de l’association culturelle Lo Rat Penat et sous le nom de « Jeux floraux de la ville et du royaume de Valence » (Jocs Florals de la Ciutat i Regne de València). Les prix ordinaires sont au nombre de 17 et plusieurs autres prix sont décernés par des entités publiques ou privées (chacune des trois députations provinciales de la région, ainsi que la Généralité valencienne, l'archidiocèse de Valence etc.)

Depuis la fin des années 1970 et en conséquence du conflit identitaire de la Bataille de Valence survenu durant la Transition démocratique, les Jeux floraux accueillent des auteurs suivant les Normes del Puig, utilisées par des secteurs considérant le valencien comme une langue différente du catalan. Lors de l'année 2008, il y eut la célébration de la 125e édition.

Malgré cela, d'autres Jeux floraux furent également célébrés notamment dans la ville de Nules (province de Castellón), sous le nom de Jocs Florals de la Vila de Nules. En 2008, ceux-ci fêtaient leur 55e édition.

Jeux floraux du Pays basqueModifier

Les Jeux floraux ont démarré au Pays basque sous l'impulsion d'Antoine d'Abbadie d'Arrast afin de revitaliser la culture et identité basques, lesquelles étant plongées dans la crise après la perte de leur cadre légal et institutionnel pendant la Révolution française. En 1851, les premiers Lore jokoak sont tenus à Urrugne avec des concours de littérature et bertsos écrits. Ils ont continué avec cette dénomination jusqu'à la mort d'Abbadia en 1897, mais leur influence a continué aux deux côtés de la frontière franco-espagnole longtemps après son décès.

Les Lore jokoak ont contribué notamment à la renaissance de la conscience basque lors de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Jeux floraux de la Gineste d'orModifier

La Compagnie littéraire de la Gineste d'or (Companyia Literària de la Ginesta d'Or en catalan) est créée à Perpignan en 1923 sous l'impulsion d'Horace Chauvet. La première édition des jeux floraux de la Gineste d'or a lieu en 1924, pour coïncider avec le sixième centenaire de ceux de Toulouse. La participation peut s'y faire en catalan ou en français. Le succès de cette manifestation fut considérable, considérant l'oppression subie alors par le catalan en Espagne. Ces jeux permettront notamment de révéler le poète et écrivain Jordi Pere Cerdà[4].

Quelques exemples de Jeux floraux au niveau internationalModifier

Les Jeux floraux des villes de Barcelone et de Valence, ont inspirés également la célébration des Jeux floraux internationaux à partir de 1909. Ce concours littéraire effectué dans la langue espéranto, est l'un des concours les plus prestigieux avant la Seconde Guerre Mondiale.

Jeux floraux du ChiliModifier

Les Jeux floraux du Chili furent une ancienne célébration organisée par la "Federación de Estudiantes de la Universidad de Chile", dans la ville de Santiago de Chile. En 1914, Gabriela Mistral : une poète chilienne va se présenter. Elle fut récompensée par le Prix Nobel de Littérature grâce à son poème intitulé "Los Sonetos de la muerte".

Jeux floraux de la ville de San Miguel de Tucumán (Argentine)Modifier

Dès la fin du XIX siècle jusqu'au début du XX siècle, ce concours littéraire poétique s'organisait également dans la ville de San Miguel de Tucumán. Les participants devaient participer anonymement, et le jury devait être très connaisseur dans le domaine de la poésie, afin de ne rien laisser passer par rapport à de futures oeuvres connues.

Quelques auteurs s'étant distingués par leur participation aux Jeux florauxModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jordi Casassas et Carles Santacana (trad. Paul Aubert), Le Nationalisme catalan, Paris, Ellipses, coll. « Les essentiels de civilisation espagnole », , 207 p. (ISBN 978-2-7298-0786-3), p. 25
  2. (ca) Joan Manuel Prado (dir.), Història de la Literatura Catalana, col. « fascicles de l'Avui », Edicions 62, 1989, vol I.
  3. (ca) Fons de l'Arxiu Medieval i Modern, site de la municipalité de Barcelone.
  4. Enciclopedia.cat

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier