Jesse Stone

Jesse Stone
Surnom Charles E. Calhoun
Naissance
Drapeau des États-Unis États-Unis (Atchinson, Kansas)
Décès (à 97 ans)
Drapeau des États-Unis États-Unis (Altamonte Springs)
Activité principale auteur, compositeur, arrangeur, producteur
Genre musical Jazz, rhythm and blues, rock 'n' roll
Instruments Violon
Années actives Années 1930 aux années 1980
Labels Merritt, Brunswick, Atlantic, Variety, Roosevelt Music, Reprise, Randy records

Jesse Stone, né le à Atchinson (Kansas)[1], mort le à Altamonte Springs[2], est un musicien, auteur, compositeur, arrangeur et producteur de jazz et de rhythm and blues américain. Il a écrit quelques-uns des plus grands tubes du rock 'n' roll sous le nom de Charles E. Calhoun.

Jesse Stone est introduit au Rhythm and Blues Hall of Fame en 1992[3] et au Rock and Roll Hall of Fame en 2010[réf. nécessaire]. Ahmet Ertegün disait de lui qu'il « avait fait plus que tout autre pour développer le son de base du rock 'n' roll »[4].

BiographieModifier

Né à Atchinson (Kansas) le dans une famille d'artistes, Jesse Stone commence à chanter à l'âge de quatre ans, puis apprend le violon[1]. Il forme son premier groupe en 1926 : Jesse Stone and his Blue Serenaders[5]. Ils enregistrent Starvation Blues l'année suivante à Saint-Louis (Missouri) pour Okeh Records[5]. Jesse travaille comme pianiste et arrangeur à Kansas City et participe à des sessions d'enregistrement pour Julia Lee chez Merritt et Brunswick[5]. Il monte un orchestre dans les années 1930 et est repéré par Duke Ellington qui l'emmène à New York[5]. Il est engagé chez Mills Music et travaille à l'Appollo Theatre, où il écrit des partitions, des arrangements, etc[6].

Jesse Stone enregistre quelques disques sous son nom à la fin des années 1930 et au début des années 1940 (Sneaky Feeling, 1937, Variety)[6]. Son premier gros tube fut Idaho, enregistré par plusieurs orchestres en 1942 dont celui de Benny Goodman pour Colombia[7].

En 1947, il aux côtés d'Ahmet Ertegün et Herb Abramson quand ils fondent la firme Atlantic[7]. Il met au point le motif de basse qui sera utilisé plus tard dans le rock 'n' roll[7]. Sous le nom de Charles E. Calhoun[8], il écrit Money Honey pour les Drifters en 1953[9], It Shoul Have Been Me pour Ray Charles (1954)[9], Your Cash Ain't Nothing But Trash pour les Clovers (1954)[9] et surtout Shake, Rattle and Roll pour Big Joe Turner (1954)[8], qui sera repris avec succès par Bill Haley. Pour ce dernier, il écrit aussi Razzle Dazzle (1955).

En 1956, il lance avec Hal Fein et Charles Singleton la compagnie Roosevelt Music[10], il travaille chez Reprise en 1961[11], avant de diriger la maison de disques Randy records à Chicago[11]. Il se retira ensuite dans le New Jersey[12] puis en Floride[2]. Il est mort à 97 ans le à Altamonte Springs[2].

DiscographieModifier

Jesse Stone & his band :

  • Hey Sister Lucy / An Ace In The Hole, RCA-Victor,
  • Who Killed 'er ? / Mister Jelly Fingers, RCA-Victor,
  • Don't Let It Get Away / The Donkey And The Elephant, RCA-Victor,
  • Who's Zat ? / Bling-a-ling-a-ling, RCA-Victor,
  • Get It While You Can / Keep Your Big Mouth Shut, RCA-Victor,
  • Cole Slaw / Do It Now !, RCA-Victor,

Jesse Stone :

  • Oh, That'll Be Joyful / Runaway, Atlantic,

The Charlie Calhoun Orchestra :

  • Smack Dab In The Middle / (I Don't Know Why) The Car Won't Go, MGM,

Jesse Stone & his Houserockers :

  • Night Life / The Rocket, Atco,

Charles Calhoun :

  • Jamboree / My Pigeon's Gone, Groove,

Chuck Calhoun :

  • Hey Tiger / Barrelhouse, Atlantic,

Principales compositionsModifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Tosches, p.32
  2. a b et c Tosches, p.41
  3. (en) « Jesse Stone, 97, Developer of Rock's Early Hits », sur The New York Times, (consulté le 23 septembre 2018)
  4. (en) Charlie Gillett, Making Tracks : Atlantic Records and the Growth of a Multi-Billion-Dollar Industry, New York, Sunrise/E.P. Dutton & Co., , 305 p. (ISBN 978-0-87690-062-8, présentation en ligne)

    « Jesse Stone did more to develop the basic rock 'n' roll sound than anybody else, although you hear a lot more about Bill Haley and Elvis Presley. »

  5. a b c et d Tosches, p.33
  6. a et b Tosches, p.34
  7. a b et c Tosches, p.35
  8. a et b Tosches, p.37
  9. a b et c Tosches, p.36
  10. Tosches, p.38
  11. a et b Tosches, p.39
  12. Tosches, p.40