Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forest.
Jessé de Forest
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Enfant
Hendrick de Forest (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mémorial à Avesnes-sur-Helpe

Jessé de Forest (né à Avesnes-sur-Helpe en Hainaut dans les Pays-Bas espagnols en 1576 et mort en Guyane le ), est un colon protestant, pionnier du groupe wallon qui fonda après sa mort la ville de New York.

BiographieModifier

Du Hainaut à LeydeModifier

Né d'un père protestant, teinturier originaire de Mons[1], à Avesnes-sur-Helpe, alors sous domination espagnole, Jessé de Forest quitte sa ville natale, vers 1602, avec ses parents pour s'installer comme drapier à Sedan afin de fuir la répression des catholiques sur les protestants. Il s'établit ensuite à Montcornet-en-Thiérache avant de déménager pour Leyde, en Hollande, en 1615, principalement pour fuir les persécutions religieuses qui sévissent toujours dans le sud des Pays-Bas[2].

Départ pour le Nouveau-MondeModifier

 
Le Round Robin

Dès ce moment, son seul objectif est de pouvoir émigrer avec les siens et d'autres familles wallonnes vers le Nouveau Monde[2]. Il côtoiera des puritains anglais, futurs passagers du Mayflower.

À la suite d'une pétition adressée le 5 février 1621 à Sir Dudley Carleton, ambassadeur de sa Majesté le roi d'Angleterre à La Haye et connue sous le nom de Round Robin en raison des signatures disposées en ellipse[Note 1], sollicitant, au nom d'une cinquantaine de familles wallonnes et françaises, le droit de s’établir en Virginie sur un territoire déjà peuplé de huit mille Anglais à la ronde, la Virginia Company répond, le 11 août 1621, par un accord de principe, assorti de certaines restrictions, dont la principale interdit aux familles wallonnes de ne former qu'une seule colonie. Cette restriction est inadmissible pour Jessé de Forest qui décline l'offre.

Il propose ses services et ceux de ses compatriotes à la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, dirigée par Willem Usselinx, en insistant sur le fait qu'il préférerait émigrer pour la Compagnie des Indes occidentales plutôt que pour le compte des Anglais. Il précise, de plus, qu'il souhaite une réponse rapide et que l'offre est à prendre sans condition ou à laisser. Les États de Hollande, voyant une occasion unique d'implanter des colonies pour contrer les Espagnols, consultent le jour même, les directeurs de la Compagnie (Bewindhebbers), réunis à La Haye. Le 27 août 1622, l'autorisation officielle d'émigrer avec les familles candidates aux Indes occidentales est donnée, récompensant une année d'efforts de la part de Willem Usselinx et de Jessé de Forest.

L'expédition part cette année-là, sous la direction du capitaine Jan de Moor, qui est par ailleurs maire de Flessingue.

Arrivée et mort en GuyaneModifier

Pour la traversée à bord du Pigeon vers l'Amérique centrale, plus exactement la Guyane néerlandaise (futur Surinam)[1], Jesse de Forest est accompagné par Louys Lemaire (parent d'Isaac Le Maire), Barthelemé Digan, Anthoine Descendre, Anthoine Beaumont, Jehan Godetbon, Abraham Douillers, Dominique Masure, Jehan et Gilles Daynes (frères) et Jehan Mousnier de la Montagne. De Forest a soigneusement retranscrit son voyage de découverte dans un journal qui est maintenant conservé au British Museum. Le manuscrit, rédigé en ancien français, décrit plusieurs rivières et ancrages appropriés le long de la côte de la Guyane. Il contient les premières cartes de la Guyane. Jessé de Forest meurt le 22 octobre 1624 au bord de l'Oyapock (aujourd'hui frontière entre le Brésil et la Guyane française)[3]. Jehan Mousnier de la Montagne reprend le commandement de l'expédition et la conduit jusqu'à l'île de Manhattan, avant de rentrer à Leyde.

FamilleModifier

Jessé de Forest avait épousé Marie Du Cloux (1576-1622) le 23 septembre 1601[4] ; de cette union sont nés au moins 10 enfants[3] :

  • Marie baptisée le 7 juillet 1602 à Sedan ;
  • Jean baptisé le 22 juillet 1604 à Sedan ;
  • Henry baptisé le 7 mars 1606 à Sedan ;
  • Elizabeth baptisée le 1er novembre 1607 à Sedan ;
  • David baptisé le 11 décembre 1608 à Sedan ;
  • Rachel baptisée vers 1609 à Sedan ;
  • Jesse baptisé le 1er mars 1615 à Leyde ;
  • Isaac baptisé le 10 juillet 1616 à Leyde ;
  • Israël baptisé le 7 octobre 1617 à Leyde ;
  • Philippe baptisé le 13 septembre 1620 à Leyde.

Sa fille Rachel, qui a épousé Jehan Mousnier de la Montagne à son retour à Leyde, et ses fils Isaac et Henri iront rejoindre la Nouvelle-Belgique dix ans plus tard[5]. Un autre fils, Henry de Forest, est mort en 1637 dans la colonie de la Nouvelle-Amsterdam, où il était installé depuis 13 ans[6]. L'épouse de ce dernier, qui était enceinte, est revenue en Hollande, à Leyde, où elle s'est remariée avec un Néerlandais.

Par sa fille Rachel, Jessé de Forest est l'ancêtre de Theodore Roosevelt (26e président des États-Unis) à la 9e génération, et de Eleanor Roosevelt, épouse de Franklin Delano Roosevelt (32e président des États-Unis)[7].

HommagesModifier

 
Walloon Settlers Memorial, à la pointe sud de Manhattan
  • Le 22 août 1924 à Avesnes-sur-Helpe, est érigé un monument rendant hommage à Jesse, il porte l'inscription suivante en lettres rouges[4] :

« A JESSE DE FOREST SA FAMILLE ET SES VAILLANTS COMPAGNONS DU PAYS WALLON QUI CHERCHAIENT UN NOUVEAU MONDE OU ILS POURRAIENT EN PAIX AFFIRMER LEURS CROYANCES ET PRATIQUER LA RELIGION REFORMEE ONT CONTRIBUE PUISSAMMENT A LA FONDATION DE NEW YORK LA PLUS GRANDE VILLE D'AMERIQUE OU LES ENFANTS DE JESSE ISAAC - HENRI ET RACHEL S'ETABLIRENT EN 1637 »

  • À Battery Park, à l’extrême sud de la pointe de Manhattan se trouve un monument en pierre de Soignies[1], le Walloon Settlers Memorial offert par la province de Hainaut pour le 300e anniversaire de la fondation de la ville par une poignée de familles d’origine wallonne et érigé en 1924. Ce monument porte l'inscription suivante en lettres dorées :

« PRESENTED TO THE CITY OF NEW YORK BY THE CONSEIL PROVINCIAL DU HAINAUT IN MEMORY OF THE WALLOON SETTLERS WHO CAME OVER TO AMERICA IN THE NEU NEDERLAND UNDER THE INSPIRATION OF JESSE DE FOREST OF AVESNES THEN COUNTY OF HAINAUT ONE OF THE XVII PROVINCES »

  • Le lycée d'Avesnes-sur-Helpe porte son nom.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ce document est aujourd'hui conservé au British Public Record Office.

RéférencesModifier

  1. a b et c Delforge 2012.
  2. a et b Peltrisot 1936.
  3. a et b De Forest 1914.
  4. a et b (en) « Jesse DEFOREST », (consulté le 7 novembre 2018).
  5. « Les origines de New York : Légende et réalité », sur newyorkfoundation.net, .
  6. Bona Arsenault et Pascal Alain, Histoire des Acadiens, p. 66.
  7. Stéphane Houzé, « Dans la descendance de Jessé de Forest », De Sambre et d'Ailleurs, Association de Généalogie, Maubeuge, Avesnois, Thiérache, no 48,‎ , p. 211-212.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Luce Stiers, Vers le nouveau monde : Histoire d'une colonie française à New York au 17e siècle, L'Harmattan, , 226 p. (présentation en ligne).
  • C.N. Peltrisot, Jessé de Forest Avesnois et la fondation de New York, Avesne-sur-Helpe, L'Observateur, , 60 p.
    Compte-rendu dans Maurice Braure, « Peltrisot (C.-N.) — Jessé de Forest, avesnois, et la fondation de New-York, 1936 », Revue du Nord, vol. 87,‎ , p. 225-227 (lire en ligne).
  • Robert W. De Forest, A Walloon Family in America. Lockwood de Forest and his Forebears, 1500-1848. Together with a Voyage to Guiana Being the Journal of Jesse de Forest and His Colonist 1623-1625, Boston/New York, Houghton Mifflin Co, , 2 vols.

Liens externesModifier