Jennifer Thomson

microbiologiste sud-africaine

Jennifer Ann Thomson, née en 1947, est une microbiologiste sud-africaine, lauréate en 2004 du prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science.

BiographieModifier

Jennifer Thomson est née le au Cap[1].

Elle obtient un BSc en zoologie à l'Université du Cap, une maîtrise universitaire ès lettres en génétique à l'Université de Cambridge puis un doctorat en microbiologie à l'Université Rhodes et effectue un post-doctorat à la Harvard Medical School. Elle est maîtresse de conférence et professeur associé au département de génétique de l'Université du Witwatersrand. Elle fonde et dirige le Laboratoire de biologie moléculaire et cellulaire pour le Council for Scientific and Industrial Research (en).

Ensuite elle est élue professeur et nommée à la tête du département de microbiologie à l'Université du Cap[2].

Ses recherches se concentrent sur le développement d'un maïs qui soit résistant au virus de la striure du maïs, endémique en Afrique, et à la sécheresse.

Son expertise sur le sujet l'a conduite par deux fois au Forum économique mondial, ainsi que devant les Nations unies à l'invitation du Secrétaire général Kofi Annan[2].

Prix et distinctionsModifier

Jennifer Thomson a été administratrice et membre du South African Genetic Engineering Committee, cofondatrice et administratrice de South African Women in Science and Engineering et vice-présidente de l'Académie des sciences d'Afrique du Sud. Elle est membre de la Société royale d'Afrique du Sud.

Elle reçoit le prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science en 2004 pour son travail sur des plants transgéniques résistants à la sécheresse et aux infections virales, dans un effort pour répondre à la pénurie chronique de nourriture dans le continent.

Elle est également docteur honoris causa de l'Université de Paris[3].

Le , lors de la cinquième assemblée générale et la conférence internationale sur les femmes de science dans le monde en développement qui s'est tenue au Koweit, elle a été élue directrice exécutive de l'Organization for Women in Science for the Developing World[4],[5].

PublicationsModifier

  • Seeds for the future the impact of genetically modified crops on the environment
  • Genes for Africa : genetically modified crops in the developing world, 2002[6]
  • GM Crops the Impact and the Potential Recombinant DNA and bacterial fermentation, 1988

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jennifer Thomson » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Jennifer Thomson », Who's Who Southern Africa (consulté le ).
  2. a et b (en) « Jennifer Ann Thomson – Microbiologist », African Agricultural Technology Foundation, (consulté le ).
  3. (en) « Prof Jennifer Thomson », South African Women in Science and Engineering.
  4. (en) Catunescomujer, « OWSD 5th General Assembly and International Conference » (consulté le )
  5. (en) OWSD, « Prof. Jennifer Thomson of South Africa is elected the organization's new president for the period 2016-2020 », Italie, (consulté le )
  6. Notice BnF.

Liens externesModifier