Ouvrir le menu principal

Jennifer Johnston

écrivaine irlandaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnston.
Jennifer Johnston
Nom de naissance Jennifer Prudence Johnston
Naissance (89 ans)
Dublin
Activité principale
écrivain
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais (Irlande)

Jennifer Johnston, née Jennifer Prudence Johnston le [1] à Dublin, est une femme de lettres irlandaise.

BiographieModifier

Jennifer Johnston est la fille de William Denis Johnston (1901-1984), essayiste, journaliste et dramaturge irlandais, et de l'actrice Shelah Richards[2],[3]. Elle a suivi sa scolarité au Trinity College[1], à Dublin.

Elle publie son premier ouvrage à 42 ans, en 1972, traduit en 1977 sous le titre Princes et capitaines. Elle est lauréate de plusieurs prix, dont le Whitbread Book Award[4] en 1979, et de l'Irish Book Awards pour l'ensemble de son œuvre[5] en 2012, à l'âge de 82 ans.

Elle écrit des romans, des nouvelles, et des pièces de théâtre[1]. Elle a vécu à Londres pendant vingt ans, s'est installée à Co Derry[6] des années 1980[3] jusqu'aux années 2000, et elle vit depuis à Dublin[6].

Plusieurs de ses ouvrages ont été adaptés à la télévision ou au cinéma[7].

Prix et distinctionsModifier

ŒuvreModifier

RomansModifier

  • The Captains and the Kings, 1972
    • Princes et capitaines, trad. de Claire Malroux, Denoël, 1977
  • The Gates, 1973
  • How Many Miles to Babylon?', 1974
    • Si loin de Babylone, trad. de Emmanuèle de Lesseps, Denoël, 1979
  • Shadows on Our Skin, 1977
    • Les Ombres sur la peau, trad. de Roland Delouya, Denoël, 1979 ; rééd. coll. « Motifs », Le Serpent à plumes, 2001
  • The Old Jest, 1979
    • Une histoire irlandaise, trad. de Brigitte Gyr, Denoël, 1983
  • The Nightingale and Not the Lark, 1980
  • The Christmas Tree, 1981
    • Un Noël blanc, trad. de Arlette Stroumza, J. Chambon, 1997 ; rééd. coll. « Motifs », Le Serpent à plumes, 2003
  • The Railway Station Man, 1984
    • Un homme sur la plage, trad. de Sophie Foltz, Les Belles lettres, 1991 ; rééd. coll. « Motifs », Le Serpent à plumes, 2000
  • Fool's Sanctuary, 1988
    • Le Sanctuaire des fous, trad. de Sophie Foltz, B. Coutaz, 1989 ; rééd. J. Chambon, 1996
  • The Invisible Worm, 1992
    • La Femme qui court, trad. de Anne Damour, Les Belles lettres, 1992 ; rééd. coll. « Motifs », Le Serpent à plumes, 2000
  • The Illusionist, 1995
    • L'Illusionniste, trad. de Anne Damour, J. Chambon, 1996
  • Three Monologues: "Twinkletoes", "Musn't Forget High Noon", "Christine", 1995
  • The Desert Lullaby, 1996
  • Two Moons, 1998
    • Je m'appelle Mimi, trad. de Anne Damour, J. Chambon, 2000
  • The Gingerbread Woman, 2000
    • Petite musique des adieux, trad. de Anne Damour, Belfond, 2003 ; rééd. 10-18, 2004
  • Mondschatten, 2000
  • The Great Shark Escape, 2001
  • This is not a Novel, 2002
    • Ceci n'est pas un roman, trad. de Anne Damour, Belfond, 2003 : rééd. 10-18, 2007
  • Grace and Truth, 2005
    • De grâce et de vérité, trad. de Anne Damour, Belfond, 2007 ; rééd. 10-18, 2009
  • Foolish Mortals, 2007
    • Un Noël en famille, trad. de Anne Damour, Belfond, 2009 ; rééd. 10-18, 2010
  • Truth or Fiction, 2009
  • Shadowstory, 2011
  • Fathers and Son, 2012
  • A Sixpenny Song, 2013

Pièces de théâtreModifier

  • The Nightingale and Not the Lark, 1981
  • Indian Summer, 1983
  • Andante un Poco Mosso, in The Best Short Plays 1983, 1983
  • The Porch, 1986
  • The Desert Lullaby: A Play in Two Acts, 1996
  • The Christmas Tree: A Play in Two Acts, 2015

ParticipationsModifier

  • Finbar's Hotel, 1997
  • Great Irish Stories of Murder and Mystery, 2000

DocumentationModifier

  • En juin 2017, le journal The Irish Times consacre un dossier sur l'auteure, dans une série d'articles, dont :
    • (en) Adrienne Leavy, « In praise of Jennifer Johnston », article du journal The Irish Times du 14 juin 2017[6].
    • (en) Teresa Casal, « ‘How has life led me to this moment?’: Creativity in Jennifer Johnston », article du journal The Irish Times du 28 juin 2017[9].
    • (en) Paul Delaney, « Jennifer Johnston: past master », , article du journal The Irish Times du 29 juin 2017[10].

Adaptations de son œuvreModifier

Au cinémaModifier

  • 1988 : The Dawning (en), film britannique réalisé par Robert Knights ; d'après The Old Jest (1979), traduit en français sous le titre Une histoire irlandaise
  • 1992 : The Railway Station Man (en), film britannique réalisé par Michael Whyte ; d'après l'ouvrage éponyme (1984), traduit en français sous le titre Un homme sur la plage

À la télévisionModifier

  • 1980 : Shadows on Our Skin, téléfilm britannique réalisé par Jim O'Brien ; d'après l'ouvrage éponyme (1977), traduit en français sous le titre Les Ombres sur la peau
  • 1986 : The Christmas Tree, téléfilm britannique réalisé par Herbert Wise ; d'après l'ouvrage éponyme (1981), traduit en français sous le titre Un Noël blanc

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Notice de Jennifer Johnston, sur l'encyclopédie Britannica.
  2. (en) Biographie de Jennifer Johnston, sur le site literatureireland.com.
  3. a b et c (en) Eileen Battersby, «  Irish Pen award for Jennifer Johnston », article du journal The Irish Times du 27 janvier 2006.
  4. a et b (en) [PDF] Liste exhaustive des lauréats, site officiel, costa.co.uk.
  5. a et b (en) Rosita Boland, «  Banville wins novel of year at awards », article du journal The Irish Times du 23 novembre 2012.
  6. a b c d et e (en) Adrienne Leavy, « In praise of Jennifer Johnston », article du journal The Irish Times du 14 janvier 2017.
  7. Notice IMDb de Jennifer Johnston.
  8. Notice BnF de Best radio plays of 1989 : the Giles Cooper award winners.
  9. (en) Teresa Casal, « ‘How has life led me to this moment?’: Creativity in Jennifer Johnston » , article du journal The Irish Times du 28 juin 2017.
  10. (en) Paul Delaney, « Jennifer Johnston: past master », article du journal The Irish Times du 29 juin 2017.

Liens externesModifier