Ouvrir le menu principal

Jeanne d'Arc Jutras

journaliste, romancière et militante canadienne
Jeanne d'Arc Jutras
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jeanne d'Arc Jutras (Sainte-Brigitte-des-Saults, - Montréal, ) est une journaliste, une romancière et une pionnière du mouvement des droits des gais et lesbiennes au Québec.

Éléments biographiquesModifier

Jeanne d'Arc Jutras est née le à Sainte-Brigitte-des-Saults[1]. Après avoir terminé son secondaire, elle poursuit ses études au Collège commercial Fortin, avant d'occuper divers emplois (femme de chambre, ouvrière dans la menuiserie et le meuble, vendeuse, etc.), tout en complétant sa formation en autodidacte[2].

À compter de 1970, elle s'engage dans le mouvement pour la reconnaissance des droits et des libertés civiques et collabore à différents périodiques, notamment Le Devoir, La Presse, Le Journal de Montréal, Montréal-Matin et Madame[2]. Elle tient aussi une « Chronique en zig zag » dans Le Berdache (1979-1982), revue de l'Association pour les droits des gai(e)s du Québec (ADGQ) où elle se porte à la défense des droits des lesbiennes[2]. Elle participe à plusieurs émissions de télé et de radio sur l'homosexualité et publie de nombreuses lettres ouvertes à ce sujet dans divers périodiques au Québec et à l'étranger[2],[1].

Elle publie aussi trois romans, Georgie (1978), Délira Cannelle (1983) et Plaxie Pilon (1988).

Elle meurt à Montréal, le [3],[4], à l'hôpital Saint-Luc, des suites d'un cancer[4].

RomansModifier

  • Georgie, 1978
  • Délira Cannelle, 1983
  • Plaxie Pilon, 1988

Bibliographie sur les oeuvresModifier

  • Gilles Cossette, « Georgie de Jeanne d’Arc Jutras (Éditions de la Pleine lune) » (compte rendu critique), Lettres québécoises, no 11,‎ , p. 14-15 (lire en ligne).
  • Gilles Cossette, « Délira Cannelle de Jeanne-D’Arc Jutras : De Géorgie à Délira » (compte rendu critique), Lettres québécoises, no 33,‎ , p. 39 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne).
  • Mariève Maréchale, « Des tiers espaces pour conjurer l’absence: (re)découvrir les écritures lesbiennes québécoises », Quebec Studies, vol. 59,‎ , p. 71–84 (ISSN 0737-3759 et 2052-1731, DOI 10.3828/qs.2015.6).

RéférencesModifier

  1. a et b Yves Légaré, « Jeanne d'Arc Jutras », dans Dictionnaire des écrivains québécois contemporains, Montréal, Québec/Amérique / Union des écrivains québécois, (lire en ligne).
  2. a b c et d Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynski, « Jeanne d'Arc Jutras », dans Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord (édition en ligne sur BAnQ), Montréal, Fides, (1re éd. 1989) (lire en ligne) [lien archivé].
  3. « Décès de Jeanne-d'Arc Jutras », La Presse,‎ , E-2 (lire en ligne).
  4. a et b « J. d'Arc Jutras vaincue par le cancer », Le Devoir,‎ , B-3 (lire en ligne).

Voir aussiModifier