Ouvrir le menu principal

Jeanne Manuel de Villena

reine de Castille-et-León
Juana Manuel de Villena
Juana Manuel.png
Titres de noblesse
Duchesse de Villena (d)
-
Reine consort de Castille
-
Prédécesseur
Successeur
Dame de Biscaye
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Chapelle des Nouveaux Rois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Maison de Manuel de Villena (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Blanche de la Cerda (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Fernando Manuel de Villena y Núñez de Lara (d)
Sancho Manuel de Villena y Castañeda (d)
Enrique Manuel de Villena y Castañeda (d)
Constance de CastilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Coat of Arms of Juana Manuel as Queen of Castile.svg
blason
Sepulcro de la reina Doña Juana Manuel, hija de Don Juan Manuel y esposa de Enrique II, rey de Castilla y León. Capilla de los Reyes Nuevos de la Catedral de Toledo.jpg
Vue de la sépulture.

Jeanne Manuel de Villena (1339) était une reine consort de Castille de 1369 à 1379. Elle était aussi héritière d'Escalona, de Villena, de Peñafiel et de Lara, et également dame de Biscaye.

Sommaire

FamilleModifier

Elle était la fille de l'Infant Juan Manuel de Castille (1282–1348) et de sa troisième femme Blanche de la Cerda. Son père est membre d'une branche cadette de Castille, issue du rois Ferdinand III. Sa mère, Blanche, descend des seigneurs de Biscaye et de Lara, mais aussi de Ferdinand de la Cerda, le fils aîné du roi Alphonse X de Castille.

Elle est ainsi la dernière descendante légitime de la maison d'Ivrée.

MariageModifier

Depuis cinq ans, son père était un redoutable ennemi d'Alphonse XI, roi de Castille, son ancien protégé, et le roi souhaitait soit neutraliser soit absorber la puissance de la famille de Peñafiel. Même si Juana n'était pas encore l'héritière, elle devait déjà, dès sa jeunesse, se plier aux souhaits du roi. La très influente concubine du roi, Leonor de Guzmán, souhaitait obtenir pour son fils aîné des domaines importants ainsi qu'une alliance avec une famille préstigieuse et s'intéressait pour cela à la jeune Juana. Le , son frère et tuteur, Fernando Manuel de Peñafiel, est contraint d'accepter le mariage de sa jeune soeur avec Henri de Trastamare (1333–79), l'aîné des fils illégitimes d'Alphonse XI.

C'est cependant bien plus tard, après la mort de ses frères sans héritiers, que Juana devient une riche héritière, alors que son mari devenait une menace pour le pouvoir royal. En 1369, il devint le roi Henri II de Castille après avoir déposé et tué son demi-frère Pierre Ier le Cruel.

Henri II et Juana ont eu trois enfants :

HéritagesModifier

En 1361, à la mort de sa nièce adolescente Blanche[1], fille de son frère Ferdinand Manuel, elle hérite de Villena, Escalona et Peñafiel[1]. Juana était également une petite-fille maternelle de Juana Núñez de Lara, La Palomilla, et elle hérita de sa cousine Isabel de Lara, assassinée en 1361[2]. Elle hérita également de Lara et de Biscay. En 1369, elle devient reine de Castille et León.

Lorsqu'elle mourut en 1381 et laissa son héritage à son fils, Biscaye est définitivement unie à la Castille puis à l'Espagne. C'est pour cette raison que les basques se souviennent d'elle.

AscendanceModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Charles Cawley, « Castille », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016 (consulté le 9 mars 2019).
  2. (en) Charles Cawley, « Vizcaya », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016 (consulté le 9 mars 2019)