Jeanne Leleu

compositrice et pianiste
Jeanne Leleu
Description de l'image Jeanne Leleu.jpg.

Naissance
Saint-Mihiel, Drapeau de la France France
Décès (à 80 ans)
Paris, France
Activité principale Compositrice, enseignement
Lieux d'activité Conservatoire national supérieur de Paris
Maîtres Marguerite Long
Auguste Chapuis
Georges Caussade
Charles-Marie Widor

Jeanne Leleu, née à Saint-Mihiel le et décédée à Paris le , est une compositrice française.

BiographieModifier

Fille d'un militaire et d'une mère professeur de piano, Jeanne apprend le piano dès son plus jeune âge. Elle est si douée que ses parents la font entrer au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dès l'âge de neuf ans. Elle y reste durant treize ans. Elle crée le (elle n'a pas encore douze ans) la première version de Ma Mère l'Oye, une pièce enfantine pour piano à 4 mains de Maurice Ravel, avec Geneviève Durony. Jeanne Leleu a pour professeurs Marguerite Long (piano), Auguste Chapuis (harmonie), Georges Caussade (contrepoint et fugue), et Charles-Marie Widor (composition). En 1947, elle est nommée professeur de déchiffrage au Conservatoire de Paris et en 1952, professeur d'harmonie.

En 1923, elle est Premier Grand Prix de Rome de composition musicale pour sa cantate Béatrix, soit un an après la composition de son quatuor à cordes. En janvier 1924, elle s'installe à la Villa Medicis et y restera trois ans avant de rentrer à Paris..

Ses compositions sont variées (œuvres pour instruments à vent, piano, cordes, mélodies, musique de scène).

Selon Marc Honegger[1], « sa musique se recommande par sa sensibilité, sa fraîcheur et sa grâce ».

DistinctionsModifier

ŒuvresModifier

  • Quatuor pour piano et cordes (Heugel), 1922.
  • Esquisses italiennes, pour orchestre, (Leduc), 1926
  • Suite symphonique pour instruments à vent, (Leduc), 1926
  • Deux danses pour orchestre (Heugel), 1927
  • Transparences pour orchestre (Leduc), 1931
  • 2 suites : femmes (1947) et Virevoltes (1950)
  • Concerto pour piano (1935)
  • Musique de scène pour Le Cyclope d'Euridipe (1928), 2 ballets : Un jour d'été (1940) et Nautéos (1947)

BibliographieModifier

  • Anne Bongrain, Le Conservatoire national de musique et de déclamation, 1900-1930 : documents historiques et administratifs, Paris, Vrin, (ISBN 978-2-7116-2398-3, notice BnF no FRBNF42627971), p. 542
  • Maurice Ravel, L'intégrale : Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens : édition établie, présentée et annotée par Manuel Cornejo, Paris, Le Passeur Éditeur, (ISBN 2-36-890577-4, notice BnF no FRBNF45607052)
    Contient 3 correspondances de Maurice Ravel à Jeanne Leleu (1910-1914) n°329, 553, 592, ainsi qu'1 correspondance du général Picquart à Maurice Ravel (26 juin 1913) n°543 recommandant la pianiste

RéférencesModifier

  1. dictionnaire de la Musique, Les Hommes et leurs œuvres, vol.2, p.717, Ed. Bordas, 1970, nouv. éd. 1986

Liens internesModifier

Liens externesModifier