Jean van Neercassel

évêque catholique

Johannes Baptista van Neercassel (Gorinchem, 1625 – Zwolle, ) fut vicaire apostolique de la Mission de Hollande de 1663 à 1686.

Jean van Neercassel
Image dans Infobox.
Fonctions
Vicaire apostolique
Mission de Hollande
à partir du
Évêque catholique
à partir du
Évêque titulaire
Castoria (d)
à partir du
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Johannes van NeercasselVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Ordre religieux
Consécrateurs
Eugeen Albert d'Allamont (d), Marco Galli, Adrian van Walenburch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Il fit ses études à Louvain et à Paris, où il entra chez les Oratoriens. Ayant été ordonné prêtre en 1648, il rejoignit en 1652 la Mission aux Pays-Bas, fut consacré évêque titulaire de Castorie en 1662 et nommé vicaire apostolique l'année suivante.

À ce titre, il entretint de bonnes relations avec les autorités civiles, obtenant une certaine tolérance à l'égard des catholiques. Après la prise d'Utrecht par les Français en 1672, ceux-ci autorisèrent l'exercice public du culte : la cathédrale fut aménagée en église et Van Neercassel y célébra plusieurs fois la messe. Le , il organisa même une grande procession du Saint-Sacrement dans les rues de la ville. Van Neercassel espérait rétablir à Utrecht un siège épiscopal, mais Rome se montra fort hésitant, n'étant guère favorable à une restauration du siège sous tutelle française.

Les libertés dont jouissaient les catholiques prirent fin en 1673, lorsque les Français durent se retirer d'Utrecht. Craignant des persécutions de la part des protestants, Van Neercassel jugea plus à propos de quitter provisoirement la Hollande. De l'étranger, et plus tard de Leyde, il poursuivit son travail de mission dans la République. Il mourut des suites d'une pneumonie.

Figure respectée sur le plan international, disposant d'excellents contacts en France et à Rome, Johannes van Neercassel représentait le jansénisme spiritualiste et entretenait de bonnes relations avec Port-Royal. À la longue, les Jésuites réussirent à saper sa position, et son ouvrage théologique Amor poenitens (1683) fut mis à l'Index après sa mort.

SourceModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean de Neercassel, évêque de Castorie, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, chez Pierre Humbert, Amsterdam, 1711, tome XVII, p. 136-140 (lire en ligne)
  • De Katholieke Encyclopaedie (Amsterdam, 1938)
  • M.Chr.M. Molenaar / G.A.M. Abbink, Dertienhonderd jaar bisdom Utrecht (Baarn, 1995)

Liens externesModifier