Ouvrir le menu principal

Jean de Luxembourg-Ligny
Biographie
Naissance vers 1342
Flandres
Ordination sacerdotale avant 1355
Décès
Eltville
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
évêque de Mayence
évêque de Strasbourg
Autres fonctions
Fonction religieuse
chanoine de Trèves
Fonction laïque
conseiller de l'empereur Charles IV

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean de Luxembourg-Ligny, fils de Jean Ier de Luxembourg-Ligny, comte de Ligny, et d'Adélaïde de Flandre, comme le prouve le nouvel éditeur de Nicolaus Serarius[1],[2] , et non pas, ainsi que plusieurs l'assurent, de Wenceslas comte de Luxembourg, frère de l'empereur Charles IV, fut transféré de l'évêché de Strasbourg, sur le siège de Mayence, dans le mois de mai 1371, par les soins du pape Grégoire XI, après que Cunon II de Falkenstein, archevêque de Trèves élu par le chapitre de Mayence, eut renoncé à ce siège. Ce fut l'empereur Charles IV qui procura la translation de l'évêque Jean dont il était parent[3]. Le nouvel archevêque, vers la fin de février de l'an 1372, fit son entrée dans Mayence, où il fut très-honorablement reçu. Mais, l'année suivante, une mort, que quelques-uns regardèrent comme l'effet du poison, l'enleva, le 4 avril, à Eltville, ou Eltfeld, d'où son corps fut transporté an monastère d'Erbach, pour y être inhumé. Latomus dit de lui (p. 538) : Princeps oultus tenuslate et corporis statura conspiçuus, maribus lenis et simplex, qui potiùs regeretur quam regeret.

Notes et référencesModifier

  1. Nicolaus Serarius, Moguntiacarum Rerum ab initio usque ad reverendissimus et illustrissimus hodiernum Archiepiscopum, ac Electorem, Dominum D. Ioannem Schwicharum Libri quinque. Mayence, 1604
  2. Cet éditeur se trompe néanmoins, en faisant Adélaïde fille de Gui de Dampierre, comte de Flandre. Elle n'était que sa petite-fille par Gui de Flandre, son père, sire de Richebourg et comte de Zéelànde, et mari de Béatrix, dame de Sottinghem. ( Voyez Vredius Généal. Flandr. prob. lab. XI, pag. 19.)
  3. Gesta Archiep. Trevire, c. 163, apuâ Hontei'm. prodr. , pag 844.


Voir aussiModifier