Ouvrir le menu principal
Jean de Clermont
Biographie
Naissance
Décès
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinction

Jean de Clermont, premier du nom, fils de Raoul IV de Clermont-Nesle et de Jeanne de Chambly (petit-fils de Guy Ier de Clermont, dit de Nesle (thèse 1) ? ; mais ne doit-on pas plutôt admettre Raoul IV comme un membre de la branche de Clermont-Tartigny — venue vraisemblablement d'un Raoul II de Paillart et Tartigny, frère cadet de Simon II de Clermont-Nesle (ce dernier étant le père du connétable Raoul II et du maréchal Guy Ier de Clermont-Nesle) — plutôt qu'un frère de Jean de Clermont-Nesle et donc un fils dudit maréchal Guy, et le considérer alors comme un fils de Raoul III, un petit-fils de Jean Ier et un arrière-petit-fils de Raoul II de Clermont-(Nesle)-Tartigny (thèse 2) ? : cf. l'article Clermont-Nesle et les sites Racines&Histoire[1] et [2]), (vers 1320 - , bataille de Poitiers), seigneur de Chantilly, vicomte d’Aunay par son mariage, maréchal de France.

BiographieModifier

Il servit sous le Comte d'Eu aux frontières de Flandre et de Hainaut en 1340.

Le , Philippe VI lui fit présent de la terre de Boomont/Bosmont et le duc de Normandie lui donna, en avril 1347, la terre de Chantilly (la sœur de Jean, Jeanne de Clermont, avait marié Guillaume IV Le Bouteiller de Senlis, seigneur de Chantilly).

Il fut fait maréchal de France en novembre 1352 après la mort de Rogues de Hangest.

En 1354, il fut envoyé sur les frontières de Picardie et de Flandre pour la paix qui se discutait avec les Anglais

Il suivit le duc de Normandie à Avignon et en Languedoc.

En récompense de ses services, le roi lui donna le bâton de maréchal en remplacement de Guy II de Clermont-Nesle, fils de Jean et petit-fils du maréchal Guy Ier ci-dessus, qui serait son cousin germain selon la thèse 1, ou un cousin plus éloigné selon l'hypothèse 2.

En 1352, il fut envoyé en Flandre pour négocier la paix avec les Anglais. La paix fut signée, ce qui lui valut d'être nommé lieutenant du roi en Poitou, Saintonge, Angoumois, Périgord, Limousin et une partie de l'Auvergne par lettres du [3].

A la bataille de Poitiers le , il se trouva exposé au feu des Anglais, à la sortie d'un défilé. Son cheval s'étant abattu sous lui, il ne put se relever et perdit la vie.

Il avait épousé Marguerite, dame de Mortagne et vicomtesse d'Au(l)nay, d'où postérité.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
  Selon le Folio 47r de l'Armorial de Gelre

De gueules, semé de trèfles d'or, à deux bars adossés du même brochants sur le tout, au lambel d'azur. Cimier : Une tête de coq d'hermines becqué et crêté de gueules, sur une couronne de sable.

Notes, sources et référencesModifier

  1. « Clermont-Nesle, p. 5 à 9 », sur Racines&Histoire
  2. « Chambly, p. 5 et 6 », sur Racines&Histoire
  3. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles : Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1820