Ouvrir le menu principal

Jean Victor de Besenval de Brünstatt

diplomate français
Jean Victor de Besenval de Brünstatt
Jean Victor II, Baron de Besenval et du Saint-Empire (1671-1736), by Nicolas de Largillière.jpg
Jean Victor II, Baron de Besenval et du Saint-Empire (1671-1736) (Nicolas de Largillierre)
Fonction
Ambassadeur de France en Suède
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Grade militaire

Jean-Victor de Besenval, baron de Brünstatt, né en 1671 à Soleure (Suisse), mort le , en allemand Johann Viktor Peter Joseph Besenval, est un officier et diplomate au service de la France.

Il est le frère aîné de Karl Jacob Besenval (1677-1738).

BiographieModifier

Il sert le roi de France Louis XIV dans de nombreuses missions diplomatiques : en 1703, il se rend à Berlin ; en 1707 il devient représentant de la France auprès du roi Charles XII de Suède, et de 1710 à 1721 auprès du roi de Pologne Auguste le Fort.

En 1707, il est envoyé en Saxe, occupée par l'armée de Charles XII afin de gagner le roi de Suède à la cause de la France. Il tente en vain de le dissuader d'attaquer la Russie. En 1709, quand il est évident qu'il n'y a plus aucune chance d'arrêter la détermination de Charles XII, Besenval se rend à Gdansk, où il restera (avec quelques interruptions) plusieurs années, d'abord comme représentant auprès de Charles XII, puis en tant que représentant de la France dans les « pays du Nord ». Le séjour dans cette ville lui donne une bonne vision des affaires intérieures polonaises et une occasion de se familiariser avec de nombreux personnages importants, notamment le chef du parti français dans la République, le maréchal de la Grande Couronne Kazimierz Bielinski Ludwik.

 
Catherine Bielinska
vers 1720
par Nicolas de Largillierre
Collection privée

En 1716, il épouse sa fille, Katarzyna Bielińska (Catherine Bielinska), veuve de Jakub Potocki ; de ce mariage est issu Pierre Victor de Besenval de Brünstatt.

BibliographieModifier

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 290