Jean VII d'Oldenbourg

prince allemand

Jean VII est un prince de la maison d'Oldenbourg né le à Oldenbourg et mort le à Oldenbourg. Il règne sur le comté d'Oldenbourg de 1573 à sa mort.

Jean VII d'Oldenbourg
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Sophie de Saxe-Lauenbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Elisabeth von Schwarzburg (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Antoine-Gonthier d'Oldenbourg
Johann Friedrich von Oldenburg (d)
Anne Sofie von Oldenburg (d)
Madeleine d'Oldenbourg (d)
Catherine d'Oldenbourg (d)
Marie Elisabeth von Oldenburg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Les armoiries de Jean VII au château de Neuenburg (de), à Zetel.

BiographieModifier

Jean VII est le fils aîné du comte Antoine Ier et de son épouse Sophie de Saxe-Lauenbourg. De 1552 à 1557, il est éduqué à Copenhague, à la cour du roi Christian III de Danemark, auprès de ses cousins les princes Frédéric, Magnus et Jean. Il entame ensuite son Grand Tour, qui le conduit à la cour de l'électeur Auguste Ier de Saxe. Il participe à plusieurs campagnes militaires au Danemark et en Suède et reçoit l'Ordre de l'Éléphant[1].

Jean VII succède à son père en janvier 1573. Deux ans plus tard, il hérite de la seigneurie de Jever à la mort de Marie de Jever, qui lui lègue ses terres pour éviter qu'elles ne tombent entre les mains des comtes de Frise orientale. Ce gain s'avère important sur le plan stratégique, en renforçant les positions de l'Oldenbourg contre la Frise orientale, mais aussi en termes économiques : le pays de Jever est en effet riche en terres cultivables et en élevages de chevaux et de bétail. Il commence la construction d'une grande chaussée, la chaussée d'Ellens (de), afin de relier Jever à Oldenbourg. Cet ouvrage est achevé quelques années après sa mort, sous le règne de son fils Antoine-Gonthier[2]. Il vaut à Jean VII le surnom (der Deichbauer), « le Bâtisseur de Digues[3] ».

Jean VII organise l'Église luthérienne dans ses États. En 1573, il nomme superintendant le réformateur Hermann Hamelmann (de), qui rédige la règle ecclésiastique qui prévaut par la suite en Oldenbourg[4].

En 1577, le frère cadet de Jean VII, Antoine II, obtient le partage des États familiaux : Jean conserve Oldenbourg, mais il doit céder à Antoine le comté de Delmenhorst (de). Les deux comtés sont réunis en 1647, sous le règne d'Antoine-Gonthier, lorsque le fils d'Antoine II, Christian IX, meurt sans laisser de fils[1].

Mariage et descendanceModifier

Jean VII épouse Élisabeth de Schwarzbourg (1541-1612), fille du comte Gonthier XL de Schwarzbourg, le à Delmenhorst. Six enfants sont nés de cette union :

RéférencesModifier

  1. a et b Schaer 1992, p. 361.
  2. Schaer 1992, p. 361-362.
  3. Schaer 1992, p. 363.
  4. Schaer 1992, p. 362.

BibliographieModifier

  • (de) Friedrich-Wilhelm Schaer, « Johann VII. », dans Biographisches Handbuch zur Geshichte des Landes Oldenburg, Isensee Verlag, (ISBN 3-89442-135-5), p. 361-363.