Jean Prévost (médecin)

médecin suisse

Jean Prévost (né à Delémont le et mort à Padoue le ) est un médecin et botaniste suisse, aussi connu sous le nom de Johannes Praevotius, Johannes Prevozio et Jean Prévôt[1].

Jean Prévost
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Biographie modifier

Il étudie d'abord chez les jésuites à Porrentruy et à Dole en Bourgogne[1] puis à Dillingen an der Donau en Allemagne et se consacre à des études humanistes et philosophiques.

En 1604, il va à Padoue où il étudie la médecine sous l'autorité des célèbres Ercole Sassonia et Girolamo Fabrizi d'Acquapendente et où il obtient son doctorat en médecine en 1607[1].

Il devient rapidement célèbre pour ses capacités de médecin et, en 1613, il obtient la chaire de lecture du 3e livre d'Avicenne succédant ainsi à Andrighetto Andrighetti. En 1616, il passe à la chaire de Médecine pratique extraordinaire. À la mort de Prospero Alpini, il est nommé préfet du jardin botanique (jardin des simples, en latin : ostensio simplicium) et se voit également confier l'enseignement de la botanique pratique[2].

Enfin, en 1620, il passe à la chaire de médecine pratique qu'il occupe jusqu'à sa mort causée par l'épidémie de peste qui sévit à Padoue en 1631.

Particulièrement célèbre en tant que médecin, il était aussi un bon botaniste à tel point que le genre Praevotia lui était dédié[3].

Ses travaux médicaux, dont beaucoup ont été publiés à titre posthume, ont eu plusieurs éditions et une large réputation tout au long du XVIIe siècle.

Il a été enterré dans la basilique Saint-Antoine de Padoue et la Natio Germanica[4] a fait peindre ses armoiries dans le Palais Bo.

Travaux modifier

 
Simiotice sive
  • De remediorum tum simplicium, tum compositurum materia 1611.
  • Medicina pauperum mira serie continens remedia ad aegrotos cuiuscunque generis persanandos aptissima, facile parabilia, extemporanea, & nullius, vel perexigui sumptus. Huic pauperum thesauro adiungitur. Eiusdem auctoris libellus aureus de venenis 1641.
  • De compositione medicamentorum libellus 1649[5].
  • Hortulus medicus selectioribus remediis ceu flosculis versicoloribus refertus 1681.
  • Simiotice sive de signis medicis ench et ridion 1654.
  • De morbosis veteri passionibus tractatio 1669.

Références modifier

  1. a b et c « Prévôt, Jean », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le ).
  2. Prévost, Jean (1585-1631).
  3. (la) Georg Rudolph Böhmer, Lexicon rei herbariae tripartitum: continens etymologiam nominum et terminologiam partim in descriptione, partim in cultura plantarum assumptum, Crusius, (lire en ligne).
  4. Loris Premuda, « Die Natio Germanica an der Universität Padua: Zur Forschungslage », Sudhoffs Archiv für Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften, vol. 47, no 2,‎ , p. 97–105 (ISSN 0365-2610, lire en ligne, consulté le ).
  5. (la) Jean Prévost, De compositione medicamentorum libellus, Rintelli, (lire en ligne).

Liens externes modifier