Jean Peters

actrice américaine
Jean Peters
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean Peters vers 1950.
Nom de naissance Elizabeth Jean Peters
Naissance
Canton, Ohio
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 73 ans)
Carlsbad, Californie
États-Unis
Profession Actrice
Films notables Capitaine de Castille
La Flibustière des Antilles
Le Port de la drogue
Niagara
La Lance brisée

Jean Peters, née le à Canton dans l'Ohio et morte le à Carlsbad en Californie, est une actrice américaine.

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

Elizabeth Jean Peters naît à Canton dans l’Ohio. À l’âge de 20 ans, elle est élue miss Ohio, concours dont le prix est un voyage à Hollywood.

Engagée par la Twentieth Century Fox, elle débute en 1947 dans Capitaine de Castille, un film de Henry King dans lequel elle a pour partenaire l'acteur Tyrone Power. Le triomphe de cette première apparition lance sa carrière.

CarrièreModifier

Le succès de Capitaine de Castille permet à Jean Peters de tourner sans discontinuer jusqu’en 1955.

En 1948, c’est Deep Waters avec le même Henry King qui la dirigera une fois encore dans Wait Till the Sun Shines, Nellie, en 1952. En 1949, elle tourne It Happens Every Spring de Lloyd Bacon, et en 1950 Ma brute chérie d'Alexander Hall. Pour Jacques Tourneur, elle est une capitaine de navire dans La Flibustière des Antilles, un film d’aventure tiré du roman de Herbert Ravenel Sass, en 1951. Cette même année, on la retrouve dans Le Temps des cerises de Jean Negulesco et Rendez-moi ma femme de Harmon Jones, avec aussi Marilyn Monroe.

 
Jean Peters dans Meurtre prémédité (1953).

L’année suivante, elle apparaît dans quatre films, dont la fresque Viva Zapata ! d'Elia Kazan, aux côtés de Marlon Brando et Anthony Quinn. La Sarabande des pantins est un film à sketches s'inspirant notamment de la nouvelle The Last Leaf (en), réalisé par Negulesco. Avec le même réalisateur, elle tourne dans Prisonniers du marais, puis enchaîne avec Le Port de la drogue de Samuel Fuller dans lequel elle donne la réplique à Richard Widmark.

En 1953, après Le crime était signé de Harry Horner, c’est Niagara de Henry Hathaway où elle retrouve Marilyn Monroe, un film policier qui a pour cadre les célèbres chutes. L’année suivante, dernier film avec Negulesco, La Fontaine des amours et deux grands westerns : La Lance brisée d’Edward Dmytryk avec Spencer Tracy, Robert Wagner et Richard Widmark, un remake de La Maison des étrangers, et Bronco Apache de Robert Aldrich, un film pro-indien où elle joue aux côtés de Burt Lancaster et Charles Bronson.

Sa carrière cinématographique s’achève en 1955 avec Au service des hommes de Henry Koster. Entre 1973 et 1988, elle ne fait que quelques apparitions à la télévision.

Vie privéeModifier

En 1957, Jean Peters épouse le milliardaire Howard Hughes, dont elle divorce en 1971 pour se remarier avec le producteur et directeur de la Fox, Stanley Hough.

Elle meurt le à Carlsbad en Californie, des suites d’une leucémie.

FilmographieModifier

CinémaModifier

 
Jean Peters dans Capitaine de Castille (1947).
 
Aux côtes de Marlon Brando dans Viva Zapata ! (1952).

TélévisionModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean-Lou Passek, Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, , 756 p. (ISBN 2-03-512307-0)
  • Bernard Rapp et Jean-Claude Lamy, Dictionnaire mondial des films : 11 000 films du monde entier, Paris, Larousse, , 863 p. (ISBN 2-03-512325-9)

Liens externesModifier