Jean Liccio

Jean Liccio
Image illustrative de l’article Jean Liccio
Bienheureux
Naissance avril 1426
Caccamo
Décès 14 novembre 1511 
Caccamo
Nationalité Bandiera del Regno di Sicilia 4.svg Royaume de Sicile
Ordre religieux Ordre des prêcheurs
Vénéré à Caccamo, église N-D des anges
Béatification 25 avril 1753
par Benoît XIV
Fête 14 novembre
Attributs Arma Christi

Jean Liccio (Caccamo, - Caccamo, ) est un dominicain sicilien reconnu bienheureux par l'Église catholique.

BiographieModifier

Il naît à Caccamo, près de Palerme en avril 1426 dans une famille d'origine modeste[1]. Le garçon aime utiliser ses heures libres à réciter le rosaire, l'office de la Vierge, prier devant le saint sacrement et l'image du crucifix pour lequel il a une dévotion spéciale[2].

À quinze ans, se sentant attiré par la vie religieuse , il part pour Palerme où le bienheureux Pierre Geremia l'invite à rejoindre l'ordre des frères prêcheurs[3]. Il veut s'adonner entièrement à la vie contemplative, mais ses supérieurs lui ordonnent de se consacrer à la prédication à travers la Sicile. En 1466, il est envoyé prêcher à Vicence où se trouve le bienheureux Matthieu Carreri, lui aussi dominicain. En 1479, il est affecté à Naples pour réformer le couvent San Domenico Maggiore mais à la demande des siciliens, il est nommé de nouveau à Palerme en 1481 et devient par la suite vicaire et visiteur des couvents dominicains de Sicile[4].

Selon son hagiographie, une nuit de 1487, la Vierge lui ordonne d'aller dans son pays natal pour fonder une église et un couvent de l'ordre dominicain. Le lendemain matin, il fait part de sa vision à son prieur et, avec sa permission, il part accompagné de deux frères. Arrivé à Caccamo, l'archange saint Michel lui apparaît pour lui dire que se trouve déjà des fondations à l'endroit où il doit élever l'église. Des paysans lui font part d'avoir vu, quelques jours avant sa venue, des fondations qui n'existaient pas auparavant[5]. Une fois l'église et le couvent construits, il se consacre entièrement à la conversion des âmes. Il décède à Caccamo le 14 novembre 1511[6].

CulteModifier

Il est béatifié le 25 avril 1753 par le pape Benoît XIV. Le culte et la dévotion du bienheureux Jean Liccio se répand dans le monde entier, par les dominicains et les émigrés originaire de Caccamo et de la Sicile ; ainsi, une chapelle est construite à Chicago en 1997[7]. Après diverses translations dues à des rénovations de l'église de Caccamo, le 13 décembre 2005, le châsse du bienheureux est définitivement placée dans la nouvelle chapelle qui lui est dédiée ; cette dernière est bénite le 21 mai 2006 par le cardinal Salvatore Pappalardo, archevêque émérite de Palerme[8].

Notes et référencesModifier

  1. Mgr Paul Guérin, Les petits Bollandistes : vies des saints. du 28 octobre au 30 novembre, t. XIII, Paris, Éd Bloud & Barral, , p. 411
  2. (it) « La nascita e l’infanzia », sur https://www.beatogiovanniliccio.net (consulté le 10 avril 2020)
  3. (es) Manuel Amado, Compendio histórico de las vidas de los santos canonizados y beatificados del Sagrado Orden de Predicadores, Madrid, Eusebio Aguado, , p. 121 & 122
  4. (it) « La vita da domenicano », sur https://www.beatogiovanniliccio.net (consulté le 10 avril 2020)
  5. (it) « Il ritorno a Caccamo », sur https://www.beatogiovanniliccio.net (consulté le 10 avril 2020)
  6. (it) « Beato Giovanni Liccio », sur http://www.santiebeati.it (consulté le 10 avril 2020)
  7. (it) « Vita del Beato Giovanni Liccio », sur http://beatogiovanni.org (consulté le 10 avril 2020)
  8. (it) « Il ritorno al Padre », sur https://www.beatogiovanniliccio.net (consulté le 10 avril 2020)