Jean Lauron

poète français

Jean Lauron, né vers 1555 à Châteauroux et mort avant 1624, est un poète français des XVIe et XVIIe siècles.

Jean Lauron
Fonctions
magistrat
Biographie
Naissance
C. 1555
ChâteaurouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Avant 1624
Activité

BiographieModifier

   La vie de Jean Lauron n’est connue que par de rares pièces d’archives et par ce qu’il en a confié lui-même dans ses œuvres.

Sa naissance pourrait se situer aux alentours de 1555, sous le règne d’Henri II. Fils d’un marchand, sans doute aisé, établi à Châteauroux, il fit des études de droit à Bourges ou à Poitiers. C’est peut-être dès cette époque que s’éveilla sa vocation poétique. De retour dans sa ville natale, il exerça des fonctions judiciaires, s’efforçant d’accomplir au mieux les devoirs de ses charges : celle de « bailli de Saint-Gildas » lui est le plus souvent associée dans les documents que l’on a conservés.

Les temps troublés que connurent les régions du centre de la France en cette fin du XVIe siècle lui valurent d’être mis en prison en 1589 pendant trois semaines à la suite d’une dénonciation calomnieuse. Aussi la poésie lui permit-elle à la fois d’échapper à une existence trop bien réglée et d’affronter les violences des guerres civiles. Ses dernières années virent enfin le retour à une paix durable en Bas-Berry dont, avec force louanges, il crédite le prince Henri II de Bourbon Condé, à qui on avait octroyé le duché de Châteauroux. Il mourut probablement un peu avant 1624, ayant donc parcouru en soixante-dix ans une période de transition entre deux siècles. On voit toujours sa maison qui a survécu dans le vieux Châteauroux : c’est la « maison au cadran (solaire) », à l’angle de la rue des Notaires, restaurée au début du XXIe siècle.

Oeuvres poétiquesModifier

Ses œuvres nous sont connues par deux exemplaires d'un recueil factice in-8° qui réunit :

  • L’Anémographie ou description des vents, un poème météorologique en 472 alexandrins,  publié à Paris en 1586, inspiré d’un événement de l’histoire locale – un tremblement de terre suivi d’un ouragan, survenu dix huit mois plus tôt dans la région. S’y mêlent des considérations mythologiques, cosmologiques, astronomiques, médicales, numérologiques, religieuses, techniques.  
  • Les Soupirs de Jean Lauron … sur les misères de ce temps, publiés dix ans plus tard, en 1596 à Bourges.  Précédé du testament … de feu M. d’Aumont, seigneur de Châteauroux, c’est une suite de quarante-trois sonnets et d’une ode, de tonalité lyrique, dont les violences provoquées par les guerres civiles  sont le thème dominant.
  • Les deux premières parties de Châteauroux semblent avoir été sa dernière œuvre, demeurée inachevée. Il s'agit d'un « poème épique » en alexandrins sur les origines et l’histoire légendaire du Bas-Berry depuis les temps les plus reculés. Des cinq parties prévues, seules les deux premières (1120 vers) furent publiées en 1613 à Paris. Un résumé de l’ensemble nous fait connaître le plan des trois autres.

BibliographieModifier

  • Jean Hubert, L'abbatiale de Déols avant sa destruction d'après un poème de Jean Lauron, in Revue du Berry et du Centre, 1er fascicule, 1932
  • Jean Hubert, "Châteauroux petite capitale poétique à la fin du XVIe siècle", Centenaire de l'Académie du Centre, 1978, p. 15-25.
  • Lucien Lacour, "Jean Lauron (vers 1555- vers 1620) - Une étude historique et littéraire", Revue de l'Académie du Centre, 2019, p. 90-105.