Ouvrir le menu principal
Jean Kanapa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Jean Kanapa, né le 2 décembre 1921 à Ézanville et mort le à Paris, est un écrivain, intellectuel et dirigeant du Parti communiste français.

BiographieModifier

Fils d'un banquier juif[1], élevé dans les quartiers huppés de l'ouest de Paris, Jean Kanapa est d'abord proche de Jean-Paul Sartre, qui avait été son professeur au lycée de Neuilly, et surtout de Simone de Beauvoir. Il est reçu quatrième à l'agrégation de philosophie en 1943[2] pendant l'Occupation, et enseigne au lycée de Saint-Étienne. Il adhère au PCF en août 1944[3], et entame un travail d'écriture qui se traduit par la publication d'un premier roman, Comme si la lutte entière…, en 1946.

Mais il se consacre rapidement surtout à ses activités politiques en même temps qu'il critique désormais violemment les positions existentialistes de Sartre. La publication de l'essai L'existentialisme n'est pas un humanisme, qui prend à contre-pied celui du célèbre ouvrage de Sartre, le fait remarquer par Laurent Casanova, responsable des questions intellectuelles du PCF, qui va lui donner la possibilité de développer ses positions grâce à la création, en décembre 1948, de La Nouvelle Critique, dont la direction est confiée à Kanapa.

Pendant dix ans, cette revue et son directeur sont les fers de lance d'un stalinisme intellectuel ardent et sans concession. Cela vaudra d'ailleurs à Kanapa d'être traité de « crétin » par Sartre dans Les Temps Modernes après une polémique entre La Nouvelle Critique et l'écrivain Dionys Mascolo.

Les révélations du XXe Congrès du parti communiste de l'Union soviétique, qui remettent en cause le bilan de Staline, ouvrent une période de déstabilisation de la revue et de son directeur. Fin 1958, il quitte La Nouvelle critique, désormais dirigée par Guy Besse, et séjourne à Prague comme correspondant français de La Nouvelle revue internationale. Il devient membre du Comité central du parti communiste français en juin 1959.

Au cœur des débats théoriques liés à la rupture entre l'URSS et la Chine, il ne parvient pas pour autant à se désengager de la mise en cause de Laurent Casanova par la direction du parti, en 1961. Sommé de désavouer publiquement son ancien mentor, il s'exécute pour ne pas risquer l'exclusion de ses responsabilités au Comité central.

Devenu correspondant de L'Humanité à Moscou en 1963, il exerce ensuite, mais très brièvement, la même responsabilité à La Havane.

Il revient en France en 1966 et devient un proche conseiller de Waldeck Rochet alors que le PCF, débarrassé de la vieille garde thorézienne, entame une refondation idéologique.

En 1967, il publie son quatrième et dernier roman, Les Choucas.

Après 1968, année pendant laquelle il s'est plus intéressé au Printemps de Prague qu'à mai 68, il devient, auprès de Rochet puis de Georges Marchais, le principal inspirateur de la nouvelle ligne du parti, un « socialisme aux couleurs de la France », prise de distance avec le modèle soviétique, le développement d'une « démocratie avancée » préalable au passage au socialisme, et qui s'achève, en 1976, par l'abandon par le PCF de la notion de dictature du prolétariat.

Il est le principal rédacteur du manifeste Le défi démocratique de 1973, et entre au bureau politique du parti en 1975.

En 1969, il participe à la création de l'Association d'amitié franco-coréenne, qui entretient des liens avec la Corée du Nord[4].

Il devient responsable de pa politique étrangère du PCF, la "POLEX" et initie et soutient le projet d'eurocommunisme porté par Enrico Berlinguer (PC italien) et Santiago Carrillo (PC espagnol). C'est aussi lui qui suscite - avec le « rapport Kanapa » - le ralliement du PCF à la force de dissuasion nucléaire française en 1977. Son successeur à la POLEX sera Maxime Gremetz.

Il meurt d'un cancer du poumon à 56 ans.

PublicationsModifier

  • Comme si la lutte entière, Nagel, 1946 (roman).
  • L'existentialisme n'est pas un humanisme, Éditions sociales, 1947.
  • Le Procès du juge, Nagel, 1947 (roman)
  • Le Traître et le Prolétaire, ou l'entreprise Koestler and Co.Ltd suivis d'inédits sur les procès de Mathias Rakosi, 1950.
  • Bulgarie d'hier et d'aujourd'hui : le pays de Dimitrov, Éditions sociales, 1953.
  • Question personnelle, Éditeurs français réunis, 1956 (roman)
  • Socialisme et Culture, Éditions de la Nouvelle Critique, 1957.
  • La doctrine sociale de l'Église et le marxisme, Éditions sociales, 1962.
  • Du vin mêlé de myrrhe, Éditeurs Français Réunis, 1962 (nouvelles).
  • Les Choucas, Éditeurs Français Réunis, 1967 (roman).
  • Pour ou contre l'Europe, avec Jacques Denis, Éditions sociales, 1969.

BibliographieModifier

  • Gérard Streiff[5], Jean Kanapa 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, L’Harmattan, 2001.
  • Gérard Streiff, Jean Kanapa : de Sartre à Staline, collection « Instants », éditions La dispute, 1998.
  • Gérard Streiff, notice « Jean Kanapa », Le Maitron en ligne.

Notes et référencesModifier

  1. Gérard Streiff, notice « Jean Kanapa », Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (Le Maitron)
  2. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 | Ressources numériques en histoire de l'éducation », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 20 octobre 2016)
  3. Du stalinisme à l’eurocommunisme Jean Kanapa, L'Humanité, 8 septembre 2004
  4. http://www.amitiefrancecoree.org/pages/Histoire_de_lAssociation-268687.html.
  5. Ancien collaborateur de Jean Kanapa.

Lien externeModifier