Ouvrir le menu principal

Jean Joseph de Boissieu

ingénieur militaire et administrateur français
Jean Joseph de Boissieu
Fonction
Directeur
Génie maritime, construction navale et Génie forestier maritime (d)
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Famille
Enfants
Louis-Edmond de Salvaing de Boissieu (d)
Clarisse de Salvaing de Boissieu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflits
Distinctions
Père-Lachaise - Division 13 - Salvaing de Boissieu 02.jpg
Vue de la sépulture.

Le baron Jean Joseph de Boissieu (Rochefort, - Paris, ) est un ingénieur militaire et administrateur français.

Sommaire

BiographieModifier

Famille et enfanceModifier

Parent du député Pierre Joseph Didier de Boissieu et de son frère le botaniste Joseph Hugues Boissieu La Martinière, qui disparut dans l'expédition de La Pérouse, Jean Joseph est le fils de Hugues Antoine Perrin de Boissieu, qui, après avoir servi en tant que sous-officier au régiment de Maugiron cavalerie, rejoignit l'administration des écritures des classes de la marine à Rochefort, et de son épouse, née Durand d'Elbos.

 
Portrait de sa fille, Madame Marcotte de Sainte-Marie, par Ingres.

Le 17 juin 1801, il avait épousé Suzanne Homberg, fille du banquier et armateur havrais Louis-Léon Homberg. Père de cinq enfants, il est le grand-père d'Arthur de Boissieu.

CarrièreModifier

Rentré comme commis de la Marine à Rochefort le 23 novembre 1770, il devient aide commissaire de la marine sur la corvette le Silphide en 1775, puis sur Le Courtier en 1776.

Aspirant élève ingénieur en avril 1777, puis élève ingénieur en juillet 1778, Boissieu est sous-ingénieur de la marine le 21 août 1780. Il fait campagne en cette qualité sur la frégate L'Aigle, et fut fait prisonnier de guerre à la suite d'un combat le 11 octobre 1782.

Boissieu passe ingénieur le 21 mai 1790 et démissionne du service de la marine en octobre 1792.

Il est inspecteur des hôpitaux aux armées de terre le 10 février 1793, puis inspecteur des approvisionnement aux armées de terre le 20 janvier 1797.

Chef de la comptabilité des ordonnances à l'armée d'Angleterre le 5 avril 1798, il est nommé ingénieur de la marine de 2e classe le 10 juillet 1801, puis de 1er classe le 19 avril 1804.

Boissieu devient successivement chef du 7e arrondissement forestier, puis du 5e arrondissement forestier, directeur de la 1re Division forestière (Paris) et ingénieur en chef des constructions navales. Il est ensuite nommé par le roi directeur du Génie forestier maritime, directeur des Constructions navales et enfin directeur du Génie maritime.

Chevalier de la ordre de la Légion d'honneur le 18 août 1814 et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis le 24 août 1814, il est fait baron par le roi Louis XVIII par lettres patentes du 22 novembre 1821[1].

Il prend part à la création de la Compagnie des mines, forges et fonderies du Creusot et de Charenton en 1828.

Il quitte ses fonctions en 1830.

Mort le 7 février 1846, à Paris, il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (13e division)[2].

Distinctions et décorationsModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Albert Révérend, Jean Tulard, "Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, Volumes 1 à 2", H. Champion, 1974
  2. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 308

BibliographieModifier

  • Jean-Marc Van Hille, « Perrin de Boissieux Joseph », dans "Dictionnaire des marins francs-maçons, gens de mer et professions connexes aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles", éditions L'Harmattan, 2011
  • Bernard Lutun, "1814-1817 ou l'épuration dans la Marine française", éditions L'Harmattan, 2006
  • Colette Sérusier-Guyet, "L'histoire de deux familles : Gouhier de Petiteville et de Salvaing de Boissieu", 2012
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. V. Blo-Bou.", 1906

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :