Jean Hubeau

compositeur français

Jean Hubeau est un pianiste, compositeur et pédagogue français, né le dans le 20e arrondissement de Paris et mort le dans le 18e arrondissement de Paris[1].

Jean Hubeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Paris 18e
Nationalité
Formation
Conservatoire national supérieur de musique et de danse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Conservatoire national supérieur de musique et de danse (d), Conservatoire national supérieur de musique et de danse de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Instrument
Maître
Distinction

BiographieModifier

Admis à l’âge de 9 ans au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, il étudie l'écriture avec Paul Dukas, le piano avec Lazare Lévy, l'harmonie avec Jean Gallon, et le contrepoint avec Noël Gallon. Il reçoit un premier prix de piano en 1930, à 13 ans.

En 1934, il obtient un deuxième Prix de Rome avec sa cantate La légende de Roukmani (le premier prix étant attribué à Eugène Bozza). L'année suivante, il reçoit le prix de Louis Diémer.

En 1941, quand Claude Delvincourt est nommé directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Jean Hubeau obtient le poste laissé vacant par Delvincourt à la tête de l'Académie de musique de Versailles. En outre, il prend le poste de professeur de musique de chambre du conservatoire de Paris de 1957 à 1982 où il a formé beaucoup d'élèves tels que Jacques Rouvier, Géry Moutier, Olivier Charlier, Sonia Wieder-Atherton, Catherine Joly, le Quatuor Viotti (Philippe Goulut, Marc Duprez, Pierre Franck et Hugh Mackenzie).

Il est un pianiste renommé[2], surtout pour ses enregistrements de Fauré, Schumann, Dukas, reconnus comme enregistrements de référence[réf. nécessaire]. Cependant, ses qualités de compositeur restent largement méconnues.[interprétation personnelle]

C'est avec Jean Hubeau que le trompettiste Maurice André a enregistré des œuvres pour trompette et piano. C'est le seul disque de Maurice André dans une telle configuration.

L'écrivain Marcel Thiry lui a dédié sa nouvelle Le Concerto pour Anne Queur.

CompositionsModifier

  • Sonate pour trompette chromatique et piano
  • La légende de Roumain
  • Concerto en la mineur pour violoncelle et piano
  • Tableaux Hindous
  • Sonate en ut mineur pour violon et piano ( 1942 )
  • Rondels et ballades (François Villon), mélodies pour voix et piano (1942 & 1948)
  • Quatre Chansons de Paul Fort (1942), mélodies pour voix et piano
  • Sonatine humoresque pour cor, flûte, clarinette et piano
  • Air tendre et varié pour clarinette et piano (morceau de concours du Conservatoire 1961)
  • Chanson Américaine
  • Concerto en do majeur pour violon et orchestre, dédié à Henri Merckel qui l'a créé.

Il composa également la musique de deux films :

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance no 1423 du 25 juin 1917 avec mention marginale du décès, sur le site des archives de Paris.
  2. Jean-Pierre Thiollet, 88 notes pour piano solo, Magland, Neva Editions, , 368 p. (ISBN 978-2-35055-192-0), p. 52

Liens externesModifier