Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Carrière sous la Révolution française et le ConsulatModifier

Fils d'un officier d'infanterie, Thomières s'engage en mai 1793 en tant que volontaire au 5e bataillon de volontaires de l'Hérault. Élu capitaine dans ce bataillon, il sert, de 1793 à 1795, à l'armée des Pyrénées-Orientales et devient adjoint à l'état-major général en février 1794. En mars 1796, il devient adjoint du général François Lanusse à l'armée d'Italie. Thomières se distingue aux batailles de Dego, de Mondovi, de Lodi, de Bassano et du pont d'Arcole. Devenu aide de camp du général Victor en juin 1797, il sert en Italie, devient chef de bataillon en mars 1800 et combat à Montebello et Marengo. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 15 juin 1804.

Général de l'EmpireModifier

En 1805, sous les ordres du général Antoine François Andréossy, il fait partie du quartier général de la Grande Armée puis devient en 1806 aide de camp du maréchal Lannes, qui le nomme adjudant-commandant le 14 août 1806. Il est fait officier de la Légion d'honneur le 1er avril 1807. Thomières est promu général de brigade le 11 juillet 1807 et sert lors de la guerre d'Espagne et du Portugal sous les ordres du général Junot. Blessé le 21 août 1808 à la bataille de Vimeiro, il est créé baron de l'Empire le 18 juin 1809.

En janvier 1810, sous le commandement des généraux Solignac puis Maucune, il commande la 2e brigade de la 2e division. Sous le commandement du maréchal Marmont, il commande la 7e division de l'armée de Portugal à la tête de laquelle il est tué à la bataille des Arapiles[1] le 22 juillet 1812.

 
Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 37e et 38e colonnes.

DistinctionsModifier

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du baron Jean Guillaume Barthélemy Thomières et de l'Empire 19 mars 1808 (décret), 18 juin 1809 (lettres patentes)

Coupé ; le premier parti, à dextre d'azur au chevron d'argent, accompagné de trois étoiles du même, à sénestre de gueules au signe des barons tirés de l'armée ; le deuxième d'or, au pal de sinople, chargé d'une épée haute du champ et accompagné de deux grenades éclatant de sable, enflammées de gueules - Livrées : les couleurs de l'écu ; le verd en bordure seulement.[2],.

HommagesModifier

À Sérignan, la rue du général Thomières porte son nom.

Notes et référencesModifier

  1. Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier, (ISBN 2-84734-009-2), p. 615
  2. Source: Registres de lettres patentes de collation de titres et d'armoiries et armorial

SourcesModifier