Jean François Carbonnel

militaire français

Jean François Carbonnel
Jean François Carbonnel

Naissance
Paris
Décès (à 67 ans)
Le Havre (Seine-Maritime)
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie
Grade Colonel
Années de service 17571812
Distinctions Officier de la Légion d’honneur
Chevalier de Saint-Louis

Jean François Carbonnel, né le à Paris, mort le au Havre (Seine-Maritime), est un colonel français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme surnuméraire dans la compagnie des gendarmes de la Garde du roi, et y reste jusqu’au , date de son admission à l’école d’artillerie de La Fère comme aspirant. Reçu élève le , il quitte l’école le , comme lieutenant en second, pour la brigade des Mazis.

Le , il passe lieutenant en premier au régiment de Toul, et il reçoit une commission de capitaine le . Capitaine en second de sapeurs le , puis capitaine en premier de bombardiers le , et enfin capitaine de canonniers le , le roi Louis XVI le fait chevalier de Saint-Louis le .

La Révolution aidant, il franchit rapidement les grades supérieurs, et il est nommé lieutenant-colonel le , au 7e régiment d’artillerie. Le , il devient sous-directeur de l’arsenal de Douai, et il est promu chef de brigade et commandant d’artillerie à l’école de Douai le . Pendant ces deux dernières années, il sert à l’armée du Nord, sous Rochambeau, Luckner, Dumouriez, Dampierre et Custine.

Il est suspendu de ses fonctions le , par le représentant du peuple Duquesnoy, en raison de ses origines nobles. Il est remis en activité le comme chef de brigade à la manufacture d'armes de Versailles, et le , il est envoyé au Havre, comme directeur de l’artillerie.

De l’an VII à l'an XII, il est chargé par les généraux Saint-Hilaire et Musnier, de la défense des côtes des départements de la Seine-inférieure et de la Somme. Pendant les ans VIII et IX, durant le siège du Havre, il se trouve aux batteries de la rade, toutes les fois qu’elles sont attaquées, et il se conduit avec la même bravoure à l’attaque de Dieppe le . Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le , et officier de l’ordre le .

Directeur de l’artillerie de la 15e division militaire au Havre depuis le , il meurt dans l’exercice de ses fonctions le .

SourcesModifier

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion-d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Tome 3, Bureau de l’administration, , 529 p. (lire en ligne), p. 53.
  • « Cote LH/424/27 », base Léonore, ministère français de la Culture
  • Léon Hennet, Etat militaire de France pour l’année 1793, Siège de la société, Paris, , p. 115-120.
  • Alex Mazas, Histoire de l'ordre royal et Militaire de Saint-Louis depuis son institution, jusqu'en 1830, Tome 3, Firmin Didot frère, Paris, , p. 504.
  • Alex Mazas, Histoire de l'ordre royal et Militaire de Saint-Louis depuis son institution, jusqu'en 1830, Tome 2, Firmin Didot frère, Paris, , p. 428.