Ouvrir le menu principal
Jean Daligault
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Jean Daligault, né en 1899 à Caen et mort à Dachau le , est un prêtre, résistant et artiste français.

BiographieModifier

Avec des amis, il rejoint l'Armée volontaire, un des premiers réseaux de résistance[1]. Il est arrêté en et finit par se retrouver dans le camp d’internement allemand de Trèves, où il réalise la part majeure de son œuvre. La collection a échappé au bombardement allié et fut retrouvée dans la maison de l’aumônier de la prison.

En dépit du calvaire de sa détention, il arrive à faire preuve d’humour. Il utilise tous les supports à sa disposition : planche de lit, pied de tabouret, lambeaux de papiers journaux… Il confectionne ses pigments à l’aide des couleurs grattées sur les murs de sa cellule.

La veille de la libération du camp de Dachau, il est abattu d’une balle dans la nuque.

Il laisse derrière lui une collection importante de dessins, de peintures et de sculptures [2]. La Légion d'honneur, réclamée à titre posthume, lui fut refusée… Une salle lui est consacrée au Musée de la Résistance & de la Déportation de Besançon, dans l’enceinte de la citadelle de Besançon.

Notes et référencesModifier

  1. https://www.ouest-france.fr/antoinette-roney-triaureau-se-souvient-de-labbe-jean-daligault-3389938
  2. Jean Daligault, Peintures et sculptures, Editions de La Martinière (1 mars 1997)

Voir aussiModifier