Ouvrir le menu principal

Jean Chaulin-Servinière

personnalité politique française

Jean Chaulin-Servinière
Illustration.
Jean Chaulin-Servinière avant 1919
Fonctions
Député 1914-1919
puis 1928-1940
Gouvernement IIIe République
Groupe politique GR (1914-1936)
GDRI (1936-1940)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Mayenne
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Paris

Jean Chaulin-Servinière, né le à Mayenne et mort le en son domicile dans le 16e arrondissement de Paris[1], est un avocat et un homme politique français membre du Parti Radical, puis des Radicaux indépendants.

BiographieModifier

OrigineModifier

Il est le fils de Lucien Chaulin-Servinière, député et conseiller général de la Mayenne. Il étudie au lycée de Laval. Bachelier ès lettres en 1901, il s'inscrit à la Faculté de droit de Rennes où il effectue simultanément des études juridiques tout en remplissant les fonctions de secrétaire particulier du Préfet de l'Ille-et-Vilaine. Licencié en droit en 1904, docteur en 1907, il devient avocat à la Cour à Mayenne

PolitiqueModifier

Il se lance en politique, dans la suite de son père, en 1910, en devenant maire (en cours de mandat) de Javron-les-Chapelles, poste qu'il occupera durant trente ans.

Il est élu député la même année, lors des élections d'avril contre Edmond Leblanc, député sortan,t sous les couleurs du Parti radical-socialiste. Il siège dans le groupe de la Gauche radicale, il sera réélu en 1914.

Lors de la Première Guerre mondiale, il est mobilisé comme sous-lieutenant au 732e régiment d'infanterie, à Reims, le 8 août 1914. Il est blessé le 20 octobre 1914, à Vailly. Cité à l'ordre du jour de l'armée en 1917, il est nommé lieutenant à la 69e division. Il termine la guerre comme capitaine d'aviation de chasse. À son retour du front, il se fait inscrire au barreau de Paris, avec le parrainage d'Henri Robert.

Il n'est pas réélu lors des élections de 1919. Il retrouvera son siège lors des élections des élections de 1928 et l'occupera durant trois mandats (1928, 1938, 1936), jusqu'au et siégera toujours dans le même groupe parlementaire[2].

Le , il fait partie des 569 parlementaires votant les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain[3].

Enfin, toujours en 1910, il se présente aux élections cantonales dans le canton de Couptrain, canton que son père avait représenté de 1974 à 1898. Jean Chaulin-Servinière est élu et devient président de l'assemblée en 1934. Il occupera ce poste jusqu'en octobre 1940, date à laquelle le conseil général est suspendu par le Régime de Vichy. En février 1941 il est nommé à la tête de la Commission administrative mise en place par le nouveau pouvoir, puis est élu président du conseil département en août 1942[4].

Durant cette époque il occupe aussi durant un temps la fonction de président du Concours agricole départemental.

À la libération, sa déchéance est prononcée pour collaboration[5], mettant fin à sa carrière politique. Il continue sa profession d'avocat au barreau de Paris.

Synthèse des mandatsModifier

SourcesModifier

  • « Jean Chaulin-Servinière », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris 16e, acte de décès no 222 année 1968 (vue 29/31)
  2. Notice sur le site de l'Assemblée Nationale, consultée le 16/06/2014.
  3. La République dans la tourmente (1939-1945), site de l'Assemblée nationale.
  4. Michel Dloussky, « Le Conseil général de la Mayenne (1935-1953 » dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest n°103, pp.54, 1996. Consultable en ligne sur Persée, consulté le 16/06/2014.
  5. Michel Dloussky, « Le Conseil général de la Mayenne (1935-1953 » dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest n°103, pp.53-59, 1996. Consultable en ligne sur Persée, consulté le 16/06/2014.

Liens externesModifier