Ouvrir le menu principal

Jean Chapelié
Jean Chapelié
Buste de Jean Chapelié au musée royal de l'armée et de l'histoire militaire

Naissance
Marseille,
Drapeau de la France République française
Décès (à 72 ans) (à 72 ans)
Ixelles,
Drapeau de la Belgique Belgique
Origine République française
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français,
Drapeau du Royaume de France Royaume de France,
Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
Arme Artillerie
Grade Army-BEL-OF-08.svg lieutenant-général
Années de service 1812-1863
Commandement sous-chef d’état-major à l’état-major général de l'armée belge,
École militaire
Conflits campagne de France,
Cent-Jours,
expédition d'Espagne,
prise d'Alger
Distinctions Grand cordon de l'Ordre de Léopold
Commandeur de la Légion d'honneur
Famille trois fils : Paul, Félix et Édouard

Liste des commandants de l’École royale militaire
Le général Jean Chapelié, fondateur de l'École militaire, médaille par Léopold Wiener, 1859

Jean Jacques Édouard Chapelié est un militaire belge d'origine française, son nom reste attaché à la création de l'École militaire belge qu'il dirigera durant trente ans.

Il était né à Marseille le et mourut le .

Sa familleModifier

Il appartenait à une vieille famille d'origine huguenote.

Devenu belge en 1844, il avait épousé en 1839 Mademoiselle Mathilde Nuewens une jeune fille de Bruxelles dont il eut trois fils, Paul (1840-1922), futur général et aide de camp de Léopold II, Félix et Édouard.

Sa carrièreModifier

Après avoir eu une brillante formation militaire à l'École polytechnique (promotion X 1812) sous l'Empire et participé à diverses campagnes avec brio tant en Espagne qu'en Algérie, il fut appelé en Belgique par le roi Léopold Ier qui désirait s'entourer d'éléments brillants pour former une véritable armée belge. Le fait que Chapelié était protestant comme le roi lui permit d'entrer facilement dans la sympathie du souverain.

La création de l'École militaire belgeModifier

Il fallait avant tout créer une école militaire qui soit digne d'un État européen nouveau et qui était encore dépourvu dans de nombreux domaines de structures solides. Il s'inspira pour ce faire de l'École Polytechnique de Paris en ce qui concerne l'organisation, et les programmes d'études qu'il adapta pour la Belgique.

L'École militaire attira rapidement une jeunesse généreuse et qui rêvait d'en découdre et de servir sa patrie.

Chapelié dirigea et améliora sans cesse durant trente ans son enfant chéri qu'était l'École Militaire.

Son nom mérite d'être placé parmi les conditores patriae qui ont façonné avec courage et abnégation le nouveau royaume de Belgique.

Il est inhumé au Cimetière de Bruxelles à Evere.

BibliographieModifier

  • Marc Van Den Steene (1931-1992), "Chapelié, Jean Jacques Édouard (1792-1864)", dans, De Léopold Ier à Jean Rey. Les protestants en Belgique de 1839 à 1989, Bruxelles, Faculté universitaire de Théologie protestante, 1990 (avec une introduction du Dr. Hugh Robert Boudin.
  • Histoire de l'École Militaire 1834-1934, Bruxelles, 1935.
  • Hugh Robert Boudin, "Chapelié Jean Jacques Édouard", dans : Dictionnaire historique du protestantisme et de l'anglicanisme en Belgique du 16e siècle à nos jours, Arquennes, 2014.

Liens externesModifier