Ouvrir le menu principal
Jean-René Gougeon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ArgentanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Cavalier professionnel, entraîneur de chevauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Montures

Jean-René Gougeon, né le à Vrigny (Orne) et mort le à Argentan (Orne), est un driver de trot attelé français.

CarrièreModifier

Jean-René Gougeon est le fils de Marcel Gougeon, grand propriétaire[1]. Il a entraîné ou drivé certains des plus grands cracks de l'histoire des courses : Roquépine, Toscan, Une de Mai, Bellino II, Hadol du Vivier et bien sûr Ourasi, qui lui ont permis de bâtir un palmarès incomparable. Surnommé Le Pape de Vincennes, il était l'un des plus célèbres, sinon le plus célèbre des drivers français. Comme driver, il a remporté le Prix d'Amérique à huit occasions : la première fois en 1966 au sulky de Roquépine, exploit réédité en 1968, puis ce furent trois victoires consécutives avec Bellino II, de 1975 à 1977. Enfin, il réalisa un exploit sur la fin de sa carrière, en remportant trois fois cette course sur Ourasi, de 1986 à 1988. Il gagne également plusieurs internationaux étrangers, notamment trois fois l'International Trot, officieux championnat du monde des trotteurs.

Contraint à prendre sa retraite à la suite d'un accident cardiaque quelques jours après sa troisième place dans le 4e Prix d'Amérique d'Ourasi[2], il laisse son frère Michel-Marcel Gougeon mener le cheval à sa dernière victoire dans la course reine.

Principales victoiresModifier

Épreuves de groupe 1 uniquement, comme entraîneur et/ou driver


  France


  Suède


  Allemagne


  Italie


  Pays-Bas


  Norvège


  Europe


  États-Unis

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Jean-René Gougeon, c'était un monsieur », sur alencon.maville.com, Ouest-France (consulté le 20 septembre 2014)
  2. « L'entraîneur-driver Jean-René Gougeon est mort », sur tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur (consulté le 20 septembre 2014)