Ouvrir le menu principal

Jean-Pierre Vielfaure

peintre et graveur français

BiographieModifier

JeunesseModifier

Jean-Pierre Vielfaure est natif du quartier algérois de Bab El Oued. Son père, Robert Vielfaure (Alger 1904 - Rodez 1948) et sa mère née Marie-Antoinette Alsac (Mauriac 1909 - Versailles 1957) possèdent une maison de papeterie, librairie et éditions de livres et de cartes postales[2] (entre autres d'après les photos d'Alexandre Leroux[3]) au 19, rue de Bab el Oued à Alger. « A l'origine de l'affaire, explique Jean-Pierre, il y a mon grand-père, Étienne Vielfaure (Nîmes 1873 - Alger 1921)[4], petit imprimeur en Ardèche. À l'époque (décennie 1890, n.d.l.r.), l'armée demandait des imprimeurs pour l'accompagner et suivre le mouvement de la colonisation. Mon grand-père a suivi le mouvement, puis a monté une imprimerie à Alger »[5]. Jean-Pierre Vielfaure évoque une enfance à la vie culturelle très riche, entre une mère pianiste et membre d'un orchestre de chambre à Alger, et un père dont il tiendra définitivement sa passion pour le papier, l'impression, le livre, la lecture, l'écriture, le dessin[5].

Quittant l'Algérie en 1938, Jean-Pierre Vielfaure suit ses parents à Rodez où il commence à dessiner en autodidacte à l'âge de douze ans. Après le décès de son père en 1948, il devient soutien de famille tout en effectuant son service militaire[5]. Sa toute première exposition, des dessins sur le thème des Paysages du Rouergue, se produit en 1950 à Rodez, suivie d'une seconde, en 1951, où s'énonce une fascination pour Les demoiselles d'Avignon de Pablo Picasso[6]. De ces années aveyronnaises, notre artiste se souvient de ses admirations pour Max Ernst, Robert Motherwell et Gustav Klimt[5], de ses rencontres avec Pierre Soulages, d'une amitié qu'il noue avec le poète Jean Digot (fondateur à Rodez du Prix Antonin-Artaud)[6], avant que, en 1952, il ne monte s'installer en partage entre Éméville (Oise) et le 23, rue Hermel, dans le quartier de Montmartre à Paris[7]. La première fréquentation assidue de Jean-Pierre à Paris est celle de l'atelier du peintre Robert Lapoujade qui l'intéresse en ce qu'il y ressent « un art fait d'intériorité et de poésie et où le lyrisme est constamment côtoyé par une grande rigueur »[6].

Carl Buchheister, « père spirituel »Modifier

Une rencontre fort marquante pour Jean-Pierre Vielfaure est en 1956 celle du peintre allemand Carl Buchheister (1890-1964) qu'il va désigner comme étant picturalement son père spirituel[7] et qu'il va héberger à Éméville durant six mois de chaque année, jusqu'à la mort du maître de Hanovre en 1964[6]. Si, rappelle Jacques Busse, Buchheister fut un très proche ami de Vassily Kandinsky, de Theo van Doesburg et de Kurt Schwitters, il retient surtout des deux derniers « les constructions géométriques non exclusives » et les « collages d'esprit surréaliste », tandis que sa propre appartenance à l'École de Hanovre est lisible par sa propension à « découper ses toiles, par des lignes, en aplats de couleurs vives »[8]. Et Jacques Busse de définir ce qu'est la finalté picturale de Buchheister, que Vielfaure va donc revendiquer comme sienne : « tenter de concrétiser la synthèse d'éléments apparemment hétérogènes, concilier une construction géométrique du plan avec une poétique gestuelle de l'informel sans renoncer à un recours amusé aux matériaux post-dadaïstes des collages »[8].

Les mouvements Phases et InterModifier

En 1958, Jean-Pierre Vielfaure se lie d'amitié avec Édouard Jaguer qui lui est présenté par Carl Buchheister et dont il rejoint le mouvement Phases. Outre les expositions (comme celle de la Galerie du Fleuve en 1960, assortie d'une monographie consacrée à notre artiste par Jaguer), l'activité en est la publication d'une revue bibliophilique à tirage limité, enrichie de gravures originales et intitulée Phases - Cahiers internationaux de recherches littéraires et plastiques (Paul Facchetti éditeur). Jean-Pierre Vielfaure et Wifredo Lam pour la lithographie, Remo Martini pour le bois gravé, assurent l'illustration du dixième numéro en septembre 1965. L'époque Phases est donc aussi pour lui constituée d'amitiés littéraires, comme celles de l'écrivain québécois Roland Giguère, ou du surréaliste belge Jacques Lacomblez dont il illustre les poèmes. Les engagements de Phases étant également politiques, Jean-Pierre Vielfaure est en 1960 (comme d'autres peintres : Robert Lapoujade, Édouard Pignon, Paul Rebeyrolle, Paul-Jean Revel, Claude Viseux) signataire du Manifeste des 121, titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », document vu par Jean-François Sirinelli comme « l'un des plus célèbres brûlots du siècle »[9]. En rejoignant en 1965 le groupe Inter constitué par des artistes majoritairement de Scandinavie[6], Jean-Pierre Vielfaure ouvre avec la ville de Copenhague une longue relation, tant par les séjours et les expositions que par les éditions de son œuvre gravé[10].

Opéra CivilisationModifier

C'est entre 1968 et mai 1971, alors que dans le même temps il contribue aux illustrations du magazine Rock & Folk[7], que Jean-Pierre Vielfaure entreprend son œuvre « monumentale » intitulée Opéra Civilisation, suite de soixante-douze tableaux (collages, acrylique, technique mixte) juxtaposés en une longueur de quarante-deux mètres[11] où, commente Sébastien Moinet-Béchar, « est évoqué le récit historique, idéologique et artistique de notre civilisation, de la création du monde à notre futur inconnu. Opéra Civilisation, poursuit Moinet-Béchar, n'est pas seulement le récit du monde vu de manière linéaire, c'est également la vision du monde à travers les yeux de l'artiste : il ne tient pas compte de la chronologie ou de la logique, mais nous emmène à l'interrogation »[7].

Ibiza, New York, Bretagne...Modifier

1970 est pour Vielfaure l'année d'un séjour de trois mois en Laponie, où il va jusqu'au Cap Nord, l'année aussi où son Cycle scandinave est exposé à Aalborg (Danemark) et à Ibiza. Ces retours sur l'île et sa voisine Formentera (où ses premiers séjours datent de 1968[6]) lui inspirent la série de plus de cinquante toiles (1970-1973) uniformément intitulées Les portes d'Ibiza[7], exposées successivement à Ibiza, Copenhague et Helsinki en 1973[6]. Son premier et long séjour à New York et au Canada en 1977 donne lieu à une suite de techniques mixtes, Journal new-yorkais, essentiellement sur papier et présentés en diptyques (pages 2 et 4, pages 5 et 6, etc.)[7] où voisinent écriture, collages et abstraction. En même temps, notre artiste amorce le tournage de son film éponyme dont l'achèvement lui demande un retour à New-York en 1979. 1979 est également l'année où, avec son épouse Chantal Cusin-Berche[12], Jean-Pierre Vielfaure découvre la Bretagne et s'y attache, y revenant dès 1980: il aménage en 1982 un nouvel atelier à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom (Finistère) où la série Parcours pour une odyssée arctique est suivie d'une autre, Le Codex Bevern: en une synthèse de ses voyages, de ses lectures et de l'imagination, il y invente une civilisation s'étendant de la Bretagne celte au Canada[13].

IvryModifier

 
Jean-Pierre Vielfaure dans son atelier.

En fin d'année 1988, lorsqu'à Ivry-sur-Seine une partie de l'ancienne manufacture des œillets, rue Raspail, est reconvertie en ateliers d'artistes[14], Jean-Pierre Vielfaure décide de s'y installer. « Ce qui m'intéresse, et pas seulement dans l'art, consigne-t-il alors dans ses Carnets de travail[15], c'est le mystère, ce qui a été oublié, c'est-à-dire la part d'ombre refoulée par notre société qui réduit le langage à l'utile ». C'est dans cet esprit que notre artiste, effectuant plusieurs séjours à Venise tout en se souvenant de son odyssée dans l'océan Arctique, s'investit simultanément dans deux séries de toiles, Quand la banquise devient opéra et Le testament vénitien. Il s'en justifie en ce que de part et d'autre de cette double inspiration, il « s'exprime par les mythes, revisite de grands opéras avec les figures allusives de leurs héros »[15], l'œuvre consistant alors à inventer des mises en scène où se télescopent entre autres Giacomo Casanova, Le vaisseau fantôme, Marco Polo, le Baron Corvo, Lord Byron, Thomas Mann (Mort à Venise) et Corto Maltese (Fable de Venise), en quoi Philippe Piguet perçoit « une véritable faculté à la divagation, à l'errance et à la dérive »[16].

Sa suite de tableaux L'appel aux esprits (2007) offre à Jean-Pierre Vielfaure de se confier sur sa propre spiritualité: « Cela a commencé durant les séjours en Scandinavie. Là-bas, où, en vingt-cinq ans j'ai vendu mille toiles, j'ai vu tous les musées concernant les rites chamaniques... Autodidacte, ma curiosité reste ouverte et intacte. Bien qu'élevé chez les catholiques, ma spiritualité penche plutôt du côté des chamans. Chaque chaman a sa propre spiritualité, en relation avec les nuages, ou le bois, ou tel animal. Le chamanisme est ma vraie religion. Elle ouvre sur un autre monde »[5].

Une longue et pénible maladie emporte le 27 avril 2015, âgé de 84 ans, l'artiste qui écrivit dans l'un de ses innombrables carnets de travail : « en art, le sens ne peut apparaître que voilé et sa révélation ne peut que se faire dans les fractures »[17]. Selon sa volonté, les cendres de Jean-Pierre Vielfaure ont été dispersées dans le Jardin du souvenir du cimetière d'Ivry. Son fonds d'archives est conservé par la bibliothèque Kandinsky du Centre Georges-Pompidou

ŒuvreModifier

Thèmes picturauxModifier

  • Apocalypse de l'atome, 1953
  • Paysages hétéroclites, 1963
  • Monk l'insolite[18], encres et aquarelles sur papier, 1967
  • Les Portes d'Ibiza, 1970-1973
  • Écrans souvenirs, 1976
  • Le Journal new-yorkais, 1977
  • Fragments d'itinéraires, 1980
  • Les Archéologies du futur, 1980
  • Fragments d'itinéraires new-yorkais[19], 1981
  • Parcours pour une odyssée arctique, 1983-1984[20]
  • Fragments, figures et extraits du Codex Bevern, 1982-1985[13]
  • Quand la banquise devient opéra, 1991[21]
  • Suite Marco Polo 2[22]
  • Le Testament vénitien, 2003[23]
  • L'Appel aux esprits, 2007
  • Les Confins du paysage, 2012[24]

Tableaux-portraitsModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliophilie et livres d'artisteModifier

  • Anthologie de la gravure contemporaine, ouvrage collectif d'artistes, enrichi entre autres d'une gravure sur cuivre originale de Jean-Pierre Vielfaure. Éditions Schwarz, Milan, 1962.
  • Jacques Lacomblez, L'Aquamanile du vent, poèmes, illustrations de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Edda, Bruxelles, 1962.
  • Jean-Clarence Lambert, Le voir-dit, illustrations de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions de Beaune, 1963.
  • Revue surréaliste Edda, couverture par Jean-Pierre Vielfaure, Bruxelles, no 4, 1963.
  • Jacques Lacomblez, Six personnages sortilèges, poèmes, six gravures originales de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Edda, Bruxelles, 1964.
  • Claude Tarnaud, Orpalée, dix-sept lithographies originales de Jean-Pierre Vielfaure, soixante-dix exemplaires sur Vélin de Lana, Collection Une voix, un geste, Éditions Michel Cassé, Paris, 1965.
  • Revue Phases - Cahiers internationaux de recherches littéraires et plastiques, gravures originales de Wifredo Lam, Jean-Pierre Vielfaure et Remo Martini, Paul Facchetti éditeur, no 10, septembre 1965.
  • Ole Sarvig (en), Poèmes germes, dix-huit lithographies originales de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Centre Graphique J. Chr. Sorensen, Copenhague, 1967.
  • Jean-Pierre Vielfaure, Carnets de voyages en Laponie, dossier in-folio, texte et dix sérigraphies de l'auteur, atelier de sérigraphie de la Maison des jeunes et de la culture de Colombes, 1972.
  • Marc Verhvaverbeke, Un bleu adamantin poèmes, collages de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Arcam, 1985.
  • Marc Verhaverbeke, Vie, la voilà, poèmes, douze gouaches originales de Jean-Pierre Vielfaure sur Arches, 6 exemplaires, 1984.
  • Jean-Pierre Vielfaure, Katmaï, suite de vingt-deux micro-lithographies sur Arches, exemplaire unique, 1987.
  • Jean-Pierre Vielfaure, L'Éloge du fragment, vingt-six lithographies déchirées, exemplaire unique, 1986.
  • Christian Noorbergen, L'Horizon vertical, dix-huit lithographies originales de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions avec/Royaumont, 130 exemplaires, 1990.
  • Jean-Pierre Vielfaure, Quand la banquise devient opéra, suite de douze lithographies tirées à 130 exemplaires, typographie René Jeanne, 1990.
  • Jean-Pierre Vielfaure, Seize mirages pour le Titanic et Pierre Loti, texte et lithographies de l'auteur, Éditions Michel Casse, Paris, 300 exemplaires sur papier de Rives, 1999.
  • Jean-Pierre Vielfaure et Michel Besnier, Nemo, Capitaine, dessins de Vielfaure, texte poétique de Besnier, Éditions Le livre d'art, 2008[28].

FilmographieModifier

  • Dialogue, Super 8 couleur (présenté à Antenne 2), durée 22 min, Films du Triangle, 1974.
  • Morne plage Super 8 couleur, durée 37 min, Films du Triangle, 1978.
  • La terre tourne, Monsieur, je ne puis lui faire confiance, Super 8 couleur, durée 12 min, Films du Triangle, 1978.
  • Journal new-yorkais, Super 8 couleur sur cassette-vidéo, durée 90 min, Films du Triangle, 1979.

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Jaeger Bucher, 5, rue de Saintonge, Paris, octobre-novembre 1955.
  • Apocalypse de l'atome, Galerie du Fleuve (direction: Viviane Forrester), Paris, novembre-décembre 1960, 1962.
  • Gouaches, Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, 1960.
  • Collages et paysages hétéroclites, Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, 1962, 1967.
  • Dessins, Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, 1963.
  • La Hune, Paris, 1964.
  • Galerie Marya, Copenhague, 1964, 1967.
  • Les spectrographismes de Jean-Pierre Vielfaure, Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, octobre 1964.
  • L'espace intérieur, Galerie Marbach, Paris, 1966.
  • Galerie Latina, Stockholm, octobre 1966.
  • Rétrospective Jean-Pierre Vielfaure - Peintures, gouaches, lithographies, livres, Galerie Apiaw, Liège, 1967.
  • Bois flottés, Galerie d'art J. Chr. Sorensen, Copenhague, 1967.
  • Paysages hétéroclites, Galerie 14, Aarhus, 1967.
  • Peintures, dessins - Paysages hétéroclites et portraits, Galerie Latina, Stockholm, 1967.
  • Du labyrinthe à la chambre d'amour, exposition itinérante au Japon organisée par Jean-Clarence Lambert, Tokyo, Kyoto, 1967.
  • Cycle nordique - Dessins, peintures, Galerie 14, Aarhus, 1968.
  • Peintures et lithographies - Portraits et paysages, Court Gallery, Copenhague, 1969.
  • Cycle scandinave, Bio Galerie, Aalborg, 1970.
  • Galerie 3+2, Paris, 1968, novembre-décembre 1970.
  • Galerie Leger, Malmö, 1971.
  • Galerie Ivan Spence, Ibiza, 1970, 1973.
  • Musée Antoine-Vivenel, Compiègne, 1971.
  • Opéra Civilisation, Maison des jeunes et de la culture, Colombes, 1971.
  • Opéra Civilisation, Centre culturel de Villeparisis, 1972.
  • Galerie L'Angle aigu, Bruxelles, 1972.
  • Opéra civilisation, Centre culturel de Corbeil-Essonnes, 1973.
  • Institut français de Brême, 1973.
  • Peintures, collages, Centre culturel de Vechta, 1973.
  • Peintures, livres, Institut français de Cologne, 1973.
  • Les Portes d'Ibiza, Court Gallery, Copenhague, 1973.
  • Les Portes d'Ibiza, Galerie Christel, Helsinki, 1973.
  • Opéra Civilisation, ARoS Aarhus Kunstmuseum, 1973.
  • Dix ans de lithographie, Galerie Carmen Cassé, Paris, 1973.
  • Les Portes d'Ibiza, Galerie Lerche, Aalborg, 1974.
  • Galerie Anne et Marc Voglaire, Bruxelles, 1974.
  • Écrans souvenirs - Peintures, Galerie Colette Dubois, Paris, 1974.
  • Opéra Civilisation (avec Rosette Bir, sculpteur), M.J.C. de Grigny (Essonne), 1974.
  • Port Pierre-Canto, Cannes, 1974.
  • Les nomenclatures du rêve - Peintures, dessins, Kunsthalle de Wilhelmshaven, 1975.
  • Schéma et parcours nocturne, Esbjerg Museum, 1975.
  • Les Portes d'Ibiza, Art Direct, Paris, 1975.
  • Court Gallery, Copenhague, 1975.
  • Écrans souvenirs, Galerie internationale, Stockholm, 1976.
  • Journal new-yorkais, Galerie La Fontaine d'argent, Aix-en-Provence, 1978.
  • Peintures, dessins, lithographies - Cinq ans de travaux, Galerie le Balcon des arts, 141, rue Saint-Martin, Paris, octobre 1978.
  • Tentatives de rapprochement - Dessins, Galerie le Balcon des arts, Paris et Galerie 2B, Montréal, 1979.
  • Écrans souvenirs (peintures) - Journal new-yorkais (dessins), Court Gallery, Copenhague, étés 1979, 1980 et 1981.
  • Écrans souvenirs, I.B.M. Corbeil-Essonnes, 1980.
  • Tentatives de rapprochement - Dessins, Galerie J.C. Turini, Paris, 1981
  • Direction régionale de la Société générale, Évry, 1981.
  • Galerie Tytte Funch, Aalborg, 1981, 1982.
  • Écrans souvenirs - Peintures, lithographies, Galerie Huset, Copenhague, 1981.
  • Galerie Convergences, Nantes, 1982.
  • Fragments d'itinéraires et journal new-yorkais, Musée d'art de Toulon, janvier-février 1982.
  • Fragments d'itinéraires et journal new-yorkais, Centre d'art contemporain Pablo-Neruda, Corbeil-Essonnes, novembre-décembre 1982.
  • Galerie Huser, Copenhague, 1982.
  • M.D.C. Comarel Mécénat, Saint-Cloud, 1983.
  • Galerie 2B, Montréal, 1983.
  • Fragments, figures et extraits du Codex Bevern, Galerie du Sallé, Quimper, été 1985.
  • Parcours pour une odyssée arctique, Galerie Lescot, Paris, février-mars 1986.
  • Passages, Centre d'art, Troyes, 1986.
  • Galerie de l'ancienne poste, Calais, février-mars 1987.
  • Ateliers d'art de Douarnenez, octobre-décembre 1990.
  • Quand la banquise devient opéra, Espace Jules-Verne, Brétigny-sur-Orge, janvier-mars 1991.
  • When ice field becomes opera, Galleric, Aarhus, mars-avril 1991.
  • Galerie Véronique Smagghe, Paris, 1991.
  • Quand la banquise devient opéra, Galerie Erval, Paris, 1991.
  • Quand les couleurs chantent, Galerie Asbæk, Copenhague, 1992.
  • Galerie Erval, Paris, 1992.
  • Ateliers d'Ivry, Manufacture des œillets, Ivry-sur-Seine, 1992, 1996.
  • Galerie Satellite, Paris, 1992.
  • Galerie Patrick Gaultier, Quimper, 1995, 2000.
  • Les dernières pages du journal de Pierre Loti ou la rencontre du Titanic et du Radeau de la Méduse, Galerie Claudine Lustman, Paris, 1995.
  • Galerie Claudine Lustman, Paris, 1996, 1997.
  • En marge des marées, Ateliers d'art de Douarnenez, octobre-décembre 1996.
  • Galerie Carmen Casse, Paris, 1997.
  • Galerie 7, Nantes, 1997.
  • Anne Slacik et Jean-Pierre Vielfaure - Carnets et livres d'artistes, Bibliothèque Aragon, Choisy-le-Roi, novembre 1997 - janvier 1998.
  • Centre d'art de Viroflay, 1999.
  • Fragments et figures du Codex Bevern, Mairie de Lognes, octobre 1999 - janvier 2000.
  • Festival interceltique de Lorient, 2000.
  • Suite Marco Polo 2, Ateliers d'art, Douarnenez, 2001.
  • En marge des marées, Bibliothèque Nelson-Mandela, Vitry-sur-Seine, 2003.
  • Le testament vénitien - Bibliothèque Aragon, Choisy-le-Roi, septembre-octobre 2003[29].
  • L'appel aux esprits, Espace d'art contemporain Camille-Lambert, Juvisy-sur-Orge, novembre-décembre 2007.
  • Vente de l'atelier Jean-Pierre Vielfaure, Pestel-Debord SVV, Hôtel Drouot, Paris, 28 novembre 2015[30].
  • Centre d'art contemporain du château de Kerguéhennec, Bignan, mars-mai 2018.
  • Galerie Les Yeux fertiles, 27 rue de Seine, Paris, avril-mai 2019.

Expositions collectivesModifier

  • Galerie Jaeger Bucher, Paris, février-mars 1952, juillet 1952, février 1954 (avec Marcel Fiorini, Wilfrid Moser, Louis Nallard et Oscar Chelimski).
  • Hiroshima mon amour - Gouaches de Corneille et Jean-Pierre Vielfaure, Galerie du Ranelagh, Paris, 1960.
  • Salon Comparaisons, Paris, à partir de 1961.
  • IIe Biennale de Paris, 1961.
  • IVe Biennale de Conches, 1961.
  • L'École de Paris, Galerie Charpentier, Paris, 1962.
  • Lincoln Gallery, Londres, 1962.
  • Exposition inaugurale du Musée d'art moderne de Mexico, 1962.
  • Salon d'automne, Paris, 1963.
  • Salon Interart, Copenhague, 1963.
  • Dessins: Laks, Lunven, Petitjean, Valezy, Vielfaure, Galerie Marbach, 1967.
  • Kunstforening, Hørsholm, 1968.
  • Salon du petit format, Stockholm, 1969.
  • Laks, Janik Rozo, Vielfaure - Dessins, Centre Gildas-Fardel, Nantes, mai-juillet 1969.
  • Daussy, Proweller, Vielfaure - Peintures et graphiques, Théâtre de la Cité internationale, Paris, octobre 1971.
  • 9e Biennale de Menton, 1972.
  • Exposition itinérante en Allemagne Fédéralde de la Bibliothèque nationale de France, 1972.
  • Kunstmesse Internationale, Bâle, 1972.
  • Exposition rétrospective du Mouvement "Phases", Galerie des Ponchettes, Paris, septembre-novembre 1972[31].
  • Le petit format, Galerie Principe, Paris, juillet-septembre 1977.
  • Imagination, International Ausstellung bildnerrischer Poesie, Kunstmuseum Bochum, août-octobre 1978.
  • Peintres de l'Oise, Maison de la Culture de Compiègne, 1981.
  • 28e Salon d'art contemporain de Montrouge, 1981.
  • Galerie Convergences, Nantes, 1984, 1985.
  • Sols: peintures, sculptures, installations, Centre national des arts plastiques, Paris, avril-mai 1984[32].
  • Salon Grands et jeunes d'aujourd'hui, Paris, 1984.
  • Le livre dans tous ses états, Galerie C. Corte, Paris, bibliothèques municipales de Brétigny-sur-Orge, Angers et Savigny-le-Temple.
  • Francis Limérat, Jean-Pierre Vielfaure - Les arpenteurs de l'utopie, Centre d'art contemporain Pablo-Neruda, Corbeil-Essonnes, novembre-décembre 1985.
  • Galerie 2B, Montréal, 1986.
  • Le livre dans tous ses états, Galerie C. Corte, Paris, Musée Antoine-Lécuyer, Saint-Quentin, Musée Richard Anacréon, Granville, 1986.
  • Le livre dans tous ses états, Musée des beaux-arts de Caen, Bibliothèque de Choisy-le-Roi, 1987.
  • Iles, Centre Georges-Pompidou, Paris, 1987.
  • Galerie Akiyama, Tokyo, 1987.
  • Atelier Nishinomiya, Nishinomiya, 1987.
  • Littoral, Université de Rennes 2 et Mairie de Brest, 1987.
  • Quinze ans d'exposition, Galerie du Sallé, Quimper, 1987.
  • Dix ans d'exposition, Galerie Pierre Lescot, Paris, 1987.
  • Acquisitions du FRAC Basse-Normandie, Jersey, 1988.
  • Le cahier d'artiste, Galerie Arcade, Carcassonne, 1988.
  • Le cahier d'artiste, Atelier ocre d'art, Châteauroux, 1988.
  • Magiciens de ma terre, Galerie C. Corte, Paris, 1989.
  • Le cahier d'artiste, Galerie B. Jordan, Paris, 1989.
  • Free Mandela, exposition itinérante dans douze villes de France, 1989.
  • Œuvres imprimées, Abbaye de Royaumont, 1990.
  • Espace 17 Keller, Paris, 1990.
  • Galerie Chicha, Ivry-sur-Seine, 1990.
  • Miroir, Bourse du travail, Troyes, 1990.
  • Marissy Communication, Troyes, 1990.
  • Le livre d'artiste, Centre d'art contemporain de Besançon, 1990.
  • Groupe T.G.F., Paris, 1991.
  • De Bonnard à Baselitz, dix ans d'enrichissements du Cabinet des estampes, Bibliothèque nationale de France, 1992[33].
  • Galerie Claudine Lustman, Paris, 1995, 1996.
  • Galerie Véronique Smagghe, Paris, 1995.
  • Plein Feux, Ivry-sur-Seine, 1996, 1998, 2004.
  • Exposition de bannières, Galerie Fernand-Léger, Paris, 1996.
  • Biennale d'art contemporain, Saint-Nom-la-Bretèche, 1996.
  • Galerie Patrick Gaultier, Quimper, 1996, 1998.
  • Le triangle d'art, Ivry-sur-Seine, 1997.
  • Espace Robespierre, Ivry-sur-Seine, 1997.
  • Galerie Carmen Cassé, Paris, 1998.
  • Festival interceltique de Lorient, 1998.
  • Ateliers d'art de Douarnenez, 1998.
  • Bibliothèque Forney, Paris, 2004.
  • Galerie Le Corbusier, Trappes, 2004.
  • Salon de peintures et de sculptures, Plomodiern, août 2009[34].
  • Pleins Feux - Nuit blanche, portes ouvertes d'ateliers d'artistes dans la ville, Ivry-sur-Seine, septembre-octobre 2012.
  • La Disparition (Remix) - Illés Sarkantyu, Jean-Pierre Vielfaure, Château de Kerguéhennec, mars-mai 2018.
  • Les œuvres graphiques du MAC VAL, musée d'art contemporain de Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine, mars-avril 2018.
  • Les œuvres du cabinet des arts graphiques, centre Georges-Pompidou, Paris, mai-septembre 2018.

Réception critiqueModifier

« La richesse plastique des images qu'il brosse dit la vision fantastique qui est la sienne, celle d'un regard illuminé par la puissance métamorphique du rêve. Grande est encore ici la part du songe dans cette appréhension continentale de la peinture - un songe traversé de l'expérience livresque des contes et légendes du temps passé, des relations de voyages inventés ou vécus, de ces grands explorateurs du temps et de l'espace qu'ont été, chacun à leur manière, des figures aussi diverses que Marco Polo ou Saint-John Perse. »

— Philippe Piguet[16]

« Les œuvres de Jean-Pierre Vielfaure sollicitent la part de notre mémoire la plus profonde, la plus inconsciente, celle qui dépasse notre vie individuelle pour s'enfoncer dans le passé de l'espèce humaine et celui de la planète. Il fait passer par une archéologie, une mythologie, une histoire de fiction pour réveiller cette mémoire la plus lointaine, la plus obscure mais qui, comme l'humus le plus noir, produit les fleurs les plus vives. D'où cette joie colorée, gourmande, émerveillée de la mise au jour, de la mise à jour. Et pour dire le précieux du présent, il faut en faire l'objet d'une archéologie future... Là où d'aucuns seraient pris de vertige, Jean-Pierre Vielfaure avance, avec un appétit d'explorateur et une méthode d'encyclopédiste. Pour notre plus grande joie, notre plus gai savoir. »

— Michel Besnier[35]

« L'œuvre de Vielfaure est une cartographie envoûtée d'instants privilégiés. Une minutieuse scénographie d'intériorité rêveuse, toute éblouie de ses énigmatiques miroirs. Un voyage à prodiges au pays des voyages. Passeur d'horizons, Vielfaure joue à saute-espace. On dirait des lettres ultimes traversées par d'autres dimensions, un fabuleux courrier envoyé aux abîmes par un lecteur lointain, incertain et stupéfié. »

— Christian Noorbergen[36]

Prix et distinctionsModifier

  • Prix des critiques d'art étrangers, IIe Biennale de Paris, 1961 (doté d'une bourse de voyage: Jean-Pierre Vielfaure effectue un séjour de trois mois en Roumanie en 1963[6]).
  • Grand prix de l'Académie royale des beaux-arts du Danemark, pour les Poèmes germes d'Ole Sarvig enrichis de dix-huit lithographies originales, 1968.
  • Premier prix du Salon du petit format, Stockholm, 1969.
  • Prix Miró du dessin, 1969, 1972, 1974.
  • Premier prix de la Biennale internationale d'art graphique, Noto (Italie), 1972.

Collections publiquesModifier

Collections privéesModifier

BibliographieModifier

  • Édouard Jaguer, Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Galerie du Fleuve, Paris, 1960.
  • Jean-Pierre Vielfaure, L'horreur des hortensias, in revue Phases, no 7, mai 1961.
  • Jacques Lacomblez, Jean-Pierre Vielfaure - Dessins, Éditions Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, 1963.
  • Philippe d'Arschot, Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Galerie Marya, Copenhague, 1964.
  • Édouard Jaguer et Philippe d'Arschot, Les spectrographismes de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Galerie Saint-Laurent, Bruxelles, 1964.
  • Jean-Clarence Lambert, La peinture abstraite, collection Histoire intégrale de l'art, Éditions Rencontre Lausanne, 1967.
  • Dessins: Laks, Lunven, Petitjean, Valezy, Vielfaure, Éditions Galerie Marbach, Paris, 1967.
  • Simone Boisecq, Laks, Rozo, Vielfaure - Dessins, Éditions du Musée des beaux-arts de Nantes, 1969.
  • Borys Rybak, Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Galerie 3+2, Paris, 1970.
  • Daussy, Proweller, Vielfaure, Catalogue biographique d'exposition au Théâtre de la Cité internationale, Éditions Art et Prospective, Paris, 1971.
  • Édouard Jaguer, Rétroviseur "Phases", catalogue d'exposition, Galerie des Ponchettes, Paris, 1972[31].
  • Yann Pavie, Jean-Pierre Vielfaure - "Opéra Civilisation" - Peinture de 40 mètres, in revue Opus international, no 42, mars 1973.
  • Grand Larousse encyclopédique, 1976. Définition du mot Abstraction, page 48[40].
  • Jean-Pierre Poggi et Boris Rybak, Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Le Balcon des arts, 1978.
  • Marie-Claude Beaud et Jean-Luc Chalumeau, Jean-Pierre Vielfaure - Fragments d'itinéraires et journal new-yorkais, catalogue enrichi de cinq lithographies originales, Éditions du Musée d'art de Toulon, 1982.
  • Jean-Marie Gibbal, Michel Servant, Jean-Yves Loude (introduction par Michel Troche), Sols: peintures, sculptures, installations, Éditions de la Fondation nationale des arts plastiques, Paris, 1984[32].
  • Jean-Marie Gibbal, Jean-Pierre Vielfaure - Fragments, figures et extraits du Codex Bevern, Éditions de la Galerie du Sallé, Quimper, 1985.
  • Gilbert Lascault (préface de Chantal Cusin-Berche), Limérat, Vielfaure - Les arpenteurs de l'utopie, parcours, Éditions du Centre d'art contemporain Pablo-Neruda, Corbeil-Essonnes, 1985.
  • Olivier Kaeppelin, Jean-Pierre Vielfaure - Parcours pour une odyssée arctique, Éditions Galerie Lescot, Paris, 1986.
  • Michel Giroud, Jean-Marie Gibbal, Olivier Kaeppelin et Jean-Pierre Vielfaure, Jean-Pierre Vielfaure - Peintures/Objets, co-édition Centre de développement culturel/Galerie de l'Ancienne Poste, Calais, 1987.
  • Christian Noorbergen, Jean-Pierre Vielfaure ou l'art métamorphique, Éditions Ateliers d'art, Douarnenez, 1990.
  • Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises - Manifestes et pétitions au XXe siècle, Gallimard, 1990.
  • Philippe Piguet, Jean-Pierre Vielfaure - Quand la banquise devient opéra, Éditions du Centre d'art et de culture de Brétigny-sur-Orge, 1991.
  • Christian Noorbergen, « Jean-Pierre Vielfaure », Artension, no 21, février 1991, pages 22–24.
  • Anne Dagbert, « Jean-Pierre Vielfaure », Art Press, no 157, 1991.
  • Claude Bouyeure, « Quand la banquise rejoint l'opéra » , L'Œil, no 436, novembre 1991.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  • Stig Krabbe Barfoeld, Jean-Pierre Vielfaure - Quand les couleurs chantent, Galerie Asbæk, Copenhague, 1992.
  • Jean-Pierre Vielfaure, En marge des marées - Journal, Éditions Ateliers d'art, Douarnenez, 1996.
  • André Roussard, Dictionnaire des artistes à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Philippe Piguet, Michel Besnier et Christian Noorbergen, Jean-Pierre Vielfaure - Le testament vénitien, Éditions du Service municipal d'arts plastiques, Choisy-le-Roi, 2003[29].
  • Jean-Pierre Vielfaure (texte: Les portes de la couleur), Philippe Piguet (texte: Une peinture continentale), Michel Besnier (texte : Capitaine Nemo des fonds sous-séculaires) et Christian Noorbergen (texte: Les talismans de Jean-Pierre Vielfaure), Le testament vénitien de Jean-Pierre Vielfaure, Éditions Le livre d'art Iconofolio, 2007.
  • Karim Ghaddab, L'appel aux esprits : Jean-Pierre Vielfaure, Éditions de la Communauté de communes des Portes de l'Essonne, 2007.
  • Christian Noorbergen, « Jean-Pierre Vielfaure, une minutieuse scénographie d'intériorité rêveuse », Artension, no 35, mai-juin 2007.
  • Pestel-Debord, commissaires-priseurs à Paris (en collaboration avec Sébastien Moinet-Béchar), Catalogue de la vente de l'atelier Jean-Pierre Vielfaure, Hôtel Drouot, Paris, samedi 28 novembre 2015.

RéférencesModifier

  1. Naissance le 9 juin 1930 indiquée dans la monographie Le testament vénitien de Jean-Pierre Vielfaure (Éditions Le livre d'art Iconofolio, 2007) et confirmée par Madame Chantal Vielfaure-Cusin-Berche, contredisant la date du 6 juin figurant dans les dictionnaires Bénézit et Delarge.
  2. Une carte postale des Éditions Vielfaure, Alger, juin 1903
  3. Marie-Hélène Degroise, Alexandre Leroux (1836-1912) in ''Photographes en outre-mer et en Afrique, 2009
  4. Généanet, Généalogie de la famille Vielfaure
  5. a b c d et e Christian Noorbergen, Entretiens avec Jean-Pierre Vielfaure, texte pour le site internet de l'artiste.
  6. a b c d e f g et h Jean-Pierre Vielfaure, biographie, in Daussy, Proweller, Vielfaure, catalogue d'exposition, Théâtre de la cité internationale, Éditions Art et Prospective, Paris, 1971.
  7. a b c d e et f Pestel-Debord, Paris (en collaboration avec Sébastien Moinet Béchar), Catalogue de la vente de l'atelier Jean-Pierre Vielfaure, Hôtel Drouot, Paris, novembre 1015.
  8. a et b Jacques Busse, Carl Buchheister in Dictionnaire Bénézit, Gründ 1999, tome 2, page 923.
  9. Jean-François Sirinelli, Algérie: Manifeste des 121, déclaration sur "le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie", Libération, 12 janvier 1998
  10. Jean-Pierre Vielfaure, « Composition, fonctionnement et esthétique du groupe Inter », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 10 février 1968.
  11. Opéra Civilisation: œuvre intégralement reproduite en pages 38-39, Catalogue de la vente de l'atelier Jean-Pierre Vielfaure, Pestel-Debord Paris, novembre 2015.
  12. Sophie Flouquet, Chantal Cusin-Berche, l'autre versant des arts plastiques, in revue L'Œil, no 601, avril 2008
  13. a et b Jean-Pierre Vielfaure, Fragments, figures et extraits du Codex Bevern, diaporama Vimeo, durée 1 min 33 s.
  14. Usines et arts en Ivry, Lieux de création dans des usines réhabilitées - Raspail : l'ancienne Manufactures des œillets.
  15. a et b Jean-Pierre Vielfaure, Les portes de la couleur, in Le testament vénitien de Jean-Pierre Vielfaure, Le livre d'art Iconofolio, 2007.
  16. a et b Philippe Piguet, Quand la banquise devient opéra, centre d'art et de culture de Brétigny-sur-Orge, 1991.
  17. Carnets de travail de Jean-Pierre Vielfaure, Écrit du 22 juin 1998, reproduit en fac-similé en page 50 de Le testament vénitien de Jean-Pierre Vielfaure, Édition Le Livre d'art Iconofolio, 2007.
  18. Hommage au jazzman Thelonious Monk.
  19. Toiles de grands formats dans la suite du Journal new-yorkais.
  20. Jean-Pierre Vielfaure, Parcours pour une odyssée arctique, diaporama Vimeo, durée 2 min 33 s.
  21. Jean-Pierre Vielfaure, Quand la banquise devient opéra, diaporama Vimeo, durée 1 min 51 s.
  22. Cinq grandes lithographies (90 × 200 cm), éditions Michel Casse, Paris.
  23. Jean-Pierre Vielfaure, Le Testament vénitien, diaporama Vimeo, durée 56 s.
  24. Jean-Pierre Vielfaure, Les Confins de paysage, diaporama Vimeo, durée 40 s
  25. Pestel-Debord, Catalogue de la vente de l'atelier Jean-Pierre Vielfaure, novembre 2015, tableau reproduit en page 23.
  26. Pestel-Debord, op.cit., tableau reproduit en page 26.
  27. Pestel-Debord, op.cit. tableau reproduit en page 30.
  28. Le Livre d'art, Nemo, Capitaine, présentation du livre, 2008.
  29. a et b Centre national d'art contemporain, Jean-Pierre Vielfaure - Le testament vénitien, communiqué de presse, 2003
  30. Atelier Jean-Pierre Vielfaure, in La Gazette de l'Hôtel Drouot, n° 40 du 20 novembre 2015 (pages 87 et 142) et n° 42 du 4 décembre 2015 (page 182).
  31. a et b Édouard Jaguer, Rétroviseur "Phases", Catalogue d'exposition, Galerie des Ponchettes, 1972
  32. a et b Sous la direction de Jean-Marie Gibbal, Sols: peintures, sculptures, installations, Éditions de la Fondation nationale des arts plastiques, 1984
  33. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  34. Le Télégramme, Plomodiern - Salon de peintures et de sculptures: dernière journée, 13 août 2009.
  35. Michel Besnier, « Capitaine Nemo des fonds sous-séculaires », Le testament vénitien de Jean-Pierre Vielfaure, Le livre d'art Iconofolio, 2007.
  36. Christian Noorbergen, « Jean-Pierre Vielfaure, une minutieuse scénographie d'intériorité rêveuse », Artension, n°35, mai-juin 2007.
  37. Artothèque AcApA, Jean-Pierre Vielfaure, artiste de la collection.
  38. BBC, Jean-Pierre Vielfaure dans la Council Artworks Collection.
  39. National Gallery of Art, Jean-Pierre Vielfaure dans les collections
  40. Grande encyclopédie Larousse, 1976. Définition du mot "Abstraction", page 48

Liens externesModifier