Jean-Pierre Milovanoff

écrivain français
Jean-Pierre Milovanoff
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Pierre Milovanoff à Montpellier, en 2011.
Naissance (81 ans)
Nîmes, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman, essai, poésie, théâtre

Œuvres principales

Compléments

Jean-Pierre Milovanoff, né le à Nîmes[1], est un écrivain français, lauréat du prix des libraires en 2000.

BiographieModifier

Jean-Pierre Milovanoff est le fils de Paul Milovanoff, un ingénieur né en Russie qui a quitté son pays en 1919 ; sa mère Renée Gaillard, institutrice[1], est d'origine provençale[2]. Il grandit à Saint-Gilles, où sa mère est en poste, et assure y avoir découvert la « beauté du monde » en contemplant le delta du Rhône[1]. Ayant déménagé à Nîmes, dans une maison précaire qu'il décrira plus tard dans Russe blanc, il suit les cours au Lycée Alphonse-Daudet où, « enfant de la garrigue », il se passionne pour la lecture et la musique, fréquentant pêle-mêle les auteurs de série noire, les poètes français et le jazz[1]. Il passe ses étés chez un oncle au Grau-du-Roi, et fréquente assidûment la bibliothèque municipale de Nîmes[1]. Il s'essaie d'abord à la poésie[1].

Il suit ensuite des études de lettres à Montpellier et à la Sorbonne, achevées en 1966[1]. Il est producteur de radio à France Culture et séjourne successivement à Paris, Montpellier et Copenhague. Son premier roman La Fête interrompue est publié en 1970. Il écrit trois recueils de poèmes intitulés Borgo Babylone, La Ballade du lépreux et Noir devant.

Jean-Pierre Milovanoff reçoit en 1997 le prix Goncourt des lycéens pour son roman Le Maître des paons.

Si, comme le relève Bernard Bastide, « un grand nombre de ses œuvres littéraires sont ancrées dans l'espace nîmois » (ainsi de L'Ouvreuse, La Splendeur d'Antonia ou encore La Mélancolie des innocents)[1], il s'est installé dans diverses autres communes du Gard depuis son retour en France en 1970 : près de Sommières, à Villeneuve-lès-Avignon, aux Angles, au Grau, et enfin à Génolhac[3],[4].

ŒuvresModifier

Romans
Théâtre
  • Squatt, éditions Comp'Act, 1988
  • Le Roi d'Islande, éditions Comp'Act, 1990
  • Side-car, éditions Comp'Act, 1990
  • Cinquante mille nuits d’amour, éditions Julliard, 1995
  • Ange des peupliers, éditions Julliard, 1997
Essai
  • Presque un manège, éditions Julliard, 1998
Poèmes
  • Borgo Babylone, éditions Unes, 1997
  • Une petite main, éditions Unes, 1997
  • La Ballade du lépreux, éditions Unes, 1998
  • Noir Devant, éditions Seghers, 2004
Livres pour enfants

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Bastide 2014.
  2. Bernié-Boissard et Boissard Velay.
  3. Bernié-Boissard, Boissard et Velay 2009.
  4. L'Heure bleue, France Inter, 4 juin 2018.
  5. « Les Rendez-vous de l'histoire décernent leurs prix », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne)
  6. Prix Francois-Mauriac 2011

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier