Jean-Pierre Kahane

mathématicien français

Jean-Pierre Kahane est un mathématicien français, né le à Paris (France) et mort le dans la même ville[1].

BiographieModifier

ParcoursModifier

Ancien élève de l'École normale supérieure (promotion 1946), il a été professeur de mathématiques à l'Université de Montpellier et à Paris-Sud, ses spécialités étant l'analyse harmonique, la théorie du chaos et le mouvement brownien[2]. Il est le deuxième président de l'université Paris-Sud[3] de 1975 à 1978, et membre de l'Académie des sciences (section mathématique) à partir de [4].

Il a été le président de la Mission interministérielle de l’information scientifique et technique (MIDIST) de 1982 à 1986[5].

Il a été président de l'Union rationaliste de 2001 à 2004.

Il était membre du comité de parrainage de l'Association française pour l'information scientifique (AFIS) et de sa revue Science et pseudo-sciences.

Il est le directeur de Progressistes, la revue du Parti communiste français consacrée aux sciences, au travail et à l'environnement[6]. Entré au PCF en 1946, il y restera toute sa vie et participe au comité central du parti de 1979 à 1994. En , il écrit dans L'Humanité : « Les progrès des sciences, les progrès en médecine, tous les progrès auxquels nous pouvons penser traduisent et aggravent les inégalités dans le monde. Ils pourraient être au bénéfice de tous, ils sont d’abord au service des riches et des puissants »[2].

Le , il signe avec d'autres scientifiques un texte appelant à voter en faveur d'Emmanuel Macron lors du second tour de l'élection présidentielle de 2017, afin de « barrer la route au pire », représenté par Marine Le Pen[7].

Le a lieu une journée spéciale en hommage à Jean-Pierre Kahane et à son œuvre à l'Académie des sciences[8]. Un autre hommage avait eu lieu de la part de la direction du PCF, les 6 et , à l'Espace Oscar Niemeyer.

Vie privéeModifier

Jean-Pierre Kahane est le fils du biochimiste Ernest Kahane et de la chimiste Marcelle Wurtz, ainsi que le frère du cinéaste Roger Kahane et du physicien André Kahane. Il a épousé Agnès Kaczander le , avec laquelle il a eu trois filles, Geneviève, Françoise et Catherine[9]. Son épouse est décédée en 2014.

DistinctionsModifier

PrixModifier

DécorationsModifier

Publications scientifiquesModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier