Ouvrir le menu principal

Jean-Paul Paloméros

général d'armée aérienne

Officier général francais 5 etoiles.svg Jean-Paul Paloméros
Jean-Paul Paloméros
À Halifax (Canada) en .

Naissance (66 ans)
Paris, France
Origine Drapeau de la France France
Arme Armée de l’air
Grade Général d'armée aérienne
Années de service 1973-2015
Conflits Bosnie-Herzégovine, avec la FORPRONU (1995)
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Grand croix de l'Ordre du Mérite
Médaille de l'Aéronautique
Autres fonctions Commandant, E/C 02.012 Picardie (1986-1988)
Commandant de la 30e escadre de chasse (1988-1992)
Commandant de la base aérienne 120 (1996-1998)
Major général de l'armée de l'air (2005-2009)
Chef d'état-major de l'Armée de l'air (2009-2012)
Commandant allié Transformation de l’OTAN (2012-2015)

Jean-Paul Paloméros, né le à Paris, est un général d'armée aérienne, chef d'état-major de l'Armée de l'air de 2009 à 2012 et commandant allié Transformation au sein de l'OTAN de 2012 à 2015[1].

CarrièreModifier

Jean-Paul Paloméros intègre l'École de l'air en 1973 (promotion « Capitaine Marchal ») et est qualifié pilote de chasse en 1976. Tout au long de sa carrière, il acquiert une grande expérience à la fois comme commandant opérationnel et comme pilote de chasse. Il effectue en effet 82 missions de combat et plus de 3 500 heures de vol, la plupart sur Mirage F1 C et sur Mirage 2000.

Il est diplômé du Royal Air Force Staff College de Bracknell en Grande-Bretagne en 1993, et il est titulaire du prix Curtis attribué par le chef d'état-major de la RAF.

Il commande l'escadron de chasse 2/12 « Picardie » à Cambrai, notamment lors du déploiement opérationnel « Épervier » au Tchad en 1987. Il prend la tête de la 30e escadre de chasse à Reims en 1990 avant de commander la base aérienne 120 de Cazaux de 1996 à 1998.

Parallèlement, il parfait son expérience des opérations multinationales en étant déployé à Vicence, en Italie, en 1993 en qualité d'adjoint au général commandant les éléments français participant à l'opération « Crécerelle », volet français de l'opération « Deny Flight » en Bosnie-Herzégovine. Il est également déployé à Kiseljak, en Bosnie-Herzégovine, en 1995 comme chef du bureau « air » et adjoint air au commandant de la FORPRONU.

En 1998, il devient chef du bureau « études et plans généraux » de l'état-major de l'Armée de l'air à Paris. Promu général de brigade aérienne en 2001, il devient chef de la division « plans-programmes-évaluation » à l'état-major des armées en 2002. En , major général de l'armée de l'air, il conçoit et met en place la réforme « Air 2010 ».

Promu général d'armée aérienne, il occupe les fonctions de chef d'état-major de l'Armée de l'air du au .

Le , le général Paloméros est désigné commandant allié « Transformation » par le Conseil de l'Atlantique nord[2]. Succédant à son compatriote le général Stéphane Abrial, il prend son commandement le à Norfolk en Virginie, aux États-Unis. Le , Denis Mercier lui succède[1].

En 2017, il est le conseiller militaire d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle[3].

Le 19 juillet 2017, interrogé sur la démission du Chef d'État-Major des armées, le Général Pierre de Villiers, il parle d'un « immense gâchis », estimant que « Jamais le Général de Villiers n'a été déloyal. »[4]

Vie personnelleModifier

Le général Paloméros est père de cinq enfants.

Il pratique régulièrement le jogging et la natation.

DécorationsModifier

   [5] 

     

   

     

 

RéférencesModifier