Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubé.
Jean-Paul Aubé
Paul Gauguin 103.jpg
Paul Gauguin, Portrait de Jean-Paul Aubé et son fils (1882), Paris, Petit Palais.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
CapbretonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Lieux de travail
Distinction
Œuvres principales
Monument à Léon Gambetta (1888) dans son état original, Paris, palais du Louvre, cour Napoléon.

Jean-Paul Aubé, né à Longwy le 3 juillet 1837 et mort à Capbreton le 23 août 1916, est un sculpteur et médailleur français.

Sommaire

BiographieModifier

Jean-Paul Aubé naît du mariage e Jean-Baptiste Isidor Aubé, né en 1783, rentier, avec Olympie Eulalie Ancelot, née en 1800[1]. Il fait ses études à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers d'Antoine Laurent Dantan et de Francisque Duret. En 1866, il réalise un voyage en Italie qui développe chez lui une influence du style néo-renaissance puis néo-baroque. Il expose au Salon des artistes français où il remporte deux médailles d'or en 1874 et 1876. Il produit ensuite des monuments, des bustes et des médailles.

Il devient professeur à l'École des beaux-arts de Paris. Parmi ses élèves on peut distinguer Gaston Lachaise, Charles Virion, et Jean Baffier.

Jean-Paul Aubé est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1888, puis promu officier en mai 1910.

ŒuvresModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Maurice Rheims, La sculpture au XIXe siècle, Arts et métiers graphiques, 1972.
  • Jacques Peiffer et Claude Allut, Le statuaire Paul Aubé, né à Longwy en 1837, catalogue d'exposition, musée municipal de Longwy, 1979.
  • Guillaume Peigné, « Jean-Paul Aubé », in Dictionnaire des sculpteurs néo-baroques français (1870-1914), Paris, Éditions CTHS, collection « Format », no 71, 2012, 565 p. , p. 54-62 (ISBN 978-2-7355-0780-1).
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.1, Gründ, 1999.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :