Jean-Noël Carpentier

personnalité politique française
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Carpentier.

Jean-Noël Carpentier
Illustration.
Fonctions
Maire de Montigny-lès-Cormeilles
En fonction depuis le
(10 ans, 11 mois et 5 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Robert Hue
Député de la 3e circonscription du Val-d'Oise

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Groupe politique RRDP
Prédécesseur Jean Bardet (UMP)
Successeur Cécile Rilhac
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Nanterre (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique Mouvement des progressistes

Jean-Noël Carpentier, né le à Nanterre (Hauts-de-Seine), est un homme politique français, membre du Mouvement des progressistes (mdP).

BiographieModifier

Municipales de 2008Modifier

Cadre du secteur privé, Jean-Noël Carpentier est élu conseiller municipal de Montigny-lès-Cormeilles, le  ; il est alors en 15e position sur la liste conduite par Robert Hue[1]. Sept mois plus tard, il devient premier adjoint, à la suite de la démission de Gilles Pollastro[2]. Puis en mars 2009, Robert Hue (qui vient de créer le Nouvel espace progressiste ou NEP) démissionne de son mandat de maire et laisse la place à Jean-Noël Carpentier[3].

Mouvement des progressistesModifier

En 2009, il participe à la création du Mouvement unitaire progressiste, qui devient en 2014 le Mouvement des progressistes (MDP), dont il est aujourd'hui le porte-parole. Se revendiquant pragmatique, le Mouvement des progressistes se veut à l'avant-garde du progrès social.

Législatives de 2012Modifier

En 2012, le Mouvement unitaire progressiste ou MUP (anciennement NEP) soutient François Hollande à l'élection présidentielle. Et lors des élections législatives qui suivent, en juin 2012, Jean-Noël Carpentier se présente dans la troisième circonscription du Val-d'Oise (dont dépend Montigny-lès-Cormeilles) qui est détenue depuis 1993 par l'UMP Jean Bardet. Il bénéficie de l'investiture du Parti socialiste (PS)[4] du Parti radical de gauche (PRG) et du Mouvement républicain et citoyen (MRC). Mais ceci crée un « duel fratricide[5] » avec le candidat du front de gauche Alain Feuchot.

Jean-Noël Carpentier arrive en tête du premier tour avec 33,4 %, contre 31,1 % au député sortant. Au second tour, il s'impose avec 52,05 % des suffrages. Premier député de gauche de cette circonscription depuis 1993, il siège à l'Assemblée nationale au sein du groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP) et de la commission des Affaires sociales. Mais dès septembre 2012, Garance Yayer, suppléante PS, s’étonne de voir ce dernier s’éloigner « si rapidement des engagements de campagne de François Hollande qu'il avait pourtant pleinement repris à son compte pendant la campagne[6]. »

Municipales de 2014Modifier

Législatives de 2017Modifier

Détail des mandatsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Résultats des élections municipales 2008 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 16 février 2020).
  2. « Robert Hue a un nouveau premier adjoint », Le Parisien, (consulté le 16 février 2020).
  3. « Robert Hue maire, c'est fini », Le Parisien, (consulté le 16 février 2020).
  4. « L'accord MUP-PS profite à Jean-Noël Carpentier », Le Parisien, (consulté le 16 février 2020),
  5. « Duel fratricide à Montigny », Le Parisien, (consulté le 16 février 2020).
  6. « Quand la suppléante PS tire l’oreille de son député MUP », sur 95.telif.tv, (consulté le 16 février 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier