Ouvrir le menu principal

Jean-Marc Roberts

écrivain, éditeur et scénariste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roberts.
Jean-Marc Roberts
Naissance [1]
Paris
Décès (à 58 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Jean-Marc Roberts, né à Paris le [1],[2] et mort le [3], est un éditeur, écrivain et scénariste français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'Edwin Roberts, directeur de grands magasins américain à Los Angeles, et d'Ada Lonati, comédienne[4] italienne, Jean-Marc Roberts fait son entrée en littérature au début des années 1970, et apparaît en 1985 dans l'émission de Bernard Pivot, Apostrophes, face à Morgan Sportès et à Marc-Edouard Nabe, qui provoque une vive polémique[5]. Il est successivement éditeur au Seuil, au Mercure de France puis chez Fayard, avant d'être le directeur des éditions Stock à partir de 1998[6], jusqu'à son décès. Il édite en 2003 le roman d'Aurélie Filippetti, Les Derniers jours de la classe ouvrière, Colombe Schneck et, dans la collection Bleue, Belle et Bête, le dernier ouvrage de Marcela Iacub.

En 2011, il a proposé d'interdire la vente de livres sur Internet pour venir en aide aux librairies qui possèdent une boutique physique[7].

Il meurt en mars 2013 à 58 ans des suites d'un cancer du poumon, quelques jours après la sortie de son livre dans lequel il évoque sa maladie : Deux vies valent mieux qu'une.

Il est inhumé au cimetière de Montmartre (12e division).

CommentairesModifier

D'après Jérôme Garcin, « Jean-Marc Roberts n'est pas très fier de la manière dont, chaque automne, il magouille pour que ses auteurs obtiennent des prix ; il juge d'ailleurs que le milieu littéraire s'aigrit et se momifie[8]. »

Amanda Sthers voit en lui « un père en littérature, et même un peu plus puisqu'il fut le premier amour de ma mère[9]. »

PublicationsModifier

PrixModifier

CinémaModifier

ScénariosModifier

AutresModifier

Il apparaît dans le film Pourquoi (pas) le Brésil ? (2004) de Laetitia Masson, dans son propre rôle d'éditeur.

HommagesModifier

Jean-Marc Roberts fait l'objet d'un tombeau littéraire en étant au centre des romans-hommage La Clarinette (2015) et L'arbre du pays Toraja (2015) respectivement de ses amis Vassilis Alexakis et Philippe Claudel.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier