Jean-Luc Le Ténia

auteur-compositeur-interprète français
Jean-Luc Le Ténia
Surnom JLLT
Nom de naissance Jean-Luc Paul-Serge Lecourt
Naissance
Le Mans
Décès (à 35 ans)
Le Mans
Genre musical lo-fi, anti-folk
Instruments Voix, clavier, guitare
Années actives 1996-2011
Labels Ignatub
Site officiel http://teniadiary.fr

Jean-Luc Le Ténia, de son vrai nom Jean-Luc Lecourt[1], né le au Mans[2], et mort dans cette même ville le [2],[3], est un auteur-compositeur-interprète dessinateur et vidéaste français. Extrêmement prolifique, il avait à son actif plus de 2 000 chansons[4].

BiographieModifier

Jean-Luc Le Ténia écrit, compose et interprète des chansons à partir de 1996, s'accompagnant le plus souvent d'une guitare ou d'un synthétiseur. Didier Wampas l'a proclamé « meilleur chanteur français du monde », ce qui a donné le nom de l'album phare de Jean-Luc, Le Meilleur Chanteur Français du Monde, lequel contient également une chanson de ce titre.

Il se fait connaître en 1998 grâce aux Wampas qui reprennent une de ses chansons, Jean-Luc Le Ténia, sur leur album Chicoutimi. Cette chanson devenue plus connue que Jean-Luc lui-même, il décide alors d'adopter le pseudonyme « Le Ténia » (il utilisait jusqu'alors son vrai nom, Lecourt[5]). Il était employé à la médiathèque du Mans[3].

Il est particulièrement remarqué par son excentricité en 2000, alors qu'il fait la première partie d'un concert des Wampas à La Cigale, arrivant sur scène habillé en fille et terminant sa prestation complètement nu[6].

Son style minimaliste et souvent brut exprime aussi bien la tristesse et la poésie que l'exubérance, la colère et l'humour. Dans une interview donnée en 2003, Didier Wampas qualifie Jean-Luc Le Ténia de « seul représentant de l’Anti-folk en France »[7], tandis qu'Ignatus, qui a produit un des albums de Jean-Luc Le Ténia, qualifie le style de celui-ci de « folk-punk »[5].

Les sujets de ses chansons sont le plus souvent puisés dans son quotidien et son imagination (rêves, fantasmes…), ce qui fait que ses compositions s'apparentent à l'autobiographie, voire à la psychanalyse. On y retrouve donc des thèmes très variés : la joie et la tristesse, l'humour et la gravité, la générosité et l'orgueil, la mélodie et le cri, la douceur et la rage, la tendresse et la violence, le calme et l'agitation, le sérieux et l'excentricité, la timidité et l'exubérance, la sobriété et le tumulte, le romantisme et la frustration, l'espoir et le désespoir, etc. Il est considéré comme un chanteur à part[8], vivant une vie banale voire quelque peu médiocre et triste, à la vie sentimentale pauvre, qu'il raconte en chansons[9].

Il fait régulièrement des reprises de chansons d'artistes de tous genres : Daniel Johnston, Elvis Presley, les Ramones, les Beatles… ; il a même consacré un album entier à des reprises de Neil Young (Jean-Luc Le Ténia sings Neil Young, 2008). Il a également fait un duo avec l'auteure Chloé Delaume : la chanson, Du haut, qui apparaît sur l'album Automne (2009).

Tous ses albums sont autoproduits : d'abord sous forme de cassette, puis de CD à partir de 2004 (les dernières cassettes ont été compilées ou rééditées en CD). Seul l'album Le meilleur chanteur français du monde (2002) est sorti sur un label, Ignatub, du chanteur Ignatus (ex-Objets).

En dehors de la musique, Jean-Luc Le Ténia travaille aux médiathèques du Mans[8]. Il est également dessinateur : il a notamment participé à différents fanzines, dont Radis Noir qu'il a fondé en 1992 avec le dessinateur Tony Papin, fanzine parrainé par Jean-Luc Coudray - et écrit, en particulier un Diary, qui est son journal intime de 1997 à 2004, puis à partir de 2010, que l'on peut trouver sur son site. Il réalisa également des vidéos qui servent de support à ses clips.

Il s'est donné la mort le [8]. Il avait composé près de 2000 morceaux[10].

Hommages et reprisesModifier

En 2013, Didier Wampas et Bikini Machine reprennent sa chanson Si tu me quittais des yeux sur l'album Comme dans un garage[11].

En , le groupe Salut c'est cool reprend sa chanson La décoration sur leur album Reprises. Les chansons de Jean-Luc Le Ténia sont par ailleurs diffusées sur la webradio du site officiel de Salut c'est cool.

En , le groupe Gontard! sort une compilation de reprises, hommage au chanteur[12].

En , les éditions (Book is) Conspiration publie le journal de Jean-Luc Le Ténia sous le titre Le meilleur chanteur français du monde[13].

Le , un concert-hommage rassemblant Didier Wampas, Ignatus, Thomas de Pourquery, Joseph Racaille, Gontard! et Trotski Nautique a lieu au Théâtre de Verre à Paris[8].

DiscographieModifier

  • Il y a des limites au romantisme (1997-1998 / compilé en 2005)
  • Je ne te connaissais pas (1998-1999 / compilé en 2005)
  • Au mois d'octobre (1999-2000 / compilé en 2005)
  • Un garçon sensible (2000-2001 / compilé en 2005)
  • Mon cœur brille (2000-2001 / compilé en 2005)
  • Quand tu me prends par la main (automne 2001)
  • Le meilleur chanteur français du monde (2002 / label Ignatub)
  • Ténia-mania (printemps 2002)
  • L'âme du Mans (printemps 2002)
  • Surnager (été 2002)
  • Tous les matins ()
  • Une copine digne de ce nom (été 2003)
  • Dans mes bras ()
  • Joli cadre ()
  • La passe (automne 2004)
  • University ()
  • Hypercubisme et matière exotique (printemps 2005)
  • L'Amour et/ou La Poésie (été 2005)
  • Pas cool (automne 2005)
  • Pierre de touche ()
  • L'Au-delà ()
  • Mieux vaut commander (été 2006)
  • La véritable grotte de Lascaux ()
  • Far Piazza Pulita ()
  • Tommy revisited ()
  • Je suis l'océan ()
  • Devenir le monde ()
  • Aquaplaning ()
  • Mort aux espions ()
  • Animalière (2008)
  • Jean-Luc Le Ténia sings Neil Young (2008)
  • Almah (2009)
  • Agent octuple (2009)
  • Automne (2009)
  • Haute-couture (2010)

BibliographieModifier

  • Jean-Luc Le Ténia, Le meilleur chanteur français du monde (Journal), (Book is) Conspiration, 2016[14].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Interview sur loreillequigratte.free.fr, 2003
  2. a et b État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  3. a et b « [Vidéo] Le chanteur manceau Jean-Luc Le Ténia n'est plus », Le Maine Libre,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2017)
  4. Alexandre Charles, « In bed with Jean-Luc Le Ténia », Gonzaï,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2017)
  5. a et b « Ténia Mania », sur teniadiary.fr (consulté le 19 août 2016)
  6. Ghesquière, Gaëlle, Who's rock ?, Paris : Albin Michel, Canal + éd., 2008
  7. foutraque.com
  8. a b c et d « Jean-Luc Le Ténia : six ans après sa mort, “le meilleur chanteur français du monde” a toujours son fan-club », sur Télérama.fr (consulté le 29 janvier 2019)
    Les dates données dans l'article de télérama ne sont pas les bonnes, voir aussi l'entrée du 3 juin 2003 de son journal où il parle de ses 28 ans.
  9. Mathieu Géniole, « Jean-Luc Le Ténia : la brutale disparition d'un artiste unique », leplus.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2017)
  10. Site de Magic
  11. « Didier Wampas & Bikini Machine - Comme Dans Un Garage », sur Discogs (consulté le 1er janvier 2017)
  12. « Jean-Luc Le Ténia ressort de son trou », sur Gonzaï, (consulté en consulté le 08/10/2016)
  13. « Conspiration », sur artisconspiration.com (consulté le 15 février 2017)
  14. Jean-Luc Le Ténia, Le meilleur chanteur français du monde : journal, Paris, (Book is) Conspiration, , 340 pages p. (ISBN 979-10-95550-03-7)